Les mauvais traitements infligés aux enfants demeurent un problème majeur en Ontario



    C'est aujourd'hui que s'entame le mois de la prévention de la
    maltraitance des enfants

    TORONTO, le 1er oct. /CNW/ - L'an dernier, plus de 29 000 enfants en
Ontario ont été victimes de mauvais traitements et ont été pris en charge par
les Sociétés de l'aide à l'enfance de l'Ontario. Ce chiffre représente une
augmentation de 29 % par rapport à 2000-2001.
    Le nombre d'enfants et de familles qui ont recours aux services des
Sociétés de l'aide à l'enfance ne cesse d'augmenter, démontrant ainsi que
notre société doit continuer de faire tout ce qui est en son pouvoir afin de
faire cesser la violence et la négligence des enfants. En 2006-2007, les
Sociétés de l'aide à l'enfance de l'Ontario ont reçu plus de 160 000 appels
concernant la protection des enfants de la part de citoyens, de voisins, de
professionnels de la santé, d'enseignants ou de policiers, ce qui représente
une augmentation de 25 % par rapport à 2000-2001. Durant cette même année,
près de 44 000 familles ont obtenu de l'aide aux enfants ainsi que du soutient
aux parents de la part d'une Société de l'aide à l'enfance afin de les aider à
mieux vivre avec le stress, la pauvreté, la dépendance et les problèmes
mentaux. Il y a donc eu une augmentation de 33 % depuis 2000-2001.
    "Nos enfants sont les citoyens les plus précieux mais aussi les plus
vulnérables de notre société. Ils méritent une vie dénuée de peur et de
violence, affirme Jeanette Lewis, directrice générale de l'Association
ontarienne des Sociétés de l'aide à l'enfance (AOSAE). Chacun de nous a la
responsabilité de les protéger du danger et du mal en apprenant à distinguer
les signes de maltraitance des enfants, et en signalant tout soupçon de
violence et de négligence à l'égard d'un enfant à une Société de l'aide à
l'enfance."
    Selon une étude sur la survenance de maltraitance en Ontario, menée en
2005, près de 5 % des enfants de la province, soit environ 130 000, étaient
des victimes potentielles de violence ou de négligence. L'enquête a aussi
prouvée que :
    
    -   près du tiers de toutes les enquêtes concernant des actes de
        maltraitance soit 32 %, touchait à la violence domestique;
    -   27 % touchaient à la négligence;
    -   15 % touchaient à la violence émotionnelle;
    -   10 % touchaient à la violence physique;
    -   3 % touchaient à la violence sexuelle.
    

    "Lorsque nous, en tant que Canadiens, avons endossé la Convention sur les
droits des enfants de l'ONU, nous avons promis de protéger nos enfants de la
maltraitance. Maintenant, nous devons tenir cette promesse que nous avons fait
aux citoyens les plus vulnérable du Canada", a proclamé Agnes Samler,
intervenante en chef au Bureau d'assistance à l'enfance et à la famille de
l'Ontario.
    Les enfants sont victimes de violence ou de négligence lorsqu'un adulte,
un gardien, un ami de la famille ou un étranger les blesse physiquement ou les
moleste sexuellement, lorsqu'il échoue à lui fournir des soins convenables ou
qu'il prive un enfant d'encouragement et d'affection. Trop d'enfants de nos
communautés subissent de la violence ou de la négligence en raison d'adultes
qu'ils connaissent et en qui ils ont confiance. C'est pourquoi, depuis 15 ans,
les Sociétés de l'aide à l'enfance de l'Ontario se sont dévouées à éduquer et
à conscientiser les citoyens tout au long du mois d'octobre, le mois de la
prévention de la maltraitance des enfants, afin de pouvoir garantir aux
enfants et aux adolescents sécurité, santé et soins adéquats.
    Le slogan de cette année, "Les enfants victimes de maltraitance n'en ont
pas toujours l'air", souhaite rappeler au public que la violence et la
négligence des enfants n'est pas toujours apparente. Afin d'en savoir plus sur
la maltraitance des enfants, pour apprendre à reconnaître les signes de
maltraitance, et pour être capables de les signaler, consultez
parlezpoureux.ca.
    L'AOSAE recommande aux citoyens, aux organisations et aux gouvernements
qu'ils s'impliquent dans la prévention de la maltraitance des enfants en
posant les gestes suivants :

