Les craintes d'une récession aux Etats-Unis sont exagérées, selon Marchés mondiaux CIBC



    La Bourse de Toronto atteindra probablement de nouveaux sommets d'ici la 
    fin de 2008

    TORONTO, le 11 déc. /CNW/ - Banque CIBC (CM aux bourses de Toronto et de
New York) - En 2008, l'économie des Etats-Unis "redémarrera", entraînant les
bourses nord-américaines vers de nouveaux sommets si la Réserve fédérale
américaine applique, comme prévu, de nouvelles baisses de taux, selon une
nouvelle étude de Marchés mondiaux CIBC.
    "L'économie américaine dans son ensemble est fondamentalement beaucoup
plus vigoureuse que ce que les marchés boursiers peuvent nous faire croire",
affirme Jeff Rubin, économiste en chef et stratège en chef, Marchés mondiaux
CIBC, dans l'édition mensuelle du rapport "Canadian Portfolio Strategy
Outlook". "Le ralentissement, qui dure depuis deux trimestres et qui a été
contenu par d'autres réductions de taux par la Banque fédérale, devrait ouvrir
la voie "à une croissance économique plus forte et au prolongement du cycle
haussier que connaissent les bourses nord-américaines depuis cinq ans, tout
particulièrement les secteurs des ressources et de l'énergie à la Bourse de
Toronto.
    Néanmoins, tant que le ralentissement ne sera pