Les perceptions du public quant à la gravité de l'abus de substances ne coincident pas avec ses coûts réels, selon un nouveau rapport du Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies



    OTTAWA, le 28 mars /CNW Telbec/ - Les Canadiens surestiment les méfaits
liés à la consommation de drogues illicites, mais ils sous-estiment
continuellement les répercussions néfastes de l'alcool sur la société et
l'économie, selon un nouveau rapport de recherche publié aujourd'hui par le
Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT),
l'organisme national canadien oeuvrant à la réduction des méfaits liés à
l'alcool et aux drogues.
    En analysant des données tirées de l'Enquête sur les toxicomanies au
Canada (ETC) de 2004 et du rapport Les coûts de l'abus de substances au Canada
2002, des chercheurs du CCLAT ont découvert que les coûts sociaux et
économiques directs attribuables à l'alcool (7,4 milliards) étaient deux fois
plus élevés que ceux associés aux drogues illicites (3,6 milliards).
Toutefois, lorsqu'on a demandé aux Canadiens, dans le cadre de l'ETC,
d'évaluer les problèmes à l'échelle nationale, seulement 25 % d'entre eux
considéraient l'abus d'alcool comme "très grave", alors que la proportion
était de 45 % pour l'abus de drogues illicites. Des données sur l'opinion
publique contenues dans le rapport semblent indiquer que c'est chez les
personnes les moins familiarisées avec une substance précise que le niveau de
risque perçu est le plus élevé.
    "La divergence existant entre la gravité perçue et les coûts réels fait
ressortir la nécessité de redresser les conceptions erronées du public quant à
l'ampleur de l'abus de drogues illicites au Canada, particulièrement
l'utilisation de drogues injectables, et de sensibiliser les Canadiens aux
risques importants et grandement méconnus de l'alcool", a déclaré Rita
Notarandrea, directrice de la recherche et des politiques du CCLAT.
    Le rapport Comparer la gravité perçue et les coûts réels de l'abus de
substances au Canada indique que des facteurs institutionnels, sociaux et
culturels (y compris les médias) contribuent à l'amplification ou à
l'atténuation du niveau de risque perçu. Par exemple, l'alcool, en tant que
produit légal, fait l'objet d'une grande publicité, alors que ses effets
négatifs demeurent relativement méconnus. Quant aux drogues illicites, la
perception de leur gravité est probablement faussée par la propension des
médias à présenter des situations saisissantes, mais relativement rares d'abus
de drogues.
    Les politiques d'intervention récemment mises en place pour lutter contre
la consommation de méthamphétamine constituent un excellent exemple de la
question. S'il est vrai qu'il s'agit d'une drogue dangereuse relativement
facile à fabriquer et dont la consommation est en hausse dans certaines
provinces et territoires au pays, le rapport indique que les taux globaux de
consommation sont faibles par rapport à ceux d'autres substances, tout comme
les méfaits sur la santé et la santé découlant de son abus. Le rapport signale
également que (la situation) "soulève des questions quant à la pertinence de
faire de la méthamphétamine le principal moteur des politiques antidrogue, ce
qui semble être le cas actuellement dans plusieurs provinces et territoires au
Canada".

    Pour consulter le rapport intégral et obtenir des renseignements sur la
contribution du CCLAT à la résolution de ces problématiques, visitez le site
Web www.cclat.ca.

    Au sujet du CCLAT

    Le CCLAT a pour mandat législatif d'assurer un leadership à l'échelle
nationale et de fournir des analyses et des conseils factuels afin de
mobiliser les efforts de collaboration visant à réduire les méfaits liés à
l'alcool et aux drogues. Le CCLAT est subventionné par Santé Canada dans le
cadre de la Stratégie canadienne antidrogue.




Renseignements :

Renseignements: Brooke Bryce, Centre canadien de lutte contre
l'alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT), (613) 235-4048, poste 243,
bbryce@ccsa.ca

Profil de l'entreprise

CENTRE CANADIEN DE LUTTE CONTRE L'ALCOOLISME ET LES TOXICOMANIES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.