Les lockoutés du Journal de Québec reçoivent un accueil enthousiaste de la FTQ - "C'est le combat de toute la ville de Québec !"



    QUEBEC, le 27 nov. /CNW Telbec/ - Les 252 travailleurs en conflit au
Journal de Québec étaient les invités du congrès de la FTQ plus tôt
aujourd'hui. C'est par une ovation debout et sous un tonnerre
d'applaudissements et de cris d'encouragement que les quelque 2000 personnes
présentes ont accueilli les lockoutés de Quebecor.
    Le porte-parole des trois syndicats en conflit a d'abord rappelé le
courage de ses 250 collègues victimes, comme lui, de l'intransigeance de
Quebecor. Dans son allocution, il a demandé l'aide de toute la FTQ : "On a
besoin de votre appui financier récurrent car on n'a pas envie de subir la
pression financière de Quebecor, pas plus que d'aller négocier à genoux". Au
passage, il a rappelé que le combat des travailleurs en lock-out est aussi
celui de la ville et de la région de Québec. "Quebecor prend l'argent des
abonnés et des annonceurs de Quebecor pour remplir sa valise et se sauver
avec."
    Pour sa part, le président de la FTQ, Henri Massé, a établi un parallèle
avec le conflit très dur de Vidéotron. "Il y a cinq ans, a-t-il mentionné,
Quebecor avait vendu ses techniciens. Aujourd'hui, Quebecor vend ses produits
avec l'image des techniciens et il fait de l'argent comme de l'eau. C'est nous
qui l'avons empêché de commettre une erreur monumentale."

    Les grandes étapes de ce conflit

    Le conflit de travail au Journal de Québec dure depuis plus de sept mois.
En effet, les employés de bureau et de la rédaction du Journal de Québec sont
sous le coup d'un lock-out décrété par l'employeur le 22 avril. Avant le
déclenchement du lock-out, aucun des trois syndicats n'avait demandé de mandat
de grève à ses membres ni même exercé de moyens de pression. En solidarité
avec leurs collègues jetés sur le trottoir par la décision de Quebecor/Sun
Media, les employés de l'imprimerie ont voté la grève à 97 %.
    Depuis la fondation du Journal de Québec en 1967, aucun conflit de
travail n'avait eu lieu. Il y a un peu plus d'un an et demi, tous les employés
syndiqués du Journal avaient accepté de reconduire la convention collective
pour un an en partenariat avec l'employeur qui faisait face à un concurrent,
Le Soleil, qui passait au format tabloid pour mieux le concurrencer.
    Depuis le 24 avril, les employés en conflit publient et distribuent cinq
jours semaine le MédiaMatinQuébec, un quotidien gratuit, pour rappeler leur
cause à la population de Québec. Quebecor/Corporation Sun Media a entrepris
plusieurs recours judiciaires pour empêcher la publication du
MédiaMatinQuébec. Toutes ses démarches ont échoué.
    Malgré le conflit, le Journal de Québec continue d'être publié. Dans une
décision rendue le 23 août 2007, en application de l'article 109 du Code du
travail (dispositions anti-scabs), la Commission des relations du travail
(CRT) du Québec a ordonné à la direction du Journal de Québec de cesser de
recourir aux services de quatre personnes qui remplissaient les fonctions de
salariés en conflit. De nouvelles plaintes concernant l'utilisation de
travailleurs illégaux par Quebecor ont été déposées par les syndicats en
octobre et novembre. Ces plaintes visent 16 personnes. Elles seront entendues
par la CRT à compter du mois de janvier.




Renseignements :

Renseignements: Denis Bolduc, porte-parole des syndiqués en conflit,
(418) 564-8772; Robert Bellerose, Information SCFP, cell. (514) 247-9266;
Source: Syndicat canadien de la fonction publique

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.