Les MEC demandent une politique concurrentielle au Canada pour les investissements publics en infrastructure



    OTTAWA, le 7 fév. /CNW Telbec/ - Dans un mémoire publié aujourd'hui, les
Manufacturiers et Exportateurs du Canada (MEC) demandent d'utiliser les
investissements publics en infrastructure et en transport en commun au Canada
pour améliorer les opportunités commerciales pour l'industrie canadienne,
améliorer la compétitivité de l'environnement d'affaires au Canada, attirer
davantage d'investissement étranger et générer le plus d'avantages économiques
pour les Canadiens.
    Compte tenu que le gouvernement fédéral et les provinces prévoient
accroître significativement leurs investissements dans le développement et la
réfection des infrastructures, les MEC sont d'avis que les gouvernements
doivent utiliser ces investissements pour favoriser le développement
économique au pays, à l'instar de ce que font les partenaires commerciaux du
Canada pour soutenir leur industrie, plus particulièrement les Etats-Unis, le
Mexique et l'Union Européenne.
    "En tirant avantage de ces investissements, les gouvernements au Canada
s'assureraient que les fabricants d'infrastructure et de matériel de transport
au Canada opèrent dans des conditions similaires à celles qui prévalent
ailleurs, réduiraient l'incertitude en imposant des règles claires et une
concurrence libre et ouverte pour tous les contrats, et permettraient aux
gouvernements de résoudre efficacement la controverse qui entoure
l'attribution de contrats à un fournisseur exclusif", déclare le président des
MEC, M. Jayson Myers. "A ce chapitre, les gouvernements canadiens doivent
rattraper nos principaux partenaires commerciaux en suivant leur exemple.
Cette responsabilité incombe à tous les paliers de gouvernement et ils
devraient s'y engager conjointement".
    Le gouvernement fédéral a annoncé dans son dernier budget qu'il investira
33 milliards de dollars sur sept ans en infrastructures avec une proportion
importante de ces fonds consacrée aux routes, aux transports collectifs et aux
ponts. Les provinces et les municipalités ont aussi annoncé d'importants
investissements dans l'infrastructure routière et le transport collectif au
cours de la prochaine décennie. La remise en état des infrastructures du
Canada constitue une excellente occasion d'investir dans l'avenir économique
du pays.
    Le document des MEC décrit les politiques des principaux partenaires
commerciaux du Canada relatives à l'utilisation de leurs investissements en
infrastructure routière et en transport collectif. Aux Etats-Unis, les règles
du Buy America exigent que l'assemblage final se fasse aux E.-U. et que 60 %
des composantes soient de fabrication américaine. C'est également le cas
d'autres pays dont les politiques font en sorte que les investissements
publics en infrastructure génèrent une activité économique interne.
    De telles politiques n'existent pas au Canada. Le financement par le
gouvernement fédéral de projets d'infrastructures ou de transports collectifs
n'est pas assorti d'une politique assurant un minimum de retombées positives
sur l'économie canadienne. Il arrive à l'occasion que certaines provinces et
municipalités exigent une part de contenu canadien dans les projets de
transport collectif comme ce fut le cas récemment à Toronto et à Montréal.
Toutefois, étant donné que les exigences des provinces diffèrent d'un cas à
l'autre et que les niveaux de contenu local sont relativement faibles, cela
n'a que des retombées limitées en terme d'attraction d'investissements
étrangers et de création d'activité économique. Cela entraîne de l'incertitude
et ne contribue pas à améliorer l'environnement d'affaires pour les
fournisseurs de matériel de transports en commun et d'infrastructures au
Canada.
    Comme en témoignent les politiques mises de l'avant par les partenaires
commerciaux du Canada et comme l'illustre le document des MEC, de telles
politiques peuvent être implantées tout en respectant les règles du commerce
international établies par l'ALENA et l'Accord sur les marchés publics de
l'OMC. Les politiques de contenu national ont cours dans la majorité des pays,
y compris dans ceux des partenaires de l'ALENA, ainsi qu'au sein de l'Union
européenne, au Japon et en Chine. Conséquemment, les grands donneurs d'ordre
ont développé les marchés mondiaux en se dotant d'installations de production
dans les pays dont ils voulaient pénétrer les marchés.
    Une motion appuyée par les MEC demandant au gouvernement canadien
d'imposer un certain niveau de participation nationale aux projets portant sur
les transports en commun a été déposée par Ken Boshcoff, député de Thunder Bay
- Rainy River, et sera débattue par la Chambre des communes le 14 février.

    La plus importante association commerciale et industrielle du Canada, les
MEC favorisent l'amélioration continue des entreprises manufacturières et
exportatrices canadiennes par la mobilisation des tous les paliers
gouvernementaux. Elle a pour mandat de favoriser la compétitivité des
manufacturiers canadiens et faciliter le succès des exportateurs de produits
et services sur les marchés mondiaux.




Renseignements :

Renseignements: Jeff Brownlee, MEC, (613) 238-8888 poste 4233

Profil de l'entreprise

MANUFACTURIERS ET EXPORTATEURS DU CANADA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.