Les maires demandent aux chefs de parti d'éviter la panne des moteurs économiques du Canada urbain



    MONTREAL, le 23 sept. /CNW Telbec/ - A quelques jours des débats
nationaux, les maires de l'ensemble du Canada veulent que les chefs de parti
leur fassent connaître les plans qu'ils ont conçus pour renforcer les
villes-régions dans leur rôle de moteurs de l'économie nationale et de
pourvoyeurs des services dont ont besoin les Canadiens dans leur vie
quotidienne.
    En bref, c'est le message que leur ont transmis les maires des deux plus
grandes villes du Canada, soit le maire Gérald Tremblay de Montréal et David
Miller de Toronto. Ceux-ci étaient accompagnés de Jean Perrault, président de
la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et maire de Sherbrooke
(Québec), et de Carl Zehr, président du Caucus des maires des grandes villes
de la FCM et maire de Kitchener (Ontario).
    "Aujourd'hui, plus que jamais, les villes occupent une place centrale
dans notre développement social, culturel et économique. Dans le contexte
économique actuel, il faut veiller à ce que les villes puissent continuer de
soutenir efficacement la vitalité, la prospérité et la croissance de notre
économie. Pour préserver leur compétitivité et leur capacité d'acheminer les
biens efficacement et d'attirer de nouveaux talents, nos villes ont besoin
d'infrastructures de qualité, de logements abordables et d'installations
récréatives et culturelles de première classe. A l'heure actuelle, les villes
canadiennes n'ont pas les outils fiscaux requis pour faire de nouveaux
investissements. Le temps est venu d'agir, et de créer une nouvelle dynamique
et de devenir de véritables partenaires. Mais pour atteindre ces objectifs, il
faut harmoniser les rôles et les responsabilités de tous les ordres de
gouvernement, a affirmé le maire Tremblay.
    "Les villes ne doivent pas perdre leur attrait, et c'est pourquoi elles
doivent offrir aux citoyens des infrastructures de transport collectif qui
répondent à leurs besoins. Le Canada est le seul pays du G8 qui n'a pas encore
de stratégie nationale de transports. Il faut s'attaquer immédiatement à cette
lacune, afin que les Canadiens puissent réduire leurs émissions de gaz à effet
de serre et être moins vulnérables face aux hausses des prix à la pompe", a
fait valoir le maire Tremblay.
    Les gouvernements locaux sont responsables de plus de la moitié des
infrastructures publiques du pays mais ne reçoivent que huit cents de chaque
dollar de taxes et d'impôts perçu au Canada. Même si le gouvernement fédéral a
pris des décisions financières très positives, les villes dépendent encore
beaucoup trop des impôts fonciers, une forme de taxe régressive et mal
adaptée, pour faire face à leurs responsabilités et besoins croissants.
    "Le déséquilibre fiscal a peut-être cédé la place à d'autres
préoccupations au Parlement, mais il est encore bien d'actualité dans nos
villes, a dit le maire Miller. L'itinérance, les bouchons de circulation, les
autobus bondés et les services policiers débordés en sont des signes parmi
d'autres. Ces problèmes sont trop gros et trop importants pour être réglés sur
le dos des contribuables municipaux. Ce sont des enjeux nationaux, et il faut
un leadership national pour en venir à bout", a-t-il souligné.
    Pour se faire une idée du problème, il suffit de regarder l'état de nos
routes, de nos ponts et de nos réseaux d'aqueduc et d'égouts. "Le déficit de
123 milliards des infrastructures municipales freine notre économie nationale
et compromet la qualité de vie de nos concitoyens, a dit le maire Zehr. Si
nous voulons protéger les fondements de notre future prospérité, il faut une
offensive nationale pour renverser la vapeur dans le déficit des
infrastructures."
    "Ces récentes années, le gouvernement fédéral a augmenté ses
investissements dans les milieux de vie et de travail des Canadiens, a dit le
maire Perrault. Il a fait beaucoup pour aider nos villes et nos collectivités
à voir à leurs plus urgents besoins en affectant des fonds, par exemple, pour
le transport collectif et les services policiers. Surtout, il a transformé le
Fonds fédéral de la taxe sur l'essence en fonds permanent.
    "Si le prochain gouvernement bâtit sur ces acquis et fait des
investissements à long terme qui progresseront au rythme de la croissance de
nos besoins, nous serons alors assurés que le Canada aura toutes les
infrastructures et tous les transports collectifs, logements abordables et
services policiers requis pour être un pays florissant au XXIe siècle", a
affirmé le maire Perrault.
    "Mais si le gouvernement ne prend pas les moyens pour crever l'abcès une
fois pour toutes, a fait remarquer le maire Miller, alors le déficit
continuera d'augmenter et la population et l'économie du Canada en subiront
les conséquences, peu importe les investissements faits aujourd'hui. A
quelques jours des débats de la semaine prochaine, les chefs de parti doivent
montrer qu'ils sont prêts à bâtir un Canada plus fort, en s'engageant à
renforcer nos villes et nos collectivités", a conclu le maire Miller.




Renseignements :

Renseignements: Renée Sauriol, attachée de presse, Cabinet du maire de
Montréal, (514) 872-4894; Don Wanagas, directeur des communications, Cabinet
du maire de Toronto, (416) 206-4333; Michael May, Directeur des communications
et de la promotion municipales, Ville de Kitchener, (519) 741-2935; Maurice
Gingues, Agent des relations avec les médias, Fédération canadienne des
municipalités, (613) 907-6395

Profil de l'entreprise

Fédération canadienne des municipalités

Renseignements sur cet organisme

CABINET DU MAIRE DE TORONTO

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.