Les étudiants des cycles supérieurs de l'ÉNAP et de McGill corrigent les recteurs et le gouvernement Charest

MONTRÉAL, le 7 nov. 2011 /CNW Telbec/ - Les étudiants de l'École nationale d'administration publique (AEENAP) s'allient aux étudiants des cycles supérieurs de l'Université McGill (PGSS) afin de dénoncer le discours trompeur du gouvernement libéral de Jean Charest et de la Conférence des recteurs et de principaux des universités du Québec (CREPUQ).

De 2007 à 2011, les frais de scolarité ont été augmentés de 100 $ par année. On observe par l'étude des budgets provinciaux que le financement gouvernemental n'a pas accoté, tel qu'annoncé, la contribution étudiante. Alors que cette première hausse aura représenté 226,3M d'investissement aux étudiants, c'est 358 M$ qui manquent à l'appel malgré l'engagement formel du gouvernement Charest de s'impliquer davantage dans le financement universitaire.

« Le gouvernement sait très bien que la Commission de la culture et de l'éducation n'a pas la compétence de demander des comptes aux universités et nous savons fort bien que cette hausse n'ira pas plus à la qualité de l'enseignement à l'embauche de professeurs que ne l'a fait celle qu'on subit depuis cinq ans », lance Anaïs V. L'Heureux, doctorante et vice-présidente de l'AÉÉNAP. « L'aide financière ne pourra jamais assurer l'accessibilité qui sera affectée par la hausse des frais de scolarité, surtout dans son état de désuétude actuelle, pour lequel le gouvernement n'a aucune intention de corriger, préférant plutôt transférer le fardeau de son financement sur les épaules des étudiants », déplore L'Heureux.

« Si les universités manquent d'argent autant qu'elles le prétendent, elles devraient alors réclamer au gouvernement les 358 millions manquants. Avant de réclamer encore plus d'argent de nos étudiants sous prétexte d'améliorer le financement futur des universités, le gouvernement doit tenir ses promesses. Les étudiants ont payé leur part de la hausse de 2007. Pourquoi M. Charest n'a-t-il pas payé la sienne ? », soutient Mariève Isabel, doctorante et vice-présidente de PGSS. « Comment croire le gouvernement lorsqu'il justifie une nouvelle hausse de 1625 $ cette fois, en nous disant que la qualité des études sera améliorée et qu'il ne se retirera pas du financement à l'avenir ? », conclut-elle.

PGSS représente plus de 8000 étudiants de cycles supérieurs et de postdoctorant de l'Université McGill. L'AÉÉNAP représente les 2000 étudiants de l'École nationale d'administration publique, un établissement de 2e et 3e cycle affilié à l'Université du Québec.

SOURCE Association étudiante de l'École nationale d'administration publique

Renseignements :

Anaïs Valiquette L'Heureux 514 501-4714

Mariève Isabel PGSS 514-398-3756

Profil de l'entreprise

Association étudiante de l'École nationale d'administration publique

Renseignements sur cet organisme

l'Association des étudiants et étudiantes des deuxième et troisième cycles de l'Université McGill (AEEDTC)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.