Les fonds mutuels connaissent une chute de leurs rendements en août en réponse au resserrement du crédit, indiquent les données de Morningstar



    TORONTO, le 5 sept. /CNW/ - Seuls 17 des 42 indices de fonds mutuels de
Morningstar Canada affichaient des rendements positifs en août, alors que les
investisseurs sentaient les retombées de la crise des hypothèques subprime aux
Etats-Unis, avec d'autres préoccupations sur la qualité du crédit.
    Selon la coutume aux périodes où la confiance des investisseurs est
ébranlée, les obligations ont surpassé les actions en août, les obligations de
haute qualité celles de qualité plus basse, et les actions des sociétés à
haute capitalisation celles des sociétés à capitalisation plus basse.
    "Dans l'ensemble, l'effondrement du secteur du papier commercial adossé à
des actifs (PCAA), qui a commencé à perturber les marchés à la fin juillet, a
continué à imposer des degrés extrêmes de volatilité pendant tout le mois
d'août dans les catégories de fonds à long terme", indique Jordan Benincasa,
analyste chez Morningstar Canada.
    Les rendements des marchés monétaires sont demeurés positifs, mais de
justesse. Celui de l'Indice Marché monétaire des Etats-Unis a grappillé
0,07 %, et l'Indice Marché monétaire canadien a recueilli à peine 0,1 %. Ce
fut un des pires rendements sur un mois de la catégorie canadienne depuis
25 ans.
    Les rendements des marchés monétaires ont décliné depuis que les
gestionnaires de fonds et d'autres acheteurs ont fait de la surenchère sur les
bons du Trésor sans risque. Le rendement d'un bon du Trésor du gouvernement du
Canada, par exemple, a chuté en août de 3,99 %, une baisse de 55 points de
base par rapport au mois précédent.
    Les marchés monétaires américains ont également souffert du fait que les
investisseurs ont boudé le papier commercial adossé à des actifs pour se
tourner vers les bons du Trésor et les dépôts bancaires traditionnels. "Au fur
et à mesure de la chute continue du marché du logement américain, de plus en
plus d'investisseurs boudent les titres à court terme adossés à des
hypothèques résidentielles, et le mal s'est même répandu aux titres de créance
à court terme des entreprises d'industries non apparentées", indique
M. Benincasa.
    La plupart des marchés d'actions ont connu un essor la dernière semaine
d'août, après que la Réserve fédérale américaine eut annoncé son intention de
ramener son taux d'escompte à 5,75 %. "La décision de la banque centrale de
réduire le taux des banques et autres prêteurs admissibles avait pour but
d'accroître la liquidité sur le marché", précise M. Benincasa.
    "Cette décision a fait naître l'espoir que les décideurs interviendraient
même davantage pour atténuer la crise des hypothèques à haut risque en
souffrance", a-t-il ajouté. Cela, toutefois, n'a pas été suffisant pour calmer
les craintes d'un ralentissement de l'économie mondiale, et la plupart des
marchés d'actions ont perdu pied au cours du mois.
    Loin d'offrir une protection contre les tempêtes boursières, l'Indice
Métaux précieux a chuté de 11,54 % pour afficher le pire rendement de tous les
indices de fonds. "Ces fonds donnent une diversification aux portefeuilles et
servent de couverture à l'inflation. Mais les investisseurs devraient garder à
l'esprit que les fonds spéculatifs jouent un rôle plus important que de
coutume dans le prix des actions et des marchandises. C'est ainsi que ce
soi-disant havre de sécurité est de plus en plus surpeuplé par des
intervenants qui peuvent faire basculer le marché d'un côté comme de l'autre,
du moins à court terme", dit M. Benincasa.
    Le deuxième pire rendement du mois est celui de l'indice Ressources
naturelles, avec une perte de 6,76 %. Cela a été en partie causé par une
accumulation des inventaires de gaz naturel nord-américain qui s'est avéré
néfaste pour les actions pétrolières.