    
    -   Education publique - Renseignez-vous sur la violence et la négligence
        des enfants et apprenez à reconnaitre les signes de maltraitance.
    -   Signalez les actes de maltraitance - Si vous soupçonnez qu'un enfant
        est victime de violence ou de négligence, il est votre devoir de
        rapporter vos inquiétudes à votre Société de l'aide à l'enfance
        locale.
    -   Prenez position - Encouragez les leaders de votre communauté à offrir
        leur soutien aux enfants et aux familles, ainsi qu'à instaurer des
        programmes aidant à prévenir la maltraitance, par exemple des
        garderies et des logements accessibles, des centres pour les parents,
        et des activités postscolaires pour les enfants.
    -   Soutenez les familles - Parlez à vos voisins de l'importance d'offrir
        son soutien aux enfants et aux familles de son quartier. Lorsque vous
        voyez un parent qui semble en détresse, proposez-lui votre aide.
        Seulement quelques minutes de votre temps peuvent changer énormément
        de choses pour une personne en détresse.
    -   Eduquez positivement - Rappelez-vous que la discipline vise à
        apprendre à votre enfant comment se comporter proprement, comment
        demeurer en sécurité et comment bien vivre en communauté.
           -  Ne punissez jamais physiquement un enfant lorsque vous êtes en
              colère. Il serait facile de perdre le contrôle et de le blesser
              sévèrement.
           -  Encouragez un bon comportement par le biais d'une attention
              positive et d'une communication claire.
           -  Offrez un environnement sain à votre enfant.
    

    Pour de plus amples informations sur l'éducation positive et la
prévention de la maltraitance des enfants visitez parlezpoureux.ca.

    A propos de l'Association ontarienne des Sociétés de l'aide à l'enfance

    L'Association représente les Sociétés de l'aide à l'enfance (SAE) de
l'Ontario depuis 1912 et offre des services dans le domaine de la protection
et du bien-être de l'enfance, des relations gouvernementales, des
communications, des jeunes sous la tutelle de l'Etat, des systèmes
d'information, de l'éducation et de la formation, ainsi que de l'accréditation
et du soutient aux agences membres. L'AOSAE est la voix du bien-être de
l'enfance en Ontario.


    
    Document d'information
    -------------------------------------------------------------------------

             PROFIL DES ENFANTS ET DES FAMILLES QUE NOUS AIDONS

    Les enfants que nous aidons
    ---------------------------
    -   Entre avril 2006 et mai 2007, 29 143 enfants ont eu recours aux soins
        des Sociétés de l'aide à l'enfance de l'Ontario, ce qui représente
        presque 1 % des enfants de la province.
           -  20 % sont âgés de 0 à 5 ans;
           -  30 % sont âgés de 6 à 12 ans;
           -  23 % sont des jeunes âgés de 13 à 15 ans;
           -  27 % sont des adolescents âgés de 16 à 21 ans;
    -   9 244 des enfants que nous aidons sont sous la tutelle de l'Etat.
           -  2 262 enfants sous la tutelle de l'Etat n'ont aucun contact
              avec leurs familles;
           -  6 982 enfants sous la tutelle de l'Etat maintiennent un contact
              avec leurs familles.

    Les familles et les services au bien-être de l'enfance
    ------------------------------------------------------
    Les familles les plus susceptibles de recevoir des services au bien-être
    de l'enfance et du soutient de la part d'une Société de l'aide à
    l'enfance :
    -   sont des familles recomposées avec deux parents ou des familles mono
        parentales;
    -   ont déménagé deux fois ou plus dans la dernière année;
    -   sont menées par des parents avec des problèmes cognitifs;
    -   sont menées par des parents ayant des problèmes d'alcool;
    -   sont menées par des parents qui ont été victimes de maltraitance
        lorsqu'ils étaient eux-mêmes enfants;
    -   sont menées par des parents soupçonnés ou déclarés coupables
        d'activité criminelle;
    -   sont menées par des parents ayant un revenu fluctuant plutôt que
        fixe;
    -   sont menées par des parents qui reçoivent une sorte de gratification,
        de l'assurance emploi ou de l'assistance sociale (34 % des cas de
        négligence).

