Les députés fédéraux se demandent jusqu'où les journalistes devraient pouvoir aller pour obtenir de la nouvelle



    OTTAWA, le 6 déc. /CNW Telbec/ - Si les députés fédéraux et les
journalistes qui écrivent à leur sujet s'entendent sur l'importance de
l'exactitude, de l'équilibre et de l'impartialité des nouvelles, ils sont par
contre en désaccord total quant aux moyens que peuvent prendre les
journalistes pour débusquer des nouvelles. Ce ne sont là que deux des
conclusions d'une nouvelle étude révélatrice sur l'impartialité des médias,
publiée par le Consortium canadien de recherche sur les médias.
    L'étude sur l'équité de l'information révèle que même si députés et
journalistes s'entendent sur plusieurs éléments de l'impartialité en matière
de journalisme, ils sont en désaccord complet au sujet des règles d'engagement
entre les journalistes et leurs sources. Les deux factions ne s'entendent pas,
entre autre, sur les limites de la vie privée des personnes publiques,
l'utilisation de caméras et de micros cachés, la divulgation de conversations
officieuses et la citation de sources anonymes.
    "Il est clair que politiciens et journalistes envisagent les nouvelles
différemment", a commenté Fred Fletcher, de l'Université York, président
sortant du Consortium canadien sur les médias et coauteur de l'étude. "Alors
que plus des deux-tiers des députés fédéraux sont d'avis que les médias
canadiens remplissent bien leur rôle au sein du processus démocratique, 84%
d'entre eux estiment néanmoins que la plupart des sujets rapportés dans les
nouvelles ne sont pas présentés de façon impartiale. En contraste, une vaste
majorité des membres de la Tribune de la presse, à Ottawa, sont convaincus que
leurs articles sont équitables."

    Quelques autres constatations intéressantes de l'étude :

    
    - Les députés sont beaucoup plus enclins que les journalistes à dénoncer
      comme excessives les critiques de la part des médias.
    - A peine la moitié des journalistes interrogés et moins d'un député sur
      quatre connaissent l'existence des codes journalistiques ; moins de
      20 % des journalistes ont déclaré avoir déjà consulté un tel code.
    - Dans leur évaluation des pratiques journalistiques, les députés
      fédéraux tendent à mieux refléter l'opinion publique que les
      journalistes.
    - Députés et journalistes conviennent que la connaissance d'un sujet est
      importante pour en parler de façon équitable, et la plupart des
      journalistes admettent ne pas être aussi bien renseignés qu'ils le
      devraient.
    - Insatisfaction généralisée au sujet de la nature axée sur Ottawa des
      nouvelles. Près de la moitié des journalistes et un peu moins de
      deux-tiers des députés se disent insatisfaits de la variété des points
      de vue régionaux reflétés dans les nouvelles.
    

    Au sujet de l'étude

    L'étude sur l'équité de l'information a été entreprise à la suite des
préoccupations, au niveau de la définition de l'impartialité et de la
responsabilité journalistiques, exprimées à l'occasion de récents procès et de
différents forums journalistiques. Elle est basée sur les conclusions d'un
sondage de recherche Pollara, commandé plus tôt cette année par le CCRM, qui
analysait la façon dont 61 députés fédéraux et 64 journalistes accrédités à la
Tribune de presse perçoivent l'impartialité au niveau des nouvelles. Les
résultats détaillés, ainsi que la méthodologie utilisée, sont disponibles sur
le site web du CCRM à <a href="http://www.cmrcccrm.ca">www.cmrcccrm.ca</a>.
    L'étude a été menée conjointement par Fred Fletcher, professeur émérite
en étude de la communication et en science politique de l'Université York et
André Turcotte, professeur de communication à l'Université Carleton et
directeur de recherche du projet sur l'impartialité des médias

    Au sujet du Consortium

    Le Consortium canadien de recherche sur les médias est un partenariat
sans but lucratif de la University of British Columbia School of Journalism,
du York Ryerson Graduate Program in Communication and Culture et du Centre
d'études sur les médias de l'Université Laval. Le Consortium réalise des
recherches appliquées au niveau de sujets importants pour les Canadiens, tout
particulièrement sur les questions économiques, sociales et culturelles
reliées aux changements technologiques qui surviennent dans les médias, et
partage les résultats de ces recherches avec le monde universitaire, les
médias et le grand public.




Renseignements :

Renseignements: Geneviève Joly, Delta Média, (613) 233-9191

Profil de l'entreprise

CONSORTIUM CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MEDIAS

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.