Les Québécois savent ce qu'ils veulent comme première propriété et sont bien décidés à l'obtenir

Le Rapport 2011 de TD Canada Trust sur les acheteurs d'une première propriété révèle des tendances en matière de recherche d'une propriété

POUR CONSULTER LE COMMUNIQUÉ DE MÉDIAS SOCIAUX, veuillez visiter le : http://www.smrmediaroom.ca/TDacheteurs.html

MONTRÉAL, le 15 juin 2011 /CNW/ - Les acheteurs québécois d'une première propriété sont intransigeants en matière de goût. Selon le Rapport 2011 de TD Canada Trust sur les acheteurs d'une première propriété, les Québécois sont les moins susceptibles, par rapport à la moyenne nationale, de faire des compromis au sujet de presque toutes les caractéristiques de leur maison. Cela pourrait être attribué au fait que les Québécois prévoient habiter leur première propriété plus longtemps que les autres Canadiens, près de la moitié d'entre eux (46 %) comptant y demeurer pendant plus de 10 ans (contre une moyenne nationale de 31 %). Le sondage révèle également que bon nombre de gens à la recherche d'une propriété ont l'intention de le faire seuls. Au Québec, 37 % des acheteurs d'une première propriété ont l'intention d'acheter seuls leur première demeure (plutôt qu'avec un coacheteur). À l'échelle nationale, près de six hommes sur dix (57 %) prévoient acheter seuls, tout comme 33 % des femmes. 

« L'achat d'une propriété représente une dépense très importante et c'est bien de constater qu'autant de gens jugent qu'ils sont financièrement aptes à l'assumer seuls, déclare Linda Dupont, directrice régionale des ventes, Crédit aux particuliers, District Montréal, Centre-Sud, TD Canada Trust.  Nous recommandons toujours aux gens d'acheter une propriété qu'ils ont les moyens de se payer aisément, et c'est particulièrement important lorsqu'ils l'achètent seuls. Assurez-vous que le paiement de votre prêt hypothécaire vous laisse suffisamment d'argent pour en mettre un peu de côté, parce que si votre situation financière devait changer, vous seriez la seule personne responsable du prêt sur le plan juridique. »

Si les personnes qui achètent seules n'ont pas à faire de compromis sur le type de propriété, ses caractéristiques et son emplacement, les acheteurs d'une première propriété pourraient tout de même devoir faire des concessions parce que la maison parfaite risque de ne pas exister, ou, du moins, de ne pas être dans leur fourchette de prix. Et même si le sondage indique que les Québécois sont moins prêts que la moyenne nationale à faire des compromis, il y a certains aspects sur lesquels ils sont plus flexibles que les autres Canadiens.

Les acheteurs québécois d'une première propriété sont plus portés à dire qu'ils ne feraient aucun compromis sur les éléments suivants :

  • Le prix (64 % contre 50 % à l'échelle nationale)
  • Le nombre de chambres à coucher (50 % contre 43 % à l'échelle nationale)
  • La proximité au travail (42 % contre 30 % à l'échelle nationale)

Ils sont plus susceptibles d'accepter de faire des compromis sur les éléments suivants :

  • Le nombre de salles de bain (76 % contre 71 % à l'échelle nationale)
  • La proximité aux activités récréatives (73 % contre 82 % à l'échelle nationale)
  • La proximité aux magasins (72 % contre 79 % à l'échelle nationale)

Les acheteurs à la recherche d'une bonne affaire sont prêts à attendre

Selon les conclusions du Rapport, les acheteurs canadiens d'une propriété qui s'attendent à payer un prix supérieur au prix affiché consacrent moins de temps à la recherche d'une propriété et en visitent un moins grand nombre. Un tiers (31 %) de ceux qui prévoient payer moins que le prix demandé visiteront plus de 10 maisons et seront deux fois plus nombreux à consacrer plus d'un an à la recherche d'une maison que ceux qui payeront un prix supérieur au prix affiché (17 % contre 10 %).  Au Québec, 21 % des acheteurs d'une première propriété visitent entre une et trois maisons, 35 % en visitent de 4 à 6, 23 % en visitent de 7 à 10, alors que 21 % visitent plus de 10 maisons. Quatre-vingt-cinq pour cent des répondants passent moins d'un an à la recherche d'une propriété.

Les acheteurs acceptent des locataires afin de rembourser leur prêt hypothécaire plus rapidement

Un quart des Québécois interrogés (25 %) ont acheté ou projettent d'acheter une propriété dotée d'un logement locatif. Six répondants sur dix (63 %) affirment qu'ils utiliseront le revenu provenant d'un logement locatif pour rembourser leur prêt hypothécaire plus rapidement. Ceux qui ne le feront pas ont l'intention d'utiliser ce revenu pour vivre plus aisément (20 %) ou pour épargner (17 %).

