Les magasins d'escompte situés aux limites de la ville n'aident pas les résidants dans le besoin



    Les villes devraient rehausser la viabilité commerciale des quartiers
    ---------------------------------------------------------------------
    établis, affirme une chercheuse
    -------------------------------

    OTTAWA, le 25 mai /CNW Telbec/ - Est-ce que l'implantation d'un Wal-Mart
ou d'un autre grand magasin d'alimentation à escompte profite aux personnes
dans le besoin?
    Pas si ces magasins sont construits aux limites de la ville, dans une
section qui n'est accessible que par voiture, affirme Mélanie Bedore,
étudiante au doctorat, qui étudie la géographie à l'université Queen's.
    Si les villes veulent vraiment aider leurs résidants les moins nantis,
affirme-t-elle, elles devraient faire davantage pour maintenir la viabilité
commerciale des quartiers plus anciens et déjà établis - des quartiers où les
clients font leurs emplettes à pied ou en utilisant le transport public.
    Mme Bedore, qui présentera un aperçu de la géographie de la vente au
détail de produits alimentaires au Congrès 2009, affirme qu'elle a commencé à
s'intéresser à la géographie des magasins d'alimentation après avoir vu la
fermeture de trois magasins d'alimentation à service intégral à Kingston, en
l'espace de quelques années.
    Ces magasins, dit-elle, étaient situés dans des quartiers plus anciens,
où habitaient nombre de résidants à faibles revenus. Autrement dit,
ajoute-t-elle, les fermetures de magasins avaient lieu là où les gens en
avaient le plus besoin. On ouvrait de nouveaux magasins, mais ils étaient
souvent situés sur des terrains vacants, aux limites de la ville, dans des
régions qui étaient mal desservies par le transport public.
    Mme Bedore affirme qu'un résidant lui a déjà confié qu'il lui fallait
maintenant une heure d'autobus pour faire ses emplettes. A son avis, il existe
une hypothèse selon laquelle la vente au détail est régie strictement par les
règles du marché libre - que si une épicerie ou un autre magasin est bien
situé, il survivra et s'il ferme, c'est parce qu'il n'est pas rentable.
    Elle affirme toutefois que les gouvernements municipaux peuvent améliorer
les chances des petits commerces au détail, non pas en les obligeant à
s'installer dans un quartier, mais en améliorant l'atmosphère commerciale des
lieux et en s'assurant que les quartiers sont sûrs et attrayants.
    Ainsi, dit-elle, dans une foule de quartiers anciens, on retrouve de
vieux mails linéaires qui sont sous-utilisés. En améliorant l'aspect
esthétique des vieux quartiers, les détaillants seront davantage portés à y
investir.
    "Il est vraiment injuste de voir que les citadins qui sont appelés à
dépenser davantage pour se déplacer afin de se procurer des denrées
alimentaires sont ceux-là mêmes qui sont le moins aptes à assumer ces
dépenses", affirme-t-elle.
    "Les villes devraient orienter leur planification commerciale et de vente
au détail dans les régions où la population a le plus besoin d'accessibilité
et d'abordabilité, au lieu de supposer que la géographie de la vente au détail
d'une ville constitue une parfaite démocratie."




Renseignements :

Renseignements: Congress media room, (613) 520-3552; Caitlin Kealey,
Manager of Communications, Canadian Federation for the Humanities and Social
Sciences, (613) 513-9756; www.fedcan.ca/experience

Profil de l'entreprise

Fédération canadienne des sciences humaines

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.