Les étudiants salariés de l'Université McGill manifestent contre leurs bas salaires et de pénibles conditions de travail



    MONTREAL, le 13 mars /CNW Telbec/ - Les 2000 auxiliaires à l'enseignement
de McGill protestent, aujourd'hui, devant le refus buté de l'université de
réduire les écarts salariaux énormes qui les séparent des autres universités
de recherche au Canada. Ils manifesteront devant l'entrée Roddick, à l'angle
des rues Sherbrooke et McGill College, à 16 h, afin d'exprimer leur colère
devant des négociations peu fructueuses. Les pourparlers avec l'administration
de l'Université McGill durent en effet depuis plus de six mois.
    La convention collective des membres de l'Association of Graduate
Students Employed at McGill (AGSEM - CSN) est échue depuis l'été dernier. Ils
revendiquent un ajustement immédiat afin de rejoindre le salaire moyen des
auxiliaires à l'enseignement des autres universités de pointe canadiennes ;
soit une hausse d'environ 6 $ l'heure.
    "Il s'agit de démontrer du respect et de la reconnaissance envers des
professionnel-les qui remplissent un rôle essentiel dans la communauté
universitaire, a déclaré le président de l'AGSEM, Salim Ali. Nos
revendications sont modestes et raisonnables en tenant compte qu'on aurait
besoin d'une hausse de 12 $ l'heure ou de 55 % pour rejoindre la rémunération
des auxiliaires à l'enseignement aux universités d'Ottawa et de Toronto."
    Le montant total des salaires des étudiants diplômés de McGill représente
moins de 1 % du budget de l'université, et il le restera même si l'université
accorde les hausses de salaire revendiquées. Les auxiliaires, qui gagnent
actuellement 22,24 $ l'heure et qui ne sont payés que pour 12 heures de
travail, en moyenne, par semaine, se battent également pour améliorer les
services aux étudiants.
    Malgré leurs importantes responsabilités d'enseignement, par exemple,
l'université ne rend pas disponibles suffisamment d'espaces de bureau afin
qu'ils puissent recevoir les étudiantes et les étudiants pour discuter de
leurs défis académiques en toute confiance ou même pour corriger les examens
dans un environnement approprié.
    De plus, l'AGSEM déplore le manque total de formation rémunérée et exige
de l'université une hausse dans la qualité de l'éducation des étudiants de
premier cycle en établissant un programme de formation complet. Enfin, le
nombre d'étudiants dans certains cours exigeant des auxiliaires pour noter des
travaux et animer des groupes de discussion doit être plafonné. Dans certains
départements, les auxiliaires à l'enseignement sont responsables de plus de 70
étudiants par semestre.
    La vice-présidente de l'AGSEM, Natalie Kouri-Towe, est déçue de constater
que l'administration semble avoir oublié la confrontation survenue lors de la
dernière négociation, qui a duré deux ans et qui s'est terminée par une grève
d'un mois.
    "Nous nous attendions réellement que, cette fois, l'université serait
venue à la table en toute bonne foi afin de trouver un règlement à l'amiable,
a commenté Natalie Kouri-Towe. Pourtant, les pourparlers se prolongent sans
qu'il y ait de progrès. Il faut que ça bouge !"




Renseignements :

Renseignements: Lyle Stewart, Service des communications de la CSN,
(514) 796-2066


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.