Les femmes et les AVC: risques spécifiques, pronostics défavorables



    OTTAWA, le 5 juin /CNW Telbec/ - Les accidents vasculaires cérébraux
(AVC) tuent 45 % plus de femmes que d'hommes au Canada, selon une analyse de
donnés dévoilée aujourd'hui par la Fondation des maladies du coeur. Voilà une
bonne raison pour les Canadiennes de se familiariser avec les signes
avant-coureurs d'AVC, selon la Fondation.
    A tout âge, les hommes ont plus de risques d'être frappés par un AVC que
les femmes. Par contre, à chaque année plus de femmes meurent à la suite d'un
AVC que les hommes et cet écart ne cesse de s'agrandir. En 1973, on comptait 8
523 décès attribuables aux AVC chez les femmes contre 7 702 chez les hommes,
soit une différence de 10 %. En 2004, les décès chez les femmes avaient grimpé
à 8 667 alors qu'ils glissaient à 5 959 chez les hommes. D'autres données
révèlent que les femmes d'âge mûr ont une chance sur cinq de subir un AVC au
cours de leur vie, comparativement à une chance sur six pour les hommes du
même âge.
    L'augmentation des risques d'AVC chez les femmes est attribuable, entre
autres, au fait que ces dernières vivent généralement plus longtemps que les
hommes et que la mortalité due aux AVC augmente avec l'âge. Chez les femmes
comme chez les hommes, la plupart des facteurs de risque associés aux AVC sont
modifiables, comme l'hypertension artérielle, le diabète, le tabagisme, la
sédentarité et un taux de cholestérol élevé. Par contre, de nouvelles études
suggèrent que certains facteurs de risque pourraient être exclusifs aux
femmes.

    Les migraines
    -------------

    L'ensemble des études révèle que chez les femmes âgées entre 20 et 44
ans, les migraines feraient doubler les risques d'AVC. Plus récemment, une
étude a démontré que les femmes, souffrant de migraines accompagnées de
troubles visuels comme des points lumineux ou des taches aveugles, peuvent
être jusqu'à dix fois plus susceptibles de subir un AVC.
    Lors de l'Enquête 2003 sur la santé des collectivités canadiennes, 15 %
des femmes âgées de 30 ans et plus affirmaient souffrir de migraines, contre à
peine six pour cent des hommes.

    La pré-éclampsie
    ----------------

    La pré-éclampsie, une forme d'hypertension artérielle associée à la
grossesse, touche environ cinq à sept pour cent des femmes enceintes. Des
recherches suggèrent que les femmes qui ont souffert de pré-éclampsie ont un
risque 60 % plus élevé de subir un AVC après la grossesse que celles sans
antécédent de pré-éclampsie.

    L'hormonothérapie substitutive
    ------------------------------

    Bien que la plupart des femmes qui suivent une hormonothérapie
substitutive à l'estrogène et à la progestine n'auront pas d'AVC, elles ont
tout de même 40 % plus de risques au cours des deux premières années selon
l'étude Initiative sur la santé des femmes. Toutefois, les risques diminuent
après deux ans, il est donc important que les femmes qui suivent ou envisagent
de suivre une HTR discutent avec leur médecin des bienfaits et des risques qui
y sont reliés.

    Les contraceptifs oraux
    -----------------------

    Chez la plupart des femmes, les risques associés aux contraceptifs oraux
(pilule anticonceptionnelle) sont minimes. Par contre, ils sont beaucoup plus
élevés chez les fumeuses, les hypertendues, les migraineuses et celles qui
souffrent de troubles de coagulation sanguine. Les femmes qui affichent ces
facteurs de risque devraient consulter leur médecin avant de prendre des
contraceptifs oraux.
    Les femmes rencontrent aussi d'autres défis reliés aux AVC.
"Comparativement aux hommes, les femmes victimes d'un AVC sont plus
susceptibles de vivre seules et moins sujettes à bénéficier d'un soutien
social", selon la chercheure de la Fondation des maladies du coeur, Dre Moira
Kapral.

    La bonne nouvelle
    -----------------

    La bonne nouvelle, c'est que les chercheurs canadiens ont découvert que
non seulement les femmes tirent profit des traitements contre les AVC, mais
elles semblent en bénéficier davantage que les hommes. Lors d'une analyse de
PROACT, une importante étude sur le traitement anti-caillots contre les AVC
ischémiques aigus, le neurologue et chercheur de la Fondation des maladies du
coeur Dr Michael Hill a découvert que les victimes d'AVC répondaient mieux à
ce traitement que les hommes.
    "Au cours de la dernière décennie, nous avons assisté à des progrès
phénoménales en matière de réduction des décès et des invalidités dus à un
AVC, mentionne Dre Kapral. Elle apporte pourtant une nuance : "Les études
démontrent que certains traitements, reconnus pour leur efficacité, sont
sous-utilisés chez les femmes. Il faudra donc poursuivre les recherches afin
de comprendre pourquoi."
    Dre Kapral est impliquée dans le projet GENESIS, une étude
multidisciplinaire d'envergure nationale qui porte sur les différences entre
les sexes en matière de maladies du coeur et d'AVC. Le projet est financé par
la Fondation des maladies du coeur et les Instituts de recherche en santé du
Canada.

    Le mot de la fin

    Le message à retenir, insiste Dr Robert Côté, neurologue et porte parole
de la Fondation des maladies du coeur, c'est qu'il est essentiel de connaître
les signes avant-coureurs d'un AVC et d'agir dès qu'ils se manifestent. "Trop
de gens hésitent avant de signaler le 9-1-1 ou le numéro des services
d'urgence de leur localité. Un AVC est une urgence médicale. Plus tôt vous
vous rendez à l'urgence, plus tôt vous pouvez être traité et plus grandes sont
vos chances de réduire le risque de séquelles permanentes."
    La Fondation des maladies du coeur estime qu'entre 40 000 et 50 000 AVC
surviennent chaque année au Canada et 300 000 Canadiens et Canadiennes vivent
avec des séquelles d'AVC.
    Selon la Fondation, sur 100 personnes qui subissent un AVC, environ 15
décèdent, 10 s'en remettent complètement, 25 récupèrent avec un léger
handicap, 40 conservent des séquelles de modérées à sévères et 10 sont
gravement handicapées et nécessiteront des soins prolongés.

    
    Les signes avant-coureurs d'un AVC et que faire s'ils surviennent

    -------------------------------------------------------------------------
    Faiblesse             Perte soudaine de force ou engourdissement soudain
                          au visage, à un bras ou à une jambe, même
                          temporaire.
    -------------------------------------------------------------------------
    Trouble de la parole  Difficulté soudaine d'élocution, de compréhension
                          ou confusion soudaine, même temporaire.
    -------------------------------------------------------------------------
    Trouble de vision     Problème de vision soudain, même temporaire.
    -------------------------------------------------------------------------
    Mal de tête           Mal de tête soudain, intense et inhabituel.
    -------------------------------------------------------------------------
    Etourdissement        Perte soudaine de l'équilibre, en particulier si
                          elle s'accompagne d'un des autres signes.
    -------------------------------------------------------------------------
       Composez immédiatement le 9-1-1  ou appelez votre numéro local
                           des services d'urgence.
    -------------------------------------------------------------------------

    Contrôlez vos risques

    Le principal facteur de risque associé aux AVC est l'hypertension
artérielle. Au Canada, plus de cinq millions d'hommes et de femmes souffrent
d'hypertension artérielle, dont 42 % l'ignorent. Plus de 21 % des Canadiennes
âgées entre 45 et 64 ans souffrent d'hypertension artérielle. Ce pourcentage
grimpe à 48 % chez les femmes de 65 ans et plus.
    La Fondation des maladies du coeur a développé des outils afin d'aider
les Canadiens et les Canadiennes à prévenir et à contrôler l'hypertension
artérielle. Un plan d'action de tension artérielle gratuit est disponible sur
le site www.fmcoeur.ca/ta

    Juin est le Mois de la sensibilisation à l'AVC.

    Organisme bénévole, la Fondation des maladies du coeur
(www.fmcoeur.ca) mène la lutte vers l'élimination des maladies du coeur et
des accidents vasculaires cérébraux (AVC), en contribuant activement à
l'avancement de la recherche et à sa mise en application, à la promotion de
modes de vie sains, et à la représentation auprès des gouvernements.
    La Fondation collabore avec le Réseau canadien contre les accidents
cérébrovasculaires sur la Stratégie canadienne sur les AVC, qui vise à ce que
chaque province et territoire au Canada ait, d'ici 2010, une approche intégrée
à la prévention, aux soins et à la réadaption de l'AVC. www.strategieavc.ca
    




Renseignements :

Renseignements: Isabelle Marquis, Fondation des maladies du coeur du
Québec, (514) 871-8038, poste 232, isabelle.marquis@fmcoeur.qc.ca; Jane-Diane
Fraser, Fondation des maladies du coeur du Canada, (613) 569-4361, poste 273,
jfraser@hsf.ca; Pour rejoindre la personne responsable des relations médias de
votre province, consultez la rubrique "Pour nous rejoindre" du site
www.fmcoeur.ca/medias


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.