Les objectifs environnementaux seront difficiles à respecter et heurteront durement les finances des manufacturiers et exportateurs déclarent les MEQ



    MONTREAL, le 27 avril /CNW Telbec/ - Les cibles prévues dans le plan
d'action fédéral pour réduire les gaz à effet de serre et la pollution
atmosphérique dévoilé hier seront non seulement difficiles à rencontrer pour
les entreprises manufacturières et exportatrices, mais elles auront également
un impact économique de plusieurs milliards de dollars en coûts de conformité
pour l'industrie.
    "Réduire l'intensité des émissions de 6 % par année pour les trois
prochaines années est une pilule dure à avaler pour l'industrie", déclare
Jean-Luc Trahan, président-directeur général des Manufacturiers et
exportateurs du Québec (MEQ). "Atteindre cet objectif demandera des
investissements importants dans le développement de nouvelles technologies
tout en ajoutant des nouveaux coûts de conformité aux entreprises",
ajoute-t-il. L'association estime toutefois que les cibles annoncées hier sont
plus réalistes que celles auxquelles le Canada s'était engagé dans le
Protocole de Kyoto.
    Alors que l'industrie déploiera des efforts significatifs pour réduire
l'intensité de ses émissions de 38 % d'ici 2020, elle appelle les
gouvernements à entrer en partenariat dans l'atteinte de ces objectifs. "Il
est essentiel que le gouvernement fédéral bonifie ses incitatifs pour
l'industrie, notamment en prolongeant la déduction pour amortissements
annoncée dans le dernier budget au-delà de 2008, en améliorant les crédits
d'impôt à la recherche et développement et en accordant d'autres allégements
fiscaux", ajoute M. Trahan.
    Advenant qu'une entreprise ne puisse respecter les cibles annoncées, elle
devra payer une pénalité de 15 dollars pour chaque tonne d'émission de gaz à
effet de serre, financer un fonds technologique ou utiliser un système de
crédits compensatoires.
    "Bien qu'il ne soit pas clair comment le système fonctionnera, l'élément
essentiel pour les manufacturiers et exportateurs québécois demeure de
s'assurer de pouvoir faire reconnaître les réductions substantielles de leurs
émissions de gaz à effet de serre qu'ils ont réalisées au cours des 15
dernières années", affirme M. Trahan. Rappelons que l'industrie manufacturière
québécoise a réduit ses émissions des gaz à effet de serre de 17 % entre 1990
et 2004.
    "Le système de réduction des émissions dévoilé hier sera un des systèmes
règlementaires les plus intrusifs au Canada car il demande aux entreprises de
prendre en charge des coûts additionnels reliés à la mise en place de systèmes
de surveillance, de déclaration et d'inspection", ajoute M. Trahan. "Pourtant,
dans le dernier budget le gouvernement fédéral annonçait son intention de
réduire de 20 % le poids de la paperasserie administrative pour les
entreprises".

    L'association des Manufacturiers et exportateurs du Québec constitue la
plus importante association industrielle au Québec. Elle a pour mission de
stimuler la compétitivité de l'industrie et la croissance de ses exportations.
Le secteur manufacturier constitue le plus important secteur d'activité
économique au Québec, lui qui est responsable des deux tiers des activités de
recherche et développement privées et qui expédie chaque année 130 milliards
de dollars de marchandises au Canada et dans plus de 180 pays.




Renseignements :

Renseignements: Jean Michel Laurin, Vice-président - Recherche et
affaires publiques, (514) 862-8315


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.