Les détaillants intentent des poursuites majeures contre Bell



    
    Les tactiques "abusives et arbitraires" de la société mère détériorent
     le service à la clientèle et entraîneront des licenciements dans les
        commerces, selon les détaillants, qui revendiquent le droit de
                     vendre les produits de la concurrence
    

    MONTREAL, le 21 oct. /CNW/ - La relation tourmentée entre Bell Canada et
la majorité des membres de son réseau de détaillants indépendants en Ontario
et au Québec a atteint un nouveau creux aujourd'hui. Les détaillants - membres
de l'Association canadienne des dépositaires indépendants en communications
(ACDIC) et représentant plus de 80 % des magasins Bell appartenant à des
détaillants indépendants - ont officiellement intenté de nouvelles poursuites
contre le géant canadien des communications. Ils prétendent que Bell n'a pas
respecté le contrat qui la lie à eux, et ce, sous plusieurs aspects.
    "Ces poursuites résultent de la détérioration de nos relations, laquelle
s'est accélérée au cours des trois dernières années, sous la direction
actuelle de Bell", a déclaré Doris Ronca, présidente de l'ACDIC et
propriétaire de deux magasins Espace Bell à Montréal, au Québec. "Des années
de mauvaise gestion à Bell ont conduit à l'abandon de la marque par les
clients et les investisseurs de même qu'à la chute de la société de la
première à la troisième place sur le marché du sans-fil. Aujourd'hui, Bell
s'en prend à son propre réseau exclusif de détaillants en ne respectant pas
ses engagements contractuels et en détruisant de façon systématique la
compétitivité, la réputation et la valeur de nos commerces, que certains
possèdent depuis plus de 20 ans."
    Dans deux poursuites identiques, intentées aujourd'hui devant la Cour
supérieure de l'Ontario et la Cour supérieure du Québec, on prétend que Bell
n'a pas respecté son propre engagement contractuel avec les détaillants, et
ce, sous trois aspects importants :

    
    1.  La société a fait fi d'un engagement adopté en mars 2008 en vertu
        duquel les honoraires et les commissions des détaillants ne seraient
        pas modifiés avant juin 2009. Bell refuse maintenant de verser une
        rémunération aux détaillants chez qui les clients achètent de
        l'équipement de remplacement et renouvellent leur contrat de service,
        et réduit le montant d'autres commissions pour nouveaux clients
        pendant le quatrième trimestre, le plus important de l'année. Ces
        honoraires sont essentiels à l'exploitation normale des commerces par
        les détaillants.
    2.  Bell continue de proposer de meilleures mesures incitatives, et plus
        lucratives, à ses détaillants non exclusifs, comme Wireless Wave,
        Cabine Téléphonique, Best Buy et Future Shop, au détriment de la
        compétitivité de ses propres détaillants exclusifs, le tout en
        violation du contrat la liant à ces derniers.
    3.  Le marketing direct de Bell offrait et continue d'offrir aux clients
        de meilleures mesures incitatives et de meilleures offres que son
        réseau de détaillants, ce qui érode encore plus la compétitivité de
        ces derniers et la loyauté de leur clientèle.
    

    Plus de 200 millions de dollars en dommages-intérêts, l'annulation de
toutes les mesures incitatives décrites dans les poursuites ainsi qu'un
engagement à respecter le contrat en cours sont exigés dans les poursuites
contre Bell. Celles-ci visent aussi à permettre aux détaillants de tenir en
stock et de vendre des produits de concurrents comme Telus ou Rogers, ou ceux
des nouveaux venus sur le marché des télécommunications au Canada.
    "Offrir d'autres marques représente une des rares options que nous ayons
pour conserver un peu de compétitivité, maintenir nos revenus afin de payer
nos employés et conserver la valeur de nos commerces", a déclaré Rick Umbrio,
vice-président de l'ACDIC et détaillant Bell, propriétaire de trois magasins
en Ontario. "C'est malheureux que nous en soyons arrivés là, mais si Bell
continue de renier ses engagements et de prendre de mauvaises décisions
commerciales, nous n'avons que peu de choix."
    A titre de principal lien entre Bell et ses clients d'affaires ou
particuliers, les membres de l'ACDIC sont choqués par le fait que la société a
laissé leur relation se détériorer, compte tenu tout particulièrement de la
prise de contrôle prochaine, en décembre, de la société par le Régime de
retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario.
    "Nous croyons que les membres de la haute direction de Bell pourraient
toucher de grosses primes personnelles à la prise de contrôle si certains
objectifs financiers sont atteints", a affirmé M. Umbrio. "Pour améliorer le
bénéfice net, existe-t-il de meilleures méthodes que de réduire illégalement
les commissions et les honoraires des détaillants et de congédier des milliers
d'employés, comme Bell l'a fait au cours des derniers mois? C'est difficile de
ne pas faire le rapprochement."
    Malgré tout, les détaillants affirment qu'ils n'agissent qu'à
contrecoeur.
    "Nous n'avons pas intenté ces poursuites à la légère", a insisté Mme
Ronca. "Depuis plus de trois ans, nous demandons aux responsables de Bell, de
tous les niveaux, de nous écouter, de négocier de bonne foi, de respecter
leurs engagements, de prendre du recul et de constater comment les affaires de
la société et sa réputation auprès des consommateurs se détériorent. Mais dans
tous les cas, ils nous ont ignorés, ont esquivé le sujet et nous ont traités
avec mépris, essentiellement parce que nous représentons un réseau de
distribution "captif" pour eux."
    "En dernière analyse", a ajouté Mme Ronca, "nous devons tout faire pour
protéger nos commerces, nos employés et les relations que nous avons bâties
avec nos clients pendant plus de 20 ans de partenariat avec Bell. Et si, pour
ce faire, nous devons traîner Bell devant les tribunaux, alors nous sommes
déterminés à gagner."

    
    L'ACDIC
    -------
    L'Association canadienne des dépositaires indépendants en communications
(ACDIC) représente les propriétaires indépendants des magasins exploités
exclusivement, en Ontario et au Québec, sous les bannières Bell, Bell World,
Bell Mobility, Espace Bell et Bell Mobilité en vertu d'un contrat avec Bell
Distribution inc. Les membres de l'ACDIC exploitent plus de 172 magasins,
emploient près de 2 000 personnes et enregistrent des produits d'exploitation
annuels de quelque 145 millions de dollars. (www.acdic.ca).

    /AVIS AUX RESPONSABLES DE LA SECTION PHOTOGRAPHIQUE : Une photo
    accompagnant ce communiqué est disponible dans l'Archive photographique
    CNW et archivée à l'adresse http://photos.newswire.ca. Des images
    archivées sont aussi disponibles sur le site Web de l'Archive
    photographique CNW, à l'adresse http://photos.newswire.ca. Ces images
    sont gratuites pour les représentants accrédités des médias/
    





Renseignements :

Renseignements: pour les médias: Doris Ronca, présidente de l'ACDIC,
(514) 257-9292; Katita Stark, Tél.: (416) 929-9100, Courriel:
katita@starkcommunications.ca;

Profil de l'entreprise

L'ASSOCIATION CANADIENNE DES DEPOSITAIRES INDEPENDANTS EN COMMUNICATIONS

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.