LES PROJETS PEDAGOGIQUES PARTICULIERS AU SECONDAIRE: DIVERSIFIER EN TOUTE EQUITE



    QUEBEC, le 19 avril /CNW Telbec/ - La multiplication des projets
pédagogiques particuliers et la croissance des pratiques de sélection des
élèves sur la seule base du rendement scolaire ont une incidence sur les
objectifs de démocratisation, d'accessibilité et d'égalité des chances
assignés au système scolaire québécois. En l'absence de balises claires pour
encadrer l'offre des projets, le Conseil supérieur de l'éducation craint la
disparition d'une école riche de sa diversité et ouverte à tous. C'est ce
qu'il affirme dans son avis Les projets pédagogiques particuliers au
secondaire: diversifier en toute équité, qu'il a rendu public aujourd'hui à
l'école secondaire d'Anjou, école qui a basé son projet éducatif sur les
besoins et la motivation de l'élève en offrant à tous ses élèves des profils
de formation artistique, scientifique ou sportive.

    Des retombées positives mais aussi des risques de dérive

    Les projets pédagogiques particuliers, qui cherchent à répondre aux
besoins et aux intérêts des adolescentes et des adolescents, sont les
programmes sport-études et arts-études ainsi que les programmes d'éducation
internationale et d'enrichissement en divers volets. Ils favorisent la
motivation et la persévérance scolaire et donnent la possibilité à certains
élèves de s'initier à de nouveaux champs d'intérêt.
    Les projets pédagogiques particuliers applicables à un groupe d'élèves
ont certes des effets positifs: la reconnaissance et la promotion de champs
d'intérêt dans divers domaines de formation; un plus grand nombre d'élèves
intéressés et stimulés; des équipes enseignantes motivées et mobilisées; des
parents plus intéressés et davantage satisfaits de l'école secondaire; des
commissions scolaires et des écoles plus dynamiques. Toutefois, ils ne sont
pas sans risque de dérive: la dévalorisation et la perte d'estime de soi des
élèves exclus des projets convoités; des classes ordinaires aux profils
d'élèves moins diversifiés; la répartition inégale du poids de l'intégration
des élèves handicapés et des élèves en difficulté d'adaptation ou
d'apprentissage et la concurrence entre les écoles secondaires où l'image de
l'école l'emporte sur les visées éducatives.

    Des principes pour guider l'action

    Pour élaborer son avis, le Conseil supérieur de l'éducation a mené une
importante consultation auprès des principaux acteurs scolaires du secondaire:
parents, personnel enseignant, personnel de direction, gestionnaires des
secteurs public et privé de l'enseignement, syndicats d'enseignement et
centres de recherche universitaire. A la suite de ces consultations, le
Conseil est d'avis que l'éducation est un bien public qu'il convient de
protéger; que la sélection des élèves a un effet négatif sur l'ensemble du
système éducatif; que le caractère hétérogène de l'enseignement secondaire,
dans la classe comme dans l'école, est une richesse et non un obstacle à la
réussite du plus grand nombre d'élèves; que l'équité entre tous les élèves du
secondaire est un enjeu primordial.

    Des orientations à promouvoir et des recommandations à considérer

    Le Conseil supérieur de l'éducation formule des orientations pour
favoriser l'accès d'un plus grand nombre d'élèves aux projets pédagogiques
particuliers, pour assurer l'hétérogénéité scolaire dans la classe comme dans
l'école secondaire, pour établir une offre de formation plus complémentaire
entre les secteurs d'enseignement public et privé et, ultimement, pour
entraîner la réussite du plus grand nombre d'élèves.
    A cela, le Conseil supérieur de l'éducation associe seize
recommandations. Ainsi, il recommande aux commissions scolaires, aux conseils
d'établissements, aux directions d'école et aux équipes-écoles de rendre les
projets pédagogiques particuliers accessibles à tous les élèves qui le
désirent en renonçant aux pratiques de sélection des élèves sur la seule base
des performances scolaires et de miser sur des critères plus inclusifs. Le
Conseil invite particulièrement les directions d'école, les parents et la
communauté d'appartenance de l'école à considérer les besoins de l'ensemble
des élèves au moment de décider du caractère sélectif ou non des projets
pédagogiques particuliers offerts dans leur établissement.
    Il invite le ministre de l'Education, du Loisir et du Sport à dresser un
portrait fidèle de l'offre de projets pédagogiques particuliers et à s'assurer
que l'information soit accessible aux élèves du secondaire et à leurs parents.
Il lui recommande aussi de mettre sur pied un comité composé de tous les
acteurs concernés aux fins de déterminer les fonctions des projets
pédagogiques particuliers et de baliser, à l'échelle du système, l'élaboration
de l'offre de projets. Il lui faudrait également instaurer un mécanisme
favorisant le dialogue et l'établissement de nouveaux liens de complémentarité
entre les établissements d'un même secteur d'enseignement de même qu'entre les
secteurs public et privé. En outre, il y aurait lieu d'examiner, avec les
représentants du secteur privé de l'enseignement, les modalités susceptibles
d'entraîner une plus grande participation de ceux-ci à l'intégration scolaire
des élèves à risque, des élèves handicapés et des élèves en difficulté
d'adaptation ou d'apprentissage.
    Le Conseil recommande enfin aux universités de mettre un accent
particulier sur le développement de compétences relatives à la gestion de
l'hétérogénéité scolaire à l'intérieur des programmes de formation initiale
des futurs enseignants du secondaire de même que dans les programmes de
perfectionnement du personnel enseignant en exercice.
    En conclusion, le Conseil supérieur de l'éducation rappelle que le
renouveau pédagogique permet en soi une diversification de la formation des
élèves, d'où l'intérêt pour le Conseil de poursuivre dans la foulée de la
réforme.

    P. S. : Vous pouvez consulter cet avis et ses versions abrégées (en
français et en anglais) en accédant au site Web du Conseil supérieur de
l'éducation (www.cse.gouv.qc.ca). Des photographies de ce lancement seront
transmises en présentant une demande.
    -%SU: EDU,SOC
    -%RE: 37,40




Renseignements :

Renseignements: Mme Johanne Méthot, Responsable des communications,
Conseil supérieur de l'éducation, (418) 643-8253, (418) 571-1359

Profil de l'entreprise

Conseil supérieur de l'Education

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.