Les ressources et le marché chinois soutiennent les fonds pendant un troisième trimestre difficile



    TORONTO, le 2 oct. /CNW/ - Le troisième trimestre de 2007 a été
tumultueux pour les détenteurs de tous les types de fonds mutuels, mais 20 des
42 indices de fonds canadiens Morningstar ont réussi à produire des rendements
positifs pour la période de trois mois se terminant le 30 septembre. Le
meilleur rendement a été réalisé par l'Indice Actions Asie-Pacifique excluant
le Japon avec un gain de 7,3 %, selon les données préliminaires sur les
rendements publiées aujourd'hui par Morningstar Canada.
    A l'exception du Japon, les marchés asiatiques ont continué à produire de
bons rendements le trimestre dernier. En particulier, le parcours phénoménal
accompli par la Chine n'a montré aucun signe de ralentissement, avec l'indice
composé de Shanghai et l'indice Hang Seng de Hong Kong en essor de 45,3 % et
24,7 % respectivement. Pour les investisseurs dans les fonds canadiens, ces
rendements ont été quelque peu atténués par l'appréciation d'environ 6 % qu'a
connu le dollar canadien par rapport au renminbi et au dollar de Hong Kong.
    "Le bureau national de la statistique à Beijing a annoncé en juillet que
le PIB de la Chine au deuxième trimestre avait atteint un taux annualisé de
11,9 %, après le chiffre inoui de 11,1 % au premier", précise Philip Lee,
analyste de Morningstar. "Cela a donné aux investisseurs, déjà optimistes sur
l'économie chinoise, une raison de continuer la surenchère sur les actions
liées à la Chine. Malgré une correction brutale au milieu du mois d'août et la
hausse de 27 points de base des taux d'emprunt de la Banque centrale chinoise
- sa cinquième augmentation cette année - pour résorber l'inflation, il n'y a
eu aucun ralentissement."
    La surchauffe des marchés asiatiques a aussi contribué à placer l'Indice
Actions des marchés émergents au deuxième rang des rendements pour le
trimestre avec un gain de 5 %. Les actions asiatiques (sans compter le Japon)
constituent environ la moitié des actifs du fonds moyen de cette catégorie.
Les fonds des marchés émergents ont aussi bénéficié de rendements à deux
chiffres au Brésil, où l'indice boursier BOVESPA a enregistré un gain de
11,2 %.
    Entre-temps, l'Indice Actions Asie/Pacifique de Morningstar s'est classé
au quatrième rang avec un rendement positif de 2,5 % pour le trimestre. Les
fonds de cette catégorie ont une participation moyenne de 36 % environ aux
actions japonaises, qui ont connu des difficultés ces trois derniers mois et
ont entravé le rendement de ces fonds.
    A la troisième place des indices de fonds canadiens de Morningstar se
trouvait l'Indice Actions de métaux précieux, qui mettait fin à un trimestre
extrêmement volatil avec un gain de 4,5 %. En août, le prix de l'or est tombé
victime de la crise de la liquidité qui s'est propagée des Etats-Unis aux
grands marchés boursiers mondiaux, alors que de nombreux spéculateurs, y
compris les fonds spéculatifs, bradaient le métal jaune. L'Indice Actions de
métaux précieux a affiché le rendement le plus bas ce mois-là avec une perte
de 11,5 %. Mais par suite de la diminution des taux d'intérêts aux Etats-Unis
et l'affaiblissement du dollar américain, l'or a connu un retour fracassant en
septembre, et l'indice de fonds a gagné 13,3 %, ce qui l'a fait surpasser tous
les autres.
    "Le prix de l'or atteint actuellement des sommets de plusieurs décennies,
précise M. Lee. Et avec une économie américaine chancelante, la voie est
ouverte pour de nouvelles coupures possibles des taux. C'est là une aubaine
pour les producteurs de lingots et le prix de leurs actions, avec un cours de
l'or qui a clos au-dessus de 740 $ à la fin de septembre, soit un gain de plus
de 11 % pour le trimestre. Cela a aussi aidé à stimuler le prix d'autres
métaux précieux comme l'argent et le platine."
    L'Indice Actions canadiennes a connu un début de trimestre maussade,
perdant 0,2 % en juillet et 1 % en août. Toutefois, un rendement solide en
septembre des secteurs canadiens de l'énergie et des matériaux, qui ensemble
constituent 39 % du fonds moyen de la Catégorie Actions canadiennes, a poussé
l'indice à un gain de 2,6 %, avec pour résultat un rendement de 1,4 % pour le
trimestre qui le place au cinquième rang. Mais bien que les fonds d'actions
canadiennes de sociétés à petite capitalisation aient suivi le même schéma,
leurs pertes ont été plus sévères en août, et l'Indice Actions de PME
canadiennes a fini le trimestre avec une perte de 1,9 %.
    Au sud de la frontière, les marchés ont infligé aux investisseurs un
traitement en dents de scie, alors que les questions soulevées par les prêts
subprime et le tarissement de la liquidité du papier commercial adossé à des
actifs faisaient plonger plusieurs fois d'affilée les actifs à risque. Pour
tenter de calmer la crise de la liquidité, la Réserve fédérale a réduit le