    Enfants des Premières Nations
    -----------------------------
    Les enfants des Premières Nations sont plus nombreux à avoir recours aux
    services d'une Société de l'aide à l'enfance que les autres enfants.
    -   Des enquêtes concernant des enfants des Premières Nations, 65 % ont
        mené à un service d'aide continu, contre 38 % des enquêtes faites
        auprès des autres enfants.
    -   Des enquêtes menées concernant des enfants des Premières Nations,
        11 % ont nécessité une intervention de la justice, comparativement à
        6 % des enquêtes pour les autres enfants de la province.
    -   Des enquêtes concernant des enfants des Premières Nations, 12 % ont
        mené à une prise en charge de l'enfant, contre 6 % des enquêtes pour
        les autres enfants.


         SIGNES SUBTILS DE MAUVAIS TRAITEMENTS INFLIGES AUX ENFANTS

    -------------------------------------------------------------------------
    Les signes subtils de violence physique peuvent inclure (mais ne sont pas
    limités à) :
    -   L'enfant porte des manches longues ou des pantalons même lorsqu'il
        fait très chaud;
    -   L'enfant pleure de façon excessive;
    -   L'enfant semble anxieux lorsque d'autres enfants pleurent;
    -   L'enfant évite les contacts physiques avec autrui;
    -   Cauchemars récurrents ou horaires de sommeil perturbés;
    -   Comportements extrêmes : agressivité ou repli sur soi;
    -   Mauvaise estime de soi;
    -   S'exprime en chuchotant;
    -   Perte d'appétit sans raison apparente, ou appétit excessif;
    -   L'enfant se méfie des adultes;
    -   L'enfant recrée les actes de violence physique à l'aide de poupées,
        par le biais de dessins, ou lors de jeux avec ses amis;
    -   Crispation;
    -   Délinquance;
    -   Chute abrupte des résultats scolaires.

    -------------------------------------------------------------------------
    Les signes subtils de violence émotionnelle peuvent inclure (mais ne sont
    pas limités à) :
    -   Changement soudain dans la confiance en soi;
    -   Maux de ventre ou de tête sans raison médicale apparente;
    -   Comportement destructif;
    -   Peurs irrationnelles, cauchemars de plus en plus fréquents;
    -   Stagnation dans la courbe de croissance (particulièrement chez les
        nourrissons);
    -   Dépendance affective;
    -   Troubles du langage (bégaiement et zézaiement);
    -   Trouble du comportement (l'enfant mord, se balance et se frappe la
        tête volontairement);
    -   Crises de colère ou argumentation incessante;
    -   Tentatives d'intimidation;
    -   Facilement irrité;
    -   Comportements extrêmes : désobéissance ou désir de plaire excessif.

    -------------------------------------------------------------------------
    Les signes subtils de violence sexuelle peuvent inclure (mais ne sont pas
    limités à) :
    -   Infections urinaires ou maux de gorge fréquents;
    -   En proie à une tristesse incessante;
    -   L'enfant recrée les actes de violence sexuelle à l'aide de poupées,
        par le biais de dessins, ou lors de jeux avec ses amis;
    -   Crispation;
    -   L'enfant suce son pouce;
    -   Soudaine peur du noir;
    -   Comportements extrêmes : agressivité ou repli sur soi;
    -   Cauchemars récurrents ou horaires de sommeil perturbés;
    -   Perte d'appétit sans raison apparente, ou appétit excessif;
    -   Enurésie;
    -   L'enfant évite de se déshabiller, ou il superpose une multitude de
        vêtements;
    -   Chute abrupte des résultats scolaires.

    -------------------------------------------------------------------------
    Les signes subtils de négligence peuvent inclure (mais ne sont pas
    limités à) :
    -   Absence des pièces d'habillement clés;
    -   L'enfant est trop ou pas assez habillé pour les conditions
        météorologiques;
    -   Taille et poids en-dessous de la moyenne;
    -   Absentéisme scolaire constant;
    -   Faim incessante;
    -   Troubles de concentration;
    -   Faible estime de soi;
    -   Odeurs corporelles;
    -   L'enfant assume des responsabilités d'adulte;
    -   L'enfant est toujours sale et a l'air négligé;
    -   Somnolence et fatigue incessante;
    -   L'enfant vole de la nourriture ou de l'argent des autres enfants.

    -------------------------------------------------------------------------
    





Renseignements :

Renseignements: Marcelo Gomez-Wiuckstern, Chef des communications,
Association ontarienne des Sociétés de l'aide à l'enfance, (416) 987-9648,
www.oacas.org

Profil de l'entreprise

Association ontarienne des Sociétés de l'aide à l'enfance

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.