Les Métallos maintiennent la pression concernant les jouets toxiques



    La pointe de l'iceberg d'un marché mondial déréglementé

    MONTREAL, le 20 déc. /CNW Telbec/ - Dans un foyer de la région
métropolitaine de Montréal, une famille procède actuellement à un test de
dépistage de plomb dans les jouets avec des outils fournis par le Syndicat des
Métallos (FTQ). Daniel Roy, le directeur québécois a déclaré que "la crise que
l'on connaît actuellement avec les jouets toxiques qui nous proviennent de
pays comme la Chine montrent les dangers liés au système déréglementé qui
prévaut dans le commerce et la crise des emplois manufacturiers. Les jouets
toxiques, c'est la pointe de l'iceberg".
    "Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas lorsque l'on voit le Québec
perdre 151 000 emplois manufacturiers depuis 2002 et importer en même temps
des produits dangereux. Depuis le début de l'année, il a perdu 10 % de ses
emplois manufacturiers. Cela porte à près de 50 000, le nombre d'emplois
manufacturiers perdus au Québec, soit plus de la moitié des 98 400 qui ont été
perdus au Canada. Le rappel de 30 millions de jouets en Amérique du Nord est
un autre indicateur d'un problème majeur avec un marché déréglementé", a
poursuivi le leader syndical.
    "En fait, affirme-t-il, le plomb dans les jouets a fait pénétrer la crise
de l'emploi du secteur manufacturier au coeur même de nos foyers, courtoisie
d'une déréglementation adoptée à la hâte à la suite des mauvais accords
commerciaux".

    Négocier de meilleures ententes commerciales

    Sans de meilleures ententes d'échanges commerciaux qui garantiraient de
meilleures protections pour les travailleurs et les travailleuses, de
meilleures conditions de santé et de sécurité ainsi qu'une plus grande
protection de l'environnement, Daniel Roy croit que les Québécois et les
Québécoises ont toutes les raisons au monde de s'inquiéter de la sécurité des
produits qui sont importés.

    Des mesures plus sévères

    "Grâce à l'action des syndicats comme les Métallos, le plomb a été retiré
de la plupart des usines en Amérique du Nord car c'était un métal dangereux.
Mais voilà qu'il nous revient parce que c'est plus économique d'en mettre dans
les produits. En plus, nous exportons nos bons emplois dans des pays sans
bonnes règlementations sur la toxicité des produits et la sécurité. C'est pour
ces raisons que notre syndicat a lancé une campagne afin de faire cesser
l'importation de produits toxiques et que nous testons des jouets pour le
plomb à Montréal aujourd'hui", explique-t-il.
    Les Métallos exigent notamment plus de tests de dépistage aux frais des
importateurs à la frontière même, un renforcement des règles fédérales sur la
toxicité des produits de consommation et un accroissement des pouvoirs
gouvernementaux afin d'exiger que les produits dangereux ne soient tout
simplement pas vendus ici. C'est seulement cette dernière mesure qui a été
introduite dans le projet de loi d'Ottawa, dévoilée lundi par le premier
ministre Harper. "Le laxisme de ce gouvernement qui ne croit qu'aux vertus de
la main invisible du marché est en train de rendre notre économie invisible",
a conclu le directeur québécois.
    Il est possible de consulter un site sur la Toile (Internet) pour avoir
des informations plus complètes : www.protegeznosenfants.org




Renseignements :

Renseignements: Daniel Roy, Syndicat des Métallos (FTQ), (514) 850-2249


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.