taux d'escompte (le taux qu'elle pratique pour ses prêts directs aux banques)
de 6,25 % à 5,75 % en août.
    "Bien que réduire le taux d'escompte n'ait pas un profond impact sur les
prêts particuliers et commerciaux, cela a procuré quelques bonnes nouvelles
aux marchés après les coups multiples qu'il a reçus, affirme M. Lee. Cela a
donné un coup de fouet aux actions américaines, provoquant une reprise à la
mi-août. Puis, la réserve fédérale a surpris les marchés en réduisant du jour
au lendemain le taux débiteur de 50 points de base le 18 septembre, afin
d'essayer de faire redémarrer l'économie. Même si bien des observateurs
boursiers s'attendaient à une réduction du taux, peu s'attendaient à une
mesure si énergique, qui a provoqué une reprise ce jour-là. Les marchés
espèrent qu'un crédit moins onéreux, réduisant le fardeau des prêts
particuliers, donnera un second souffle à la consommation."
    Pour les investisseurs canadiens, les déboires des marchés américains se
sont ajoutés à l'envol de 6,7 % du huard par rapport au billet vert ce
trimestre, ces deux devises arrivant à parité pour la première fois depuis
plus de trente ans. Par conséquent, malgré les résultats positifs du S&P 500
en août et septembre, et pour le trimestre tout entier, l'Indice Actions
américaines Morningstar a perdu 5,1 % pour les trois mois de cette période. De
même, l'Indice Actions de PME américaines a reculé de 7 % pour le trimestre,
le second pire résultat de tous les indices de fonds.
    La crise de la liquidité a aussi fait du tort aux grandes économies
européennes, les indices boursiers britannique, allemand et français essuyant
des pertes ce trimestre. L'Indice Actions Europe de Morningstar a perdu 5,3 %,
se plaçant troisième avant-dernier. Les effets de change ont eux aussi eu un
effet négatif sur les résultats de ces fonds, tandis que le dollar prenait
1,5 % par rapport à l'euro, et 5 % par rapport à la livre britannique.
Entre-temps, les indices de fonds Morningstar des catégories Actions
internationales et Actions mondiales ont perdu 4,8 % et 5,1 % respectivement
pour ce trimestre.
    "Dans l'ensemble, l'essor du huard par rapport aux devises principales
continue de rogner les résultats des fonds étrangers ne couvrant pas leur
participation aux devises, déclare M. Lee. Il est difficile de prédire quelle
direction empruntera désormais le dollar canadien, mais il est probablement
moins logique de couvrir la participation aux devises étrangères en dollars
canadiens maintenant, en raison de la forte hausse du huard."
    Ce trimestre a été le second trimestre néfaste d'affilée pour les
investisseurs de fonds d'actions japonaises, bien que les circonstances en
soient bien différentes. Pendant le second trimestre, le marché japonais s'est
assez bien comporté, le Nikkei 225 montant de presque 5 %. Toutefois ces gains
ont été anéantis par le déclin du yen comparativement au huard. Au trimestre
dernier, malgré une certaine volatilité jalonnant le chemin, les effets
monétaires nets ont été négligeables, mais le Nikkei a perdu 7,5 %, conduisant
à un déclin de 7,1 % de l'Indice Actions japonaises Morningstar, soit le pire
rendement de tous les indices de fonds pour le trimestre. Sa perte de 3,4 % en
septembre s'est également située au dernier rang de tous les indices de fonds
pour ce mois.
    Morningstar publie des données préliminaires sur les indices de fonds
canadiens Morningstar quelques jours après la fin de chaque mois, y compris
une analyse des conjonctures boursières qui influent sur les résultats des
divers indices au cours du mois. Les données finales sont disponibles une
semaine plus tard.
    Pour en apprendre davantage sur les rendements des fonds en juillet,
veuillez vous rendre au site www.morningstar.ca.

    A propos de Morningstar

    Morningstar Canada est la filiale canadienne de Morningstar, Inc.,
société située à Chicago. Morningstar Canada commercialise PALTrak et le
Laboratoire Advisor, deux populaires outils de recherche sur les fonds de
placement, et offre la source d'informations en ligne la plus complète sur les
fonds mutuels canadiens par l'entremise de Morningstar.ca et
MorningstarAdvisor.ca. La société produit également le logiciel Principia, un
outil de recherche portant sur l'univers canadien des fonds institutionnels.
Morningstar Canada est aussi un important fournisseur de solutions s'intégrant
aux sites Web des institutions financières, en plus d'offrir des services de
consultation se basant sur les données qu'elle recueille et les analyses qui
en découlent. Exploitant dans 18 pays, Morningstar fournit des données sur
plus de 250 000 placements à l'échelle mondiale.





Renseignements :

Renseignements: Christian Charest, Editeur adjoint, Morningstar Canada,
(416) 484-7817, christian.charest@morningstar.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.