Les deux tiers de ceux qui prévoient acheter une propriété avec logement locatif comptent recevoir un revenu de location se situant entre 500 $ et 750 $ par mois (65 %).  Quinze pour cent prévoient obtenir entre 750 et 1 000 $, alors qu'un petit nombre (2 %) estiment qu'ils recevront un montant supérieur à 1 000 $. Dix-sept pour cent s'attendent à recevoir moins de 500 $ par mois en revenu supplémentaire.

« Prendre un locataire peut se révéler un moyen efficace d'obtenir un revenu d'appoint et de rembourser son prêt hypothécaire plus rapidement, explique Linda Dupont. Si vous avez un logement locatif, je vous recommande de considérer les options hypothécaires souples. Ces produits vous permettent de rembourser votre prêt hypothécaire plus rapidement lorsque vous en avez les moyens et vous donnent la tranquillité d'esprit de savoir qu'en cas d'imprévus financiers, par exemple le départ d'un locataire le même mois qu'un bris du système de chauffage, vous pouvez reporter vos versements sans pénalité. »

Les acheteurs d'une propriété se préparent un peu moins consciencieusement que l'an dernier

De nombreux acheteurs québécois d'une première propriété se préparent bien avant d'entreprendre le processus d'achat. Les Québécois sondés étaient les plus susceptibles de s'informer des options en matière de prêts hypothécaires (84 %), d'établir une estimation du coût du chauffage et de l'eau (78 %), une estimation des frais annuels d'entretien (77 %) et d'obtenir un prêt hypothécaire préautorisé (77 %).

Même si un nombre élevé de répondants se préparent au processus d'achat, le Rapport 2011 de TD Canada Trust sur les acheteurs d'une première propriété révèle comme tendance générale que moins d'acheteurs effectuent cette préparation comparativement à l'an dernier; les résultats au Québec reflètent aussi cette tendance. À l'échelle nationale, les plus fortes baisses des activités de préparation étaient les suivantes : l'obtention d'un prêt hypothécaire préautorisé (76 %, en baisse par rapport à 91 %), la consultation d'un prêteur hypothécaire avant d'entreprendre la recherche (72 %, en baisse par rapport à 84 %), et l'inspection immobilière (67 %, en baisse par rapport à 85 %). Comparativement à 2010, les acheteurs d'une première propriété étaient également moins portés cette année à s'informer des options en matière de prêt hypothécaire (85 %, en baisse par rapport à 93 %), à établir une estimation des coûts du chauffage, de l'électricité et de l'eau (78 %, en baisse par rapport à 85 %), et à prévoir les coûts de clôture (77 %, en baisse par rapport à 88 %).

« Qu'il s'agisse d'obtenir un prêt hypothécaire préautorisé ou une estimation des coûts de clôture et d'électricité, il y a bon nombre d'aspects du processus d'acquisition d'une propriété dont de nombreux acheteurs d'une première propriété ne tiennent pas du tout compte, explique Linda Dupont. Un spécialiste hypothécaire peut vous expliquer chacune des étapes du processus et vous y préparer. »

Au sujet du Rapport 2011 de TD Canada Trust sur les acheteurs d'une première propriété

Entre le 29 avril et le 16 mai 2011, les données du sondage en ligne personnalisé ont été recueillies par le groupe Environics Research auprès de 1 000 Canadiens, dont 230 provenaient du Québec. Tous les répondants avaient soit acheté leur première propriété dans les 24 derniers mois ou projetaient de le faire dans les 24 prochains mois.

Au sujet de TD Canada Trust

TD Canada Trust offre des services bancaires personnels et commerciaux à plus de 11,5 millions de clients. Elle propose une vaste gamme de produits et de services, notamment des comptes de chèques et d'épargne, des cartes de crédit, des prêts hypothécaires, des services bancaires aux entreprises, la protection de crédit, l'assurance médicale de voyage, ainsi que des conseils en matière de gestion courante des finances. TD Canada Trust fournit des services bancaires confortables grâce à son service primé et à la commodité de ses services bancaires mobiles, téléphoniques, par Internet et par GAB, offerts 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et de ses plus de 1 100 succursales, dont la plupart sont ouvertes dès 8 h et jusqu'en soirée, et dont bon nombre sont ouvertes le dimanche. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter le site www.tdcanadatrust.com. TD Canada Trust est la banque canadienne de détail du Groupe Banque TD, la sixième banque en importance de l'Amérique du Nord.

SOURCE TD Canada Trust

Renseignements :

Tara Sirinyan       Charles Durivage
Groupe Banque TD       Morin Relations Publiques pour le Groupe Banque TD
514-289-0265       514-289-8688, poste 227
Tara.sirinyan@td.com        charlesd@morinrp.com

 


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.