Les Montréalais méritent un traitement juste



    MONTREAL, le 21 juin /CNW Telbec/ - Le maire de Montréal, monsieur Gérald
Tremblay, a affirmé être choqué et indigné de voir comment le gouvernement du
Québec traite encore une fois les Montréalais avec la présentation d'un projet
de loi à l'Assemblée nationale sur la gouvernance de l'île de Montréal.
Accompagné du président du comité exécutif, monsieur Frank Zampino, le maire
Tremblay a fait connaître sa réaction devant ce projet de loi du gouvernement
québécois.
    "Je suis choqué et indigné de la façon dont le gouvernement traite encore
une fois les Montréalais. Parce qu'on donne enfin une partie de ce que
Montréal demande depuis longtemps, soit une plus grande autonomie financière,
en retour, on demande aux Montréalais d'accepter d'être pris en otage et
d'être traités en citoyens de deuxième classe. C'est du marchandage et c'est
inacceptable. Le gouvernement change les règles du jeu établies lors des
référendums de 2004. Pire encore, ce projet de loi va à l'encontre de la
parole donnée par le Premier Ministre et le Ministre des Affaires municipales
d'alors, Jean-Marc Fournier", d'affirmer le maire de Montréal.
    Examinant le projet de loi, monsieur Tremblay relève qu'il propose un
conseil de ville de 65 membres, un conseil d'agglomération de 80 membres et
l'introduction pour certaines décisions de la règle de la double majorité, un
secrétariat autonome, une nouvelle structure, le maintien du droit
d'opposition pour les villes reconstituées, deux comités d'arbitrage avec
double majorité et un pouvoir habilitant limité. "En clair, ça signifie que
les Montréalais vont devoir payer 80% des coûts supplémentaires qu'implique
cette nouvelle structure et c'est un carcan de plus qu'on impose aux
Montréalais. Ca va juste accentuer les problèmes de gestion et alourdir les
coûts de gestion. Le gouvernement n'a rien réglé", d'ajouter monsieur
Tremblay.
    Le maire de Montréal rappelle que, dans un esprit d'ouverture et en tant
que gestionnaire public responsable, il a présenté la Position Montréal. Les
paramètres de cette position sont : l'abolition du Conseil d'agglomération
dans sa forme actuelle, l'inclusion de 15 représentants des villes
reconstituées au sein d'un Conseil de ville élargi, l'abolition des
commissions du Conseil d'agglomération, l'abolition du droit d'opposition,
l'abolition de l'orientation préalable et l'équité fiscale. Le maire Tremblay
rappelle que la Position Montréal représente des économies de 1 M$ par année,
rend la gouvernance plus ouverte et plus participative et qu'elle a été
entérinée par la presque totalité des élus de Montréal. "Comment le
gouvernement fait-il pour les ignorer? Ca aussi, c'est inacceptable".
    De son côté, monsieur Zampino rappelle que l'administration montréalaise
demande depuis longtemps des sources de revenus diversifiées et une plus
grande autonomie administrative et fiscale pour Montréal. Tout en
reconnaissant que la proposition du gouvernement à ce chapitre est un pas dans
la bonne direction, le président du comité exécutif estime que le projet de
loi est loin de répondre à l'ensemble de nos besoins.
    "Le problème, ce n'est pas le pouvoir habilitant; pour ça, on est bien
content que le gouvernement nous ait entendu. Le problème, c'est que le
gouvernement marchande le pouvoir habilitant de Montréal contre des règles de
gouvernance de l'agglomération qui ne font pas de sens. Le fait de revoir la
liste des équipements collectifs et le réseau artériel augmentera le fardeau
fiscal des Montréalais car il n'y aurait pas de neutralité fiscale suite à ces
changements. Donc, le pouvoir habilitant devra compenser pour les pertes
fiscales suite à ces révisions", de préciser le président du comité exécutif.
"Cela veut dire, en résumé, que c'est une hausse de taxes pour les Montréalais
et une baisse de taxes pour les citoyens des villes reconstituées, financée
par le pouvoir habilitant de Montréal. Nous sommes en présence de Deux poids,
deux mesures! Ca aussi, c'est inacceptable".
    "Ca ne règle pas les problèmes financiers de Montréal. Le Premier
Ministre et la Ministre des Finances se sont engagés à trouver des solutions
justes et équitables pour l'ensemble des citoyens, pas seulement pour ceux des
villes reconstituées. Nous nous attendons à ce que, là aussi, ils respectent
leur parole", de conclure monsieur Zampino.
    Le maire de Montréal ajoute : "Ce que nous répétons encore une fois au
gouvernement, c'est que Montréal n'a pas besoin d'un autre débat de
structures. Montréal a besoin de cohésion. Pas de division. Tout ce que le
gouvernement fait c'est de compliquer encore plus la gouvernance de
l'agglomération et de dépenser l'argent des Montréalais dans une structure qui
sera complètement inefficace. On refuse une indépendance à Montréal et on crée
deux classes de citoyens".
    "C'est une prise en otage de 87 % des citoyens de l'île par des élus qui
représentent 13 % de la population. Le Premier Ministre plie devant la volonté
d'une minorité de citoyens de l'Ile de Montréal. De cette façon, il infléchit
1 600 000 citoyens au profit d'une minorité. Et on fait tout ça, encore une
fois, simplement par partisanerie électoraliste. Jamais. Jamais, comme Maire
de Montréal, je ne peux accepter ça !"
    "Je fais appel au gouvernement et aux deux partis de l'opposition pour
qu'ils réfléchissent aux conséquences du projet de loi déposé par la Ministre.
C'est un scénario qui dénature les raisons fondamentales qui nous guidaient
tous en 2001 : l'équité fiscale et la cohésion et qui, en plus, rendra
l'agglomération de Montréal totalement ingouvernable. Le gouvernement a cédé
aux pressions de 200 000 personnes qui ont tourné le dos à Montréal pour
laisser de côté 1 600 000 citoyens qui ont fait confiance à Montréal. Les
Montréalais méritent mieux que cela. Non merci, madame la Ministre", de
conclure le maire de Montréal.




Renseignements :

Renseignements: Renée Sauriol, Cabinet du maire et du comité exécutif,
(514) 872-4894


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.