Les exportations de l'Ile-du-Prince-Edouard devraient reculer en 2009 mais rebondir en 2010, selon EDC



    OTTAWA, le 21 mai /CNW Telbec/ - D'après les prévisions sur les
exportations provinciales d'Exportation et développement Canada (EDC), les
exportations de l'Ile-du-Prince-Edouard devraient reculer de 5 % en 2009 avant
de remonter de 4 % en 2010.
    "La croissance des exportations, surtout sur les marchés clés de la
province, notamment les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Union européenne et le
Japon, sera inexistante cette année et restera faible en 2010", a déclaré
Peter Hall, économiste en chef d'EDC.
    "Heureusement, la structure des exportations de l'Ile, dominée par les
aliments de base transformés et appuyée par les secteurs manufacturier, de
l'équipement et du transport, accordera un certain sursis par rapport à la
moyenne nationale."
    Selon EDC, les exportations du secteur agroalimentaire, qui comptent pour
61 % des exportations totales de la province, devraient diminuer de 4 % cette
année mais remonter de 2 % en 2010.
    Les exportations de produits agroalimentaires sont dominées par la vente
de pommes de terre de consommation et transformées et de produits de la mer,
dont près de 85 % sont destinées aux E.-U. Les perspectives de McCain et de
Cavendish, les principaux exportateurs d'aliments transformés de la province,
sont relativement bonnes jusqu'en 2010, grâce aux tendances positives des prix
et des volumes. Cette sous-catégorie est presque à l'abri des récessions,
puisque la plus grande partie des pommes de terre transformées de
l'Ile-du-Prince-Edouard est écoulée dans la restauration rapide ou les
supermarchés. EDC prévoit des résultats semblables pour les cultures
commerciales (pommes de terre de consommation) et pour les pommes de terre
déshydratées en granules.
    Par contre, les ventes de produits de la mer (surtout le homard et les
moules de culture) seront frappées par la récession américaine en 2009. EDC
prévoit que les exportations de poisson et de produits de la mer reculeront de
19 % en 2009, avant de connaître une hausse de 4 % en 2010, attribuable à une
lente reprise sur les principaux marchés d'exportation.
    Les principales livraisons de ce sous-secteur de l'Ile-du-Prince-Edouard
sont effectuées dans le Nord-Est des Etats-Unis, où la demande est plus forte.
Le homard n'est pas un aliment de base, ce qui rend la demande et les prix
très sensibles aux cycles économiques.
    Des efforts sont déployés pour commercialiser le homard de la province en
misant sur la certification de "pêche durable", ce qui pourrait lui donner un
accès au grand marché de l'UE. Cependant, les retombées positives potentielles
ne se feront sans doute pas sentir avant 2010 ou 2011. Les moules, par contre,
sont moins sensibles aux prix, car il s'agit d'un produit de créneau.
    La province compte trois autres catégories d'exportation qui représentent
collectivement 27 % des ventes de la province à l'étranger, soit la machinerie
et l'équipement, le matériel de transport et les biens industriels. Ces
secteurs dynamiques pourraient embellir les perspectives d'exportation de
l'Ile, qui sont dans l'ensemble négatives.
    L'aéronautique a été la locomotive du secteur des transports, en raison
de la capacité croissante de la province d'effectuer de grands travaux de
remise en état des moteurs et de modernisation des appareils. Même si les
ventes canadiennes d'appareils neufs s'affaisseront en 2009, des entreprises
comme Atlantic Turbines International et Honeywell ont fait leurs preuves dans
le marché des pièces de rechange et pourraient faire bonne figure,
puisqu'elles savent comment rendre beaucoup plus rentable de maintenir les
appareils dans les airs.
    Les remises en état de matériel roulant ferroviaire contribuent aussi
grandement à la croissance galopante du secteur des transports qui pourrait
afficher une bonne tenue en 2009, grâce aux effets des programmes de relance
économique des E.-U. et de l'UE sur les dépenses d'infrastructure.
    Selon les prévisions, les exportations canadiennes fléchiront de 22,2 %
en 2009, mais remonteront de 7,4 % en 2010. A l'échelle du pays, la croissance
économique devrait connaître une baisse de 2 % en 2009, et une légère
augmentation de 1,7 % en 2010. A l'échelle internationale, EDC prévoit un
recul de 1,3 % en 2009 et un rebond de 2,3 % du PIB mondial en 2010. Les
prévisions à l'exportation d'EDC se trouvent sur son site Web :
http://www.edc.ca/prévisions

    Organisme de crédit à l'exportation du Canada, EDC offre des solutions
commerciales novatrices pour aider les exportateurs et les investisseurs
canadiens à réussir sur les marchés mondiaux. Chaque année, plus de 8 300
entreprises canadiennes et leurs clients étrangers tirent profit de ses
connaissances et de ses partenariats pour faire des affaires sur environ 200
marchés. EDC, société financièrement autonome, est un chef de file reconnu
dans l'établissement de rapports financiers et l'analyse économique. Elle
figure parmi les 100 meilleurs employeurs du Canada pour la huitième année
consécutive.




Renseignements :

Renseignements: Phil Taylor, Exportation et développement Canada, (613)
598-2904, Blackberry: ptaylor@edc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.