Les données recueillies par les chercheurs des Instituts nationaux de santé américains (NIH) lors des essais sur ATIR sont encourageantes



    AMSTERDAM, Pays-Bas, le 28 nov. /CNW/ - Kiadis Pharma a annoncé
aujourd'hui que les résultats enregistrés jusqu'à ce jour lors de l'essai
entrepris par les médecins et dirigé par Stephan Mielke(*) et John Barrett(*) du
National Heart, Lung, and Blood Institute (NHLBI), division des Instituts
nationaux de santé (NIH - National Institutes of Health), qui portait sur le
produit vedette de Kiadis, ATIR, seront présentés lors de la conférence
annuelle de l'AABB (American Association of Blood Banks) & TXPO 2007, qui se
tiendra à Anaheim, en Californie.
    Selon les chercheurs du NHLBI, lorsqu'il est question d'allogreffes de
moelle osseuse, la lutte contre les maladies, la prévention de la réaction du
greffon contre l'hôte (GVHD) et le nombre de donneurs disponibles constituent
les véritables obstacles à surmonter. MM. Barrett et Mielke ont concentré
leurs efforts sur la prévention de la réaction du greffon contre l'hôte tout
en ménageant l'effet GVL (un effet antileucémique) ainsi que sur
l'augmentation du nombre de donneurs disponibles.
    Les données précliniques publiées par les chercheurs se montrent très
encourageantes quant aux résultats d'ATIR de Kiadis Pharma sur l'élimination
des lymphocytes T alloréactifs entraînés par les greffes de donneurs (Mielke
et al., Blood, 2007). Ces résultats ont également incité le NHLBI à
entreprendre un essai de Phase II sur ATIR. L'essai vise à démontrer que le
traitement par ATIR pourrait éliminer le besoin de recourir à la prophylaxie
immunosuppressante post-transplantation. Actuellement, la prophylaxie est la
pratique couramment employée pour la prévention de la réaction du greffon
contre l'hôte. Elle présente pourtant un inconvénient majeur puisqu'elle
augmente le risque d'infection et le taux de rechute. Par conséquent, ATIR, en
plus de prévenir la réaction du greffon contre l'hôte, pourrait également
diminuer les taux d'infection et de rechute. Ensemble, ces complications sont
responsables d'environ 70 % des cas de mortalité liés à une allogreffe.
    Pour lire le communiqué dans son intégralité, veuillez utiliser le lien
suivant : http://www.kiadis.com/News

    (*) Remarque

    John Barrett est le chef du département des allogreffes du National
Heart, Lung, and Blood Institute (NHLBI), division des Instituts nationaux de
santé (NIH) située à Bethesda, dans l'Etat du Maryland, aux Etats-Unis, où
l'essai est actuellement en cours. Stephan Mielke, qui a entrepris l'essai à
titre de chercheur principal de la NHLBI, travaille actuellement à
l'Université Julius-Maximilians de Wurzburg, en Allemagne, mais figure
toujours en tant que directeur associé du protocole de recherche.

    Kiadis Pharma a fourni la version anglaise du présent communiqué. Les
traductions proviennent de tierces parties.




Renseignements :

Renseignements: Kiadis Pharma B.V., Eefje Simpelaar,
e.simpelaar@kiadis.com, +31-20-8884815, +31-610829344

Profil de l'entreprise

KIADIS PHARMA B.V.

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.