    Compte tenu de leur pondération importante dans les actions de sociétés
de ressources naturelles, il n'est pas surprenant que les indices d'actions
canadiennes se soient bien plus mal comportés que leurs homologues américains.
L'Indice Actions Canada a perdu 0,15 %, alors que l'Indice Actions Canada PME
a subi une perte encore plus sévère de 3,99 %, quatrième pire rendement de
toutes les catégories.
    Les effets des problèmes des hypothèques subprime se sont aussi fait
sentir en Asie, en raison d'inquiétudes portant sur le marché du crédit
américain, susceptible de conduire à un ralentissement économique mondial
nuisible aux exportateurs asiatiques.
    Aucun secteur géographique n'a souffert autant que le Japon. L'Indice
Actions Japon a chuté de 5,02 %, ne surpassant que les Indices Ressources
naturelles et Métaux précieux. Malheureusement, la tendance "fortes hausses
suivies de fortes baisses" de la Bourse de ce pays, comportement typique des
marchés émergents, a prévalu malgré une économie développée qui se targue
d'avoir des entreprises de classe mondiale.
    En comparaison, l'Indice Actions Asie/Pacifique a reculé de 2,49 %,
renversement radical de situation par rapport à sa hausse de 5,3 % le mois
précédent qui l'a placé au premier rang des rendements. Pendant ce temps,
l'Indice Actions Asie-Pacifique excluant le Japon a chuté de 2,77 %, et celui
des fonds de la catégorie Actions marchés émergents a perdu 3,41 % de sa
valeur au cours de ce mois.
    Le marché boursier européen n'a pas été épargné par la contagion
subprime. En fait, les problèmes liés au crédit que connaît cette région ont
été à l'image de ceux des Etats-Unis. Là aussi, les banques (y compris le
géant bancaire français BNP Paribas, qui a bloqué les rachats de fonds
spéculatifs internes adossés à des actifs) ont éprouvé de la difficulté à
trouver des capitaux. Et les placements dans les titres hypothécaires subprime
américains ont aussi conduit au sauvetage de la banque de crédit industriel
régionale allemande IKB.
    Tous les indices Morningstar Canada qui ont eu des rendements positifs en
août ont affiché moins de 2 %. Les gagnants ont tous été des indices
sectoriels. L'Indice Actions Immobilier a surpassé tous les autres avec 1,9 %,
suivi par l'Indice Actions Science et Technologie avec 1,05 % et l'Indice
Actions Soins de la santé avec 0,8 %.
    Dans le domaine obligataire, les Indices Revenu fixe Canada Longue durée,
Revenu fixe Canada Base et Revenu fixe Canada Courte durée ont augmenté
respectivement de 0,67 %, 0,63 % et 0,57 %. En comparaison, l'Indice Revenu
fixe Monde a clôturé en hausse de 0,26 %, contre 0,18 % pour l'Indice Revenu
fixe Rendement élevé.
    Pour tous renseignements utiles sur les rendements de juillet, consultez
www.morningstar.ca

    A propos de Morningstar

    Morningstar Canada est la filiale canadienne de Morningstar, Inc.,
société située à Chicago. Morningstar Canada commercialise PALTrak et le
Laboratoire Advisor, deux populaires outils de recherche sur les fonds de
placement, et offre la source d'informations en ligne la plus complète sur les
fonds mutuels canadiens par l'entremise de Morningstar.ca et
MorningstarAdvisor.ca. La société produit également le logiciel Principia, un
outil de recherche portant sur l'univers canadien des fonds institutionnels.
Morningstar Canada est aussi un important fournisseur de solutions s'intégrant
aux sites Web des institutions financières, en plus d'offrir des services de
consultation se basant sur les données qu'elle recueille et les analyses qui
en découlent. Exploitant dans 19 pays, Morningstar fournit des données sur
plus de 230 000 placements à l'échelle mondiale.





Renseignements :

Renseignements: Christian Charest, Editeur adjoint, Morningstar Canada,
(416) 489-7817


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.