Les professionnels de la santé canadiens peu conscients de l'importance du sexe en matière de maladies cardiovasculaires



    TORONTO, le 26 oct. /CNW Telbec/ - Les médecins pourraient négliger les
Canadiennes quand vient le temps de traiter leur coeur, selon Dre Susan
K. Bennett, qui s'adressait au Congrès canadien de santé cardiovasculaire 2008
dans le cadre de la Conférence de la Fondation des maladies du coeur du
Canada.
    "Les médecins doivent entendre le message à l'effet que les femmes font
face à des carences importantes en matière de soins cardiaques et que cet
écart doit être comblé", dit Dre Bennett, directrice du programme de santé du
coeur chez les femmes de l'Hôpital universitaire George Washington.
    Dre Bennett affirme que la sensibilisation du public et la connaissance
des facteurs de risques et des signes avant-coureurs chez les femmes
augmentent et que grâce à des campagnes de sensibilisation plus soutenues, de
plus en plus de femmes consultent leur médecin au sujet de ces questions de
santé. Mais trop souvent, à son avis, les professionnels de la santé ne
connaissent pas les dernières recherches sur les différences entre la
manifestation des maladies du coeur chez les hommes et chez les femmes. "Les
professionnels de la santé doivent être informés des questions de santé
cardiovasculaires spécifiques aux femmes et répondre aux attentes du public",
dit Dre Bennett.
    "Il existe un sérieux écart au sein des professions médicales, dit
Dre Bennett. Les données suggèrent que les femmes n'ont pas droit aux mêmes
soins que les hommes. Nous devons tenter de comprendre pourquoi et combler cet
écart."
    "Les rencontres comme le Congrès canadien de santé cardiovasculaires
ainsi que les programmes de sensibilisation comme la campagne Le coeur tel
qu'elles de la Fondation des maladies du coeur sont des occasions de nous
efforcer de refermer cet écart entre les sexes et de répondre aux besoins des
femmes pour des soins offerts plus efficacement."
    Les maladies du coeur et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont
la principale cause de décès au pays et elles causent la mort d'une Canadienne
sur trois. Dre Bennett signale qu'en matière de prévention et de traitement
des maladies du coeur, des inégalités inquiétantes se remarquent en santé du
coeur chez les femmes et ce, des deux côtés de la frontière.
    Le Bulletin de santé 2007 de la Fondation des maladies du coeur
mentionnait que la santé du coeur des Canadiennes ne suivait pas la
progression de celle des hommes. Les raisons de cette différence ne sont pas
claires. Le rapport concluait que les facteurs qui y contribuaient pouvaient
être systémiques, sociaux et biologiques, et qu'il fallait y trouver des
réponses.

    D'où vient cet écart?

    Dre Bennett dit que les médecins ne sont soit pas tout à fait
confortables avec la question des différences entre les sexes, ou ne sont pas
prêts à répondre aux besoins des femmes. "Un groupe important au sein de la
profession médicale, dont des obstétriciens, gynécologues, urgentologues et
médecins de famille, n'ont pas encore compris le message."
    Dre Bennett fait allusion à une enquête menée en 2005 par l'American
Heart Association, qui dévoilait un manque flagrant de connaissances au sein
du milieu médical. A peine huit pour cent (8 %) des médecins de soins
primaires et 17 % des cardiologues savaient que plus d'Américaines que
d'Américains succombent aux maladies du coeur.
    Dre Bennett dit qu'un manque de connaissances comparable s'observe chez
les professionnels de la santé au Canada et indique le fait que moins de
femmes que d'hommes sont référées à un cardiologue après une crise cardiaque,
que leurs taux d'interventions de pontage coronarien et d'angioplastie sont
inférieurs et qu'elles sont moins susceptibles d'être transférées dans un
autre établissement pour y être traitées.

    Un écart à combler

    Dre Bennett lance un cri aux professionnels de la santé afin qu'ils
abattent ce mur et le transforment en pont vers la santé du coeur des femmes.
    Pour ce faire, elle dit que des efforts s'imposent afin de sensibiliser
le milieu médical aux besoins de santé du coeur des femmes.
    A son avis, les médecins sous-estiment fréquemment les risques de
maladies du coeur des femmes. "Leur perception de la faiblesse des risques de
maladies du coeur chez les femmes les poussent à l'inaction, dit Dre Bennett.
Il faut insister davantage sur l'hypertension incontrôlée,
l'hypercholestérolémie et les modes de vie à risque chez les femmes."
    Dre Bennett dit que la clé se trouve dans la prévention. "Mais les
médecins sont débordés et souvent, n'ont pas le temps de parler de
prévention", dit-elle.
    Ce qui n'aide pas non plus, c'est que les essais cliniques continuent de
sous-représenter les femmes dans une mesure considérable. Quand les résultats
sont concluants et qu'un nouveau médicament est déclaré avantageux, ces
résultats ne s'appliquent pas nécessairement aux femmes parce que les femmes
ne représentent qu'une minorité de sujets au sein de l'étude clinique et
qu'aucune conclusion robuste à leur sujet ne peut être tirée.
    "Ce ne sont pas tous les médicaments qui agissent de la même façon chez
les hommes et chez les femmes, mais nous connaissons trop peu ces différences
pour en exploiter les avantages et inconvénients", dit Dre Bennett.
    Dre Bennett signale que la prise de décision semble plus lente quand une
femme se présente à l'urgence aux prises avec des symptômes de crise cardiaque
et que les femmes subissent habituellement les examens nécessaires plus tard
que les hommes. "Une fois au laboratoire de cathétérisme, elles obtiennent des
soins de qualité raisonnable, observe Dre Bennett, mais le taux de mortalité
des femmes est encore supérieur à celui des hommes."
    C'est ce qui a motivé le lancement de la campagne The Heart Truth (Le
coeur tel qu'elles) aux Etats-Unis, afin que les femmes discutent avec leur
médecin de leurs risques de maladies du coeur. La Fondation des maladies du
coeur du Canada a repris cette campagne au Canada en 2008. Dre Bennett
mentionne que la sensibilisation du public aux Etats-Unis a continué de
grimper depuis le lancement du programme, mais bien qu'une majorité de femmes
disent savoir que les maladies du coeur et les AVC sont la principale cause de
décès, elles se disent "Mais ce n'est pas mon cas."
    "A titre de professionnels, nous devons nous faire rappeler qu'il existe
un déficit important en matière de soins de santé cardiaques offerts aux
femmes, dit Dr Lyall Higginson, président de la Société canadienne de
cardiologie. Nous devons faire preuve de diligence afin de nous améliorer.
Cette rencontre annuelle est importante si nous voulons renseigner les
professionnels sur des questions comme celles-ci, d'où l'importance vitale
d'améliorer la santé cardiovasculaire des Canadiennes."
    "Cette campagne a fait un travail formidable en encourageant les femmes à
solliciter des soins cardiovasculaires, dit Dre Bennett, porte-parole de The
Heart Truth aux Etats-Unis. Maintenant, les professionnels de la santé
comprennent le message. Au fur et à mesure que la sensibilisation continuera
d'augmenter, les patientes pourront s'attendre à des soins de meilleure
qualité."
    "Les médecins font parfois des choix inconscients et le fait de traiter
un homme ou une femme, ou simplement l'interaction avec le patient détermine
si ce dernier sera traité ou non. Le sexe est un facteur important et ce n'est
pas prêt de changer."
    Le Congrès de santé cardiovasculaire est organisé conjointement par la
Fondation des maladies du coeur et la Société canadienne de cardiologie.
    Pour en savoir plus sur Le coeur tel qu'elles et les maladies du coeur
chez les femmes, visitez le site lecoeurtelquelles.ca.

    Les déclarations et conclusions des auteurs de cette étude sont
uniquement celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les
politiques ou les points de vue de la Fondation et la SCC. La Fondation des
maladies du coeur du Canada et la Société canadienne de cardiologie font
aucune représentation ou garantie quant à leur exactitude ou à leur fiabilité.

    Organisme bénévole de bienfaisance en santé, la Fondation des maladies du
coeur mène la lutte vers l'élimination des maladies du coeur et des accidents
vasculaires cérébraux (AVC), en contribuant activement à l'avancement de la
recherche et sa mise en application, à la promotion de modes de vie sains et à
la représentation auprès des instances responsables des politiques de santé.
Pour en savoir plus, visitez le site www.fmcoeur.ca.

    La SCC (www.ccs.ca) est le porte-parole national des médecins et des
scientifiques dans le domaine cardiovasculaire. Elle a pour sa mission de
promouvoir la santé et les soins cardiovasculaires par l'application des
connaissances, le perfectionnement professionnel et un rôle de premier plan en
matière de politique relative à la santé.




Renseignements :

Renseignements: ou entrevues, s'adresser à: Bureau des médias du CCSC
2008, (416) 585-3703 (du 26 au 29 Octobre); Renseignements sur le congrès ou
inscription: www.cardiocongress.org; Après le 29 octobre 2008: Jane-Diane
Fraser, Fondation des maladies du coeur du Canada, (613) 569-4361, poste 273,
jfraser@hsf.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.