Les oméga-3 soulagent les symptômes dépressifs liés à la ménopause



    QUEBEC, le 27 janv. /CNW Telbec/ - Les oméga-3 soulagent la détresse
psychologique et les symptômes dépressifs légers qui affectent les femmes à la
périménopause et à la ménopause, selon des chercheurs de la Faculté de
médecine de l'Université Laval. Leur étude, publiée dans le numéro de février
de l'American Journal of Clinical Nutrition, constitue la première preuve de
l'efficacité des suppléments d'oméga-3 pour traiter ces problèmes de santé
psychologique courants chez les femmes à cette étape de leur vie.
    Le chercheur Michel Lucas et ses collaborateurs ont recruté 120 femmes
âgées de 40 à 55 ans qu'ils ont divisées en deux groupes. Les femmes du
premier groupe devaient consommer trois gélules contenant un total d'un gramme
d'EPA, un acide gras oméga-3 d'origine marine, tous les jours pendant huit
semaines. Les participantes du second groupe étaient soumises au même
protocole, mais leurs gélules contenaient de l'huile de tournesol sans EPA.
    Les résultats à différents tests administrés au début et à la fin des
huit semaines de l'essai clinique indiquent que les oméga-3 améliorent
significativement l'état des femmes présentant des symptômes de détresse
psychologique et de dépression légère. "Les différences que nous avons
observées entre les deux groupes ne sont pas anodines", commente Michel Lucas,
"surtout si on considère que les oméga-3 ont peu d'effets secondaires et
qu'ils procurent des bienfaits sur le plan de la santé cardiovasculaire." Cet
effet positif des oméga-3 n'a toutefois pas été observé chez un petit groupe
de femmes qui éprouvaient des symptômes dépressifs plus sévères.
    Par ailleurs, les participantes aux prises avec des bouffées de chaleur
ont aussi noté une amélioration de leur état lorsqu'elles consommaient des
oméga-3. Le nombre de bouffées de chaleur quotidiennes, qui était de 2,8 au
départ, a diminué de 1,6 en moyenne dans le groupe consommant des oméga-3 et
de seulement 0,5 dans le groupe placebo. La baisse attribuable aux oméga-3,
soit 1,1 épisode de bouffées de chaleur par jour, équivaut aux résultats
obtenus avec des phytoestrogènes ou des antidépresseurs. Les détails de ces
résultats ont fait l'objet d'une publication dans l'édition en ligne du 20
novembre 2008 de la revue scientifique Menopause.
    Les symptômes dépressifs affectent un nombre important de femmes à la
ménopause et à la périménopause. Plusieurs s'en remettent alors aux
antidépresseurs pour améliorer leur état, même si l'efficacité de ce
traitement est contestée. La méfiance envers l'hormonothérapie et les
antidépresseurs pousse certaines femmes à se tourner vers des solutions
alternatives dont l'efficacité n'a pas encore été démontrée scientifiquement.
L'étude des chercheurs de l'Université Laval vient corriger cette situation
dans le cas des oméga-3 d'origine marine.
    Outre Michel Lucas, les chercheures suivantes ont cosigné cette étude :
Geneviève Asselin et Sylvie Dodin, de la Chaire Lucie et André Chagnon pour
l'enseignement d'une approche intégrée en prévention, ainsi que Chantal
Mérette et Marie-Josée Poulin, du Centre de recherche Université Laval
Robert-Giffard.




Renseignements :

Renseignements: Michel Lucas, docteur en épidémiologie, Chaire Lucie et
André Chagnon pour l'enseignement d'une approche intégrée en prévention,
Université Laval, (418) 525-4348; Source: Jean-François Huppé, Relations avec
les médias, Université Laval, (418) 656-7785

Profil de l'entreprise

Université Laval

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.