Les Métallos dénoncent les dommages causés par TimberWest à un lac de l'île de Vancouver



    VANCOUVER et SALT LAKE CITY, UT, le 26 sept. /CNW/ - Le Syndicat des
Métallos a rendu publique mercredi une séquence vidéo montrant des
entrepreneurs de TimberWest Forest Corp. jetant dans un lac de l'île de
Vancouver des arbres qu'ils avaient abattus. La lettre qui accompagne cette
vidéo révèle que la direction de TimberWest a fait fi des inquiétudes
exprimées par les entrepreneurs et leur a ordonné de jeter les arbres dans le
lac.
    Enregistré en juin 2006, le document vidéo a été récemment remis à une
section locale des Métallos de l'île de Vancouver. On y voit de gros cèdres
tomber dans un petit lac du secteur Kweishen de l'île de Vancouver, sur les
terres appartenant à TimberWest. Bien qu'il n'abrite pas de poissons, le lac
se déverse dans un ruisseau poissonneux, environ 500 mètres en aval, et ce
ruisseau coule dans la rivière Cruikshank puis dans le lac Comox, qui est la
principale source d'eau de la vallée du même nom.
    Les billots sont assez gros pour toucher le fond du lac, ce qui risque
d'entraîner un important envasement du lac, du ruisseau et de la rivière, en
plus de poser un danger potentiel pour la faune aquatique du lac. Dans une
lettre datée du 1er juin 2006, malgré les inquiétudes exprimées par les
entrepreneurs en abattage de TimberWest, la direction de l'entreprise leur a
ordonné de se mettre au travail.
    "Les pratiques de gestion forestière de TimberWest nous inquiètent", a
déclaré Steve Hunt, directeur des Métallos pour l'Ouest du Canada. "Nous
pressons TimberWest, ainsi qu'un certain nombre d'organismes de
réglementation, de faire enquête."
    M. Hunt a montré des lettres envoyées au ministère des Forêts et du
Territoire (Forests and Range), au Conseil des pratiques forestières (Forest
Practices Board), au Conseil des terres forestières privées sous aménagement
(Primate Managed Forest Lands Council) de la Colombie-Britannique, de même
qu'au ministère fédéral des Pêches et des Océans. Par ailleurs, les Métallos
ont porté cette affaire à l'attention de SFI Inc. qui est l'organisme
responsable de la certification forestière de TimberWest. Des délégués des
Métallos assistant à l'assemblée annuelle de SFI à Salt Lake City, en Utah,
ont rendu publics les mêmes documents que Steve Hunt a dévoilés à Vancouver.
    "Nous avons demandé à SFI d'enquêter sur les pratiques de TimberWest
puisque c'est de cet organisme dont dépend la certification forestière de
l'entreprise", a souligné M. Hunt. "Nous pressons SFI de se pencher sur cette
affaire et sur d'autres sujets qui préoccupent la population locale, les
travailleurs et les entrepreneurs de TimberWest."
    M. Hunt a fait remarquer que TimberWest fait déjà l'objet d'une
controverse à l'échelle locale pour son exploitation forestière dans la chaîne
de montagnes de Beaufort sur l'île de Vancouver. Par exemple, les responsables
du District régional d'Alberni-Clayoquot ont récemment écrit à Pat Bell,
ministre de l'Agriculture et des Terres de la Colombie-Britannique, pour lui
faire part de l'inquiétude que leur causent les glissements de terrain et les
avalanches dans la chaîne de Beaufort, lesquels coincident avec des avis
d'ébullition de l'eau dans cette région. On n'avait jamais émis de tels avis
avant que TimberWest ne commence à couper le bois sur les versants voisins des
ruisseaux qui se déversent dans les services de distribution d'eau du secteur.
    "Le fait que les pratiques d'exploitation de TimberWest n'aient pas été
jugées non conformes à la Loi de la Colombie-Britannique sur les terres
forestières privées sous aménagement (Private Managed Forest Land Act) ne fait
qu'illustrer à quel point cette législation est peu contraignante", a fait
observer M. Hunt, avant d'ajouter que ces pratiques contreviendraient presque
certainement aux objectifs de la Loi sur les pratiques d'exploitation des
forêts et du territoire (Forest and Range Practices Act) de la
Colombie-Britannique.
    "Nous sommes convaincus que SFI, le Conseil des pratiques forestières et
les autres organismes savent reconnaître les mauvaises pratiques de récolte du
bois. Nous les exhortons à imposer des normes qui cadrent mieux avec des
pratiques durables en matière de gestion forestière."
    Ces incidents, aussi sérieux soient-ils, ne font que révéler une infime
facette de TimberWest, a précisé M. Hunt. Par le passé, les terres privées et
publiques étaient gérées de la même manière. Cependant, les changements
apportées aux lois régissant l'aménagement des terres et les activités
forestières font en sorte que TimberWest et d'autres entreprises
d'exploitation des terres forestières privées peuvent accélérer le rythme des
coupes en adoptant un modèle de récolte qui fonde la rotation des terres en
exploitation sur des considérations économiques plutôt que sur la maturité
biologique.
    "C'est une mauvaise pratique de plus", a ajouté M. Hunt. "Nous demandons
aux personnes responsables de ramener TimberWest au pas et de veiller à ce que
les Britanno-Colombiens retirent de plus grands avantages de leurs
ressources."





Renseignements :

Renseignements: Stephen Hunt, directeur, (604) 683-1117


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.