Les Métallos et Amicus jettent les bases d'un super-syndicat mondial



    Formation d'un groupe exploratoire sur une fusion qui créerait un
    syndicat transatlantique regroupant 3,4 millions de membres

    OTTAWA, le 18 avril /CNW/ - Le Syndicat des Métallos, Amicus et la
Transportation & General Workers Union (T&GWU), du Royaume-Uni, ont annoncé
aujourd'hui la formation d'un groupe exploratoire qui aura pour but de
préparer la création du premier syndicat transatlantique.
    Au cours d'une cérémonie qui a eu lieu à Ottawa, dans le cadre du congrès
national d'orientation des Métallos, des représentants des trois syndicats ont
signé un accord prévoyant la formation d'un comité exploratoire qui aura pour
tâche de préparer une fusion licite d'ici un an.
    Le nouveau syndicat ainsi créé représenterait plus de 3,4 millions de
membres aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Irlande. Il
deviendrait le plus grand syndicat au monde et attirerait probablement
d'autres syndicats désireux de le joindre.
    Au cours de la phase exploratoire, les syndicats feront campagne ensemble
et adopteront des approches communes à l'égard du processus de négociation
collective avec des entreprises multinationales.
    Cet accord fait suite à une alliance stratégique conclue il y a deux ans
entre Amicus et les Métallos. De leur côté, Amicus et la T&GWU deviendront,
après le 1er mai 2007, un syndicat unifié comptant deux millions de membres.
Le nouveau syndicat, établi à Londres, s'appellera "Unite".
    Des déclarations ont été publiées après la tenue d'une conférence de
presse téléphonique et la signature de l'"accord d'Ottawa" par Leo W. Gerard,
président international des Métallos, et Derek Simpson, secrétaire général
d'Amicus. Voici ces déclarations :

    Derek Simpson, secrétaire général d'Amicus :

    "L'une des principales raisons motivant la fusion entre Amicus et la
T&GWU était notre volonté de créer un syndicat international capable de
négocier d'égal à égal avec les multinationales. Suivant de très près notre
fusion, l'annonce d'aujourd'hui illustre à quel point l'idée d'un
super-syndicat international intéresse les gens.
    "Dans le monde entier, les multinationales abaissent les salaires et les
conditions des travailleurs en forçant la main-d'oeuvre de différents pays à
se faire concurrence. Les seuls qui profitent de la mondialisation sont ceux
qui exploitent les travailleurs; pour ces derniers, la seule façon de lutter
contre cette tendance est de s'unir.
    "J'espère que l'annonce d'aujourd'hui marque le début de la création d'un
super-syndicat international."

    Leo W. Gerard, président international des Métallos :

    "En ce nouveau siècle, les travailleurs ont besoin d'un syndicat
transatlantique qui pourra lutter contre l'exploitation par les
multinationales, les banques internationales et les organisations commerciales
mondiales.
    "Le temps du syndicalisme mondial est arrivé. Nous avons besoin de
stratégies d'organisation transfrontalières afin de protéger les travailleurs
contre la mobilité des capitaux, qui ne connaît aucune limite. Les
travailleurs veulent que leurs syndicats élaborent des contrats de travail qui
tiennent compte des employeurs multinationaux. Nous devons relever le défi et
défendre les droits de la personne pour tous les travailleurs.
    "Les membres des Métallos, aux Etats-Unis, au Canada et dans le bassin
des Caraibes, connaissent les avantages du syndicalisme international et ils
sont prêts à donner leur appui aux travaux exploratoires sur la création du
premier syndicat transatlantique représentant des travailleurs sur deux
continents."

    Tony Woodley, secrétaire général de la T&GWU :

    "Il s'agit d'un tournant historique pour le syndicalisme mondial; les
travailleurs pourront désormais traiter d'égal à égal, même avec les plus gros
employeurs. Une collaboration et une entente plus étroites avec les
syndicalistes d'Amérique du Nord constituent un élément essentiel de notre
stratégie organisationnelle à l'échelle mondiale, qui vise à empêcher les
employeurs de forcer les travailleurs de différents pays à se faire
concurrence."
    Ken Neumann, directeur national des Métallos pour le Canada, a déclaré
que la signature du document au cours du congrès national d'orientation
constituait un moment historique pour les 600 délégués représentant les
membres des Métallos d'un bout à l'autre du Canada.
    "Il est important pour nos membres de pouvoir assister à la signature
d'un document qui aura une influence sur leur avenir en tant que travailleurs
au sein d'une économie mondiale.
    "Notre syndicat ne s'est jamais contenté de limiter sa portée
exclusivement au Canada. Nous sommes plus qu'un syndicat international. Nous
sommes un réseau mondial de travailleurs et de syndicats."
    L'"accord d'Ottawa", signé par les trois syndicats, est intitulé :
"Exploring a Global Union for the 21st Century" ("Explorer la création d'un
syndicat mondial pour le 21e siècle").
    L'accord précise : "Amicus et T&GUW ainsi que les Métallos croient
fermement qu'au cours des prochaines années, ce n'est qu'en renforçant la
solidarité et la coopération internationales que nous pourrons, en tant que
mouvement syndical, défendre efficacement les intérêts de nos membres et les
protéger contre la menace que représente le capital mondial."

    Par cet accord, les syndicats d'Amérique du Nord et du Royaume-Uni
s'engagent à :
    
    -  Créer un comité exploratoire sur la fusion composé de cinq dirigeants
       de chaque syndicat et chargé, au cours des 12 prochains mois,
       d'étudier le cadre juridique, la constitution, les règles et la
       structure des syndicats actuels afin de pouvoir suggérer un cadre de
       travail en vue d'une fusion officielle.
    -  Prévoir des échanges trimestriels entre les hauts dirigeants des
       syndicats dans le but de créer et d'évaluer des champs de
       collaboration ainsi que de trouver des moyens d'intégrer des
       programmes communs visant à rehausser la compréhension mutuelle et
       l'assimilation de la culture des différents syndicats.
    -  Fournir les ressources matérielles et financières nécessaires pour
       appuyer des projets communs de solidarité internationale; par exemple,
       l'appui au mouvement syndical colombien qui fait face aux attaques
       soutenues contre les droits des travailleurs et les droits de la
       personne; des projets de renforcement des capacités avec des syndicats
       partenaires en Afrique; des projets favorisant la solidarité avec les
       travailleurs maritimes en Inde ainsi que des études communes sur les
       multinationales en Chine.
    -  Elaborer des approches communes en matière de négociation collective
       dans des secteurs et des multinationales où travaillent leurs membres.
    -  Participer régulièrement aux congrès d'orientation, aux conférences
       éducatives et aux diverses activités des autres syndicats.
    

    Il est possible de lire, dans son intégralité, l'"accord d'Ottawa" signé
par les Métallos, Amicus et la T&GWU, et d'obtenir de plus amples
renseignements sur la création d'un comité exploratoire officiel sur la fusion
en consultant les sites suivants : www.usw.org ou www.amicustheunion.org.





Renseignements :

Renseignements: PERSONNES-RESSOURCES: Richard O'Brien (Amicus-R.-U.),
+7768931320, +2074208936; richard.o'brien@amicustheunion.org; Pat Van Horne
(Syndicat des Métallos-Canada), (416) 347-0217, pvh@usw.ca; Gary Hubbard
(Syndicat des Métallos-E.-U.), (202) 778-4384, ghubbard@usw.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.