Les retraités bâillonnés à l'assemblée nationale: Les dix questions des retraités de l'Etat au Comité sur l'indexation



    QUEBEC, le 30 sept. /CNW Telbec/ - Alors que l'audition des membres du
Comité de travail sur l'évaluation du coût de l'indexation des régimes de
retraite se tient aujourd'hui en l'absence des principales associations de
retraités de l'Etat, l'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs
public et parapublic (AQRP) a dévoilé les dix questions qu'elle aurait posées
si elle avait été invitée à participer aux travaux de la commission
parlementaire. Cette annonce a eu lieu en présence de retraités représentant
toutes les régions du Québec.
    "Les parlementaires des trois partis représentés à l'Assemblée nationale
doivent annoncer sans délai la date de la consultation élargie de l'ensemble
des associations de retraités des secteurs public et parapublic qu'ils se sont
engagés à tenir. C'est uniquement en permettant une discussion franche et
ouverte que nous pourrons mettre un terme à la campagne de dénigrement que le
gouvernement mène sur le dos des retraités", a déclaré Mme Madelaine Michaud,
présidente de l'AQRP.
    Voici les dix questions des retraités de l'Etat aux membres du Comité sur
l'indexation :

    
    1.  Pourquoi le Comité n'a t-il pas inclus dans son rapport final la
        perte de pouvoir d'achat exprimée en dollars, qui s'évalue à environ
        2 milliards de dollars pour les quelque 187 000 personnes des
        secteurs public et parapublic ayant pris leur retraite entre 1983 et
        2006, comme l'ont demandé les retraités à de nombreuses reprises ?
    2.  Les membres du Comité reconnaissent-ils que, selon son Plan
        budgétaire 2008-2009, le gouvernement est en avance de plus de
        8 milliards de dollars sur les prévisions de capitalisation de ses
        obligations à l'égard des régimes de retraite des secteurs public et
        parapublic, et que le financement de la portion de l'employeur de la
        correction de la désindexation réclamée par les retraités aurait donc
        un effet quasiment nul sur l'atteinte des objectifs du gouvernement ?
    3.  Les membres du Comité reconnaissent-ils qu'une part importante du
        surplus de 6 milliards accumulé dans la caisse du Régime de retraite
        des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP)
        appartient aux retraités, et pourrait donc servir à financer la
        portion des participants de la correction de la désindexation
        réclamée par les retraités ?
    4.  Pourquoi le Comité a-t-il refusé de préciser que le coût de la
        correction immédiate demandée par les retraités, soit au moins 50 %
        de l'inflation pour toutes les années de service depuis 1982,
        équivaut, pour la portion qui bénéficiera seulement aux retraités
        actuels, à une moyenne de moins de 12 millions par année durant
        environ 60 ans ?
    5.  Combien le Conseil du trésor a-t-il dépensé pour faire réaliser les
        études du Cirano et de Mercer afin de dénigrer et banaliser la
        problématique de la désindexation des régimes de retraite des
        secteurs public et parapublic ?
    6.  Les membres du Comité reconnaissent-ils que, contrairement à ce que
        laisse entendre le rapport du Cirano, les données pertinentes les
        plus récentes de la Régie des rentes du Québec (RRQ) et de la
        Commission administrative des régimes de retraite et d'assurances
        (CARRA) montrent que la situation financière des retraités de l'Etat
        est comparable à celle de l'ensemble des personnes recevant une rente
        d'un régime de retraite d'employeur ?
    7.  Les membres du Comité reconnaissent-ils que, selon le rapport de
        Mercer, les retraités de l'Etat au Québec disposent de la pire clause
        d'indexation de l'ensemble des administrations publiques examinées ?
    8.  Les membres du Comité estiment-ils possible qu'une personne membre du
        Comité soit indépendante du gouvernement si son employeur bénéficie
        au même moment d'un contrat gouvernemental sur le thème des régimes
        de retraite et dont le client est l'un des membres représentant le
        gouvernement sur le même Comité ?
    9.  Les membres du Comité représentant le gouvernement peuvent-ils
        confirmer que des discussions ont lieu actuellement avec le milieu
        syndical, notamment sur la question de la retraite, alors que le
        Commissaire au lobbyisme examine justement la légalité de ces
        discussions ?
    10. Les membres du Comité reconnaissent-ils que les représentants des
        retraités ont été traités de façon incorrecte durant les travaux du
        Comité, ensevelis sous des milliers de pages de documentation
        technique, sans possibilité d'être accompagnés d'experts ou de
        conseillers, constamment sous la pression des autres membres du
        Comité et dans des conditions logistiques déplorables, ce qui a
        notamment mené au désistement d'au moins un des membres représentant
        les retraités en cours de route ?
    

    Depuis 2006, les principales associations de retraités de l'Etat
réclament la correction immédiate de l'iniquité actuelle des régimes de
retraite des secteurs public et parapublic, afin que les personnes ayant
accompli des années de service entre 1982 et 1999 obtiennent, pour ces années
de service, le même niveau d'indexation que pour les années de service
accomplies depuis 2000, soit au moins 50 % de l'inflation. En effet, les
personnes ayant accompli des années de service entre 1982 et 1999 subissent,
pour ces années de service, une perte de pouvoir d'achat plus rapide et plus
importante que pour les années de service accomplies depuis 2000 par
l'ensemble des employés du gouvernement.

    Fondée en 1968 et comptant plus de 23 000 membres, l'Association
québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) est la
principale association indépendante représentant l'ensemble des retraités des
secteurs public et parapublic au Québec.




Renseignements :

Renseignements: Mathieu Santerre, (418) 928-2608,
communication@aqrp.qc.ca; Source: AQRP


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.