Les francophones minoritaires à Montréal: le Mouvement Montréal français demande une application rigoureuse et un renforcement de la Loi 101



    MONTREAL, le 4 déc. /CNW Telbec/ - Les données du recensement de
Statistique Canada en 2006 montrent que la proportion de citoyens de langue
maternelle française est tombée en dessous de 80 % dans l'ensemble du Québec
et sous le seuil de 50 % sur l'île de Montréal. Selon le critère de la langue
d'usage à la maison, la proportion de francophones est passée de 83,1 % en
2001 à 81,8 % en 2006 dans l'ensemble du Québec, et de 56,4 % à 54,2 % sur
l'île de Montréal.
    La proportion de francophones à Montréal n'était jamais descendue en
dessous de 60 % depuis 1871. Ce déclin du français à Montréal a une importance
capitale pour l'avenir du français dans l'ensemble du Québec. La région
métropolitaine accueille 85 % de la population immigrée, dont l'immense
majorité réside sur l'île de Montréal. C'est dans l'île de Montréal que se
font l'accueil et l'intégration des immigrants pour l'ensemble du Québec.
    Selon le président du Mouvement Montréal français, Mario Beaulieu, "les
résultats du recensement confirment la nécessité d'une application rigoureuse
et d'un renforcement de la loi 101. Il rappelle que la Charte a subi plus de
200 amendements qui ont eu pour effet de rétablir le bilinguisme
institutionnel et de contrecarrer la progression du français au Québec." La
Loi 101 visait à faire du français non pas une langue officielle, mais plutôt
la seule langue officielle du Québec, comme c'est le cas pour la langue de la
majorité dans la plupart des Etats à travers le monde. "Il est essentiel que
les services publics du gouvernement du Québec et de l'administration de la
ville de Montréal soutiennent le statut de la langue française comme langue
publique commune. De plus, les critères d'accès à l'école publique française
doivent s'appliquer au niveau collégial. Les réseaux universitaires
anglophones doivent être subventionnés proportionnellement au poids
démographique de la minorité historique de langue anglaise afin d'assurer un
financement équitable du réseau francophone." déclare Mario Beaulieu.
    Par ailleurs, selon Statistique Canada les transferts linguistiques des
allophones vers le français sont passés de 46 % à 51 % vers le français pour
l'ensemble du Québec, et de 41 % à 46 % sur l'île de Montréal. Le MMF souligne
que cette augmentation des taux de transferts linguistiques reflète en grande
partie la sélection d'un plus grand nombre d'immigrants qui ont déjà effectué
des transferts vers le français avant d'arriver au Québec. Les études ayant
tenu compte de l'ensemble des facteurs déterminants ont montré que le pouvoir
d'attraction intrinsèque du français progresse en fait moins rapidement que
celui de l'anglais. De plus, les transferts linguistiques réels devraient
atteindre le seuil souhaitable de 90 % pour permettre le maintien du poids
démographique relatif des utilisateurs du français.




Renseignements :

Renseignements: Sophie Beaupré, (514) 839-4140, (514) 835-6319,
www.montrealfrancais.org

Profil de l'entreprise

Mouvement Montréal français

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.