Les régimes de retraite canadiens à la croisée des chemins, selon un sondage de Pyramis Global Advisor



    
    - Malgré des bases solides, ils doivent trouver de nouvelles sources de
    revenus -
    

    TORONTO, le 22 oct. /CNW/ - Une nouvelle étude de Pyramis Global
Advisors, la société de gestion de placements institutionnels de Fidelity
Investments, révèle que les régimes de retraite canadiens se portent bien
malgré la volatilité des marchés. Toutefois, les promoteurs de régimes se
demandent de plus en plus comment ils pourront continuer à générer des revenus
étant donné la faiblesse du rendement et l'instabilité des marchés.
    Il s'agit du deuxième sondage annuel mené par Pyramis Global Advisors
auprès de promoteurs canadiens de régimes de retraite à prestations
déterminées afin de connaître leurs stratégies de placement actuelles, leurs
plans et leurs réactions face à l'évolution du marché. L'étude nationale,
intitulée Canadian Defined Benefit Plans at a Crossroad, a sondé des
promoteurs de régimes de retraite à prestations déterminées publics et privés
dont l'actif s'élève à plus de 200 millions de dollars. Ensemble, ils
représentent des actifs supérieurs à 427 milliards de dollars.
    "Un grand nombre de promoteurs de régimes de retraite canadiens se
trouvent à la croisée des chemins. Bien qu'ils aient profité de la vigueur des
marchés boursiers canadiens au cours des dernières années, ils doivent
aujourd'hui faire face à des défis de taille et à des choix difficiles,
explique Peter Chiappinelli, vice-président principal, Stratégies de
répartition de l'actif à Pyramis Global Advisors. Les promoteurs soupèsent un
certain nombre de décisions importantes, comme la proportion de titres
canadiens à inclure dans leur régime, le recours aux placements alternatifs et
la gestion des risques compte tenu de la volatilité des marchés."

    
    Capitalisation stable, mais provinces de l'Atlantique sous la moyenne
    nationale
    

    Dans l'ensemble, les régimes de retraite canadiens possèdent des bases
très solides. Ils ont profité de la résistance des marchés boursiers
canadiens, avec un rendement moyen de 11,7 %(*) sur cinq ans. Les promoteurs ont
également déclaré d'excellents ratios de capitalisation, la moyenne se situant
à 102,7 %. Par ailleurs, la majorité des régimes (67 %) seraient capitalisés à
plus de 100 %.
    Des écarts sont cependant observables à l'échelle régionale, les régimes
de retraite dans l'est du Canada ayant déclaré un ratio de capitalisation
moyen qui se situe sous la moyenne nationale à 99,37 %. Par comparaison, les
régimes de retraite dans les provinces du centre sont en meilleure posture que
leurs contreparties des autres provinces avec un ratio moyen très supérieur à
la moyenne nationale (106,4 %). Cette donnée a de quoi surprendre compte tenu
du ralentissement économique de plus en plus prononcé dans cette partie du
pays. Les régimes de retraite de l'ouest du Canada se situent eux aussi
au-dessus de la moyenne nationale avec un ratio de capitalisation moyen de
101,6 %.
    Il est réjouissant de constater que la très grande majorité des
entreprises offrant un régime de retraite à prestations déterminée (97 %)
s'engagent à le maintenir pour leurs employés actuels et futurs. En ce qui a
trait aux raisons expliquant la popularité des régimes à prestations
déterminées, la plupart des répondants au sondage croient que c'est parce
qu'ils offrent aux entreprises la possibilité de garantir un revenu de
retraite convenable à leurs employés. Ils estiment également que les régimes à
prestations déterminées sont un meilleur incitatif pour recruter et maintenir
en poste les travailleurs d'aujourd'hui.

    
    Qu'est-ce qui empêche les promoteurs de régimes de retraite de fermer
    l'oeil la nuit?
    Comparaison entre les régimes publics et privés
    

    Interrogés sur leurs principales préoccupations, près du quart des
répondants (23 %) ont indiqué le faible rendement des placements en tête de
liste. La gestion des risques (20 %) et la volatilité des marchés (18 %)
figurent également parmi les grandes préoccupations de promoteurs qui tentent
de maintenir leur position malgré l'agitation qui règne sur les marchés à
l'heure actuelle.
    Les inquiétudes des promoteurs de régimes privés diffèrent cependant de
celles des promoteurs de régimes publics. Dans le secteur privé, la faiblesse
du rendement et le ratio de capitalisation figurent en tête de liste. La
volatilité des marchés est un fardeau supplémentaire pour les caisses privées,
qui doivent gérer leur actif et leur passif sans pour autant nuire aux
résultats financiers de l'entreprise.
    Dans le secteur public, la gestion des risques est la préoccupation
première. Les caisses de retraite publiques, qui sont généralement plus
importantes que les caisses privées, ont davantage accès aux classes d'actifs
et aux stratégies d'investissement sources d'alpha, comme les éléments
d'infrastructure et le capital d'investissement privé et doivent s'assurer
qu'elles peuvent gérer ces nouveaux risques.
    Tous les promoteurs, qu'ils exercent leurs activités dans le secteur
privé ou dans le secteur public, surveillent de près la réforme des régimes de
retraite. Beaucoup considèrent toujours le cadre réglementaire comme une
entrave à la viabilité de leurs régimes, d'autant plus qu'ils doivent faire
face à de faibles rendements et d'autres menaces. Les promoteurs de régimes
publics et privés ne partagent toutefois pas le même point de vue quant aux
modifications souhaitables. En effet, le tiers des répondants du secteur privé
aimeraient bénéficier d'un droit incontestable sur les surplus générés par le
régime, tandis que 22 % réclament un prolongement de la période
d'amortissement du déficit de solvabilité. Les répondants du secteur public se
disent quant à eux plus intéressés par l'augmentation ou même l'élimination
des limites applicables aux surplus accumulés (28 %) et par l'assouplissement
des restrictions sur les investissements (24 %). L'harmonisation des
réglementations ne semble pas aussi préoccupante, puisque seuls 12 % des
promoteurs interrogés ont indiqué que les différences provinciales sont un des
principaux éléments à modifier.

    Vers les placements alternatifs

    L'étude de Pyramis révèle en outre que, bien que les promoteurs de
régimes de retraite canadiens soient intéressés par les placements
alternatifs, beaucoup se heurtent à des difficultés. En raison du faible
rendement qu'ils obtiennent actuellement, les promoteurs sont nombreux à
envisager le recours à des placements alternatifs pour améliorer leur
situation.
    "Malgré l'utilité des placements alternatifs pour diversifier le
rendement et réduire les risques, les promoteurs canadiens sont moins nombreux
que leurs homologues américains à les avoir adoptés, affirme M. Chiappinelli.
Beaucoup de répondants ont indiqué que leurs lignes directrices en matière
d'investissement n'autorisent pas le recours aux placements alternatifs ou en
position à découvert. De plus, bon nombre ont dit mal connaître ce type de
placements."
    L'une des catégories d'actif alternatif qui continue d'avoir la cote
parmi les promoteurs de régimes de retraite canadiens est la stratégie 130/30.
Ils sont en effet 46 % dans le secteur public et 26 % dans le secteur privé à
utiliser ces classes d'actifs ou à envisager de le faire. Bien que la majorité
d'entre eux ne considèrent pas les stratégies 130/30 comme des placements
alternatifs, ils éprouvent tout de même des difficultés à les mettre en
oeuvre. Une des principales raisons citées par les répondants qui n'envisagent
pas le recours à ces stratégies est qu'il serait trop difficile d'en expliquer
le fonctionnement au comité de gestion de la caisse de retraite.
    Par ailleurs, bon nombre de répondants croient que la gestion des risques
se révèle plus difficile avec les placements alternatifs qu'avec les classes
d'actifs traditionnels.
    "Les promoteurs de régimes de retraite concentreront leurs efforts dans
les prochains mois à la prise de risques, leur évaluation et leur gestion. Un
des faits saillants de notre étude est qu'une grande majorité de promoteurs ne
considèrent pas que les outils actuels de gestion des risques sont bien
adaptés aux stratégies de placement alternatives, ajoute M. Chiappinelli. Il
serait sans doute nécessaire de repenser le rôle que joue la gestion des
risques dans les portefeuilles actuels des régimes de retraite."

    
    (*) Rendement au 31 décembre 2007

    A PROPOS DU SONDAGE ET DU CANADIAN INSTITUTIONAL INVESTMENT NETWORK
    

    Propriété des Editions Rogers ltée, le Canadian Institutional Investment
Network (CIIN) est une base de données électronique contenant plus de 1 800
entrées sur des caisses de retraite, des conseillers et des gestionnaires de
capitaux canadiens. Auparavant appelé Canadian Pension Fund Directories, le
CIIN est au service des gestionnaires de placements institutionnels depuis 20
ans. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site
www.institutionalinvestmentnetwork.ca.
    Les Editions Rogers, une filiale de Rogers Media inc., publie un grand
nombre de magazines grand public bien connus comme Maclean's, Châtelaine,
Flare, L'actualité et Canadian Business, en plus d'être le chef de file de la
publication de revues spécialisées dans les secteurs industriel, médical et
financier. Les magazines, les chaînes de télévision et les stations de radio
détenus par Rogers Media sont également présents dans le cyberespace grâce à
des sites Web très fréquentés. Rogers Media est une filiale de Rogers
Communications inc. (TSX : RCI; NYSE : RCI), une société canadienne offrant
divers services de communications et de média. Pour obtenir de plus amples
renseignements sur le Groupe de sociétés Rogers, consultez le site
www.rogers.com.

    A PROPOS DE PYRAMIS GLOBAL ADVISORS

    Pyramis Global Advisors, une division de Fidelity Investments, est une
société de gestion de placements qui sert les investisseurs institutionnels
tels que les régimes de retraite des secteurs privé et public, les fonds de
dotation, les fondations et d'autres institutions. Pyramis fournit aux
investisseurs américains, canadiens et européens des services de gestion
active des placements et de maîtrise des risques sur les marchés des actions
canadiennes, des actions internationales, des titres à revenu fixe et des
instruments alternatifs. Au 30 septembre 2008, les actifs investis dans ces
instruments totalisaient plus de 148,5 milliards de dollars.





Renseignements :

Renseignements: Chris Pepper, Directeur, Affaires de la société, Bureau:
(416) 307-5388, Cellulaire: (416) 795-7762, Courriel: chris.pepper@fmr.com

Profil de l'entreprise

Fidelity Investments Canada Limitée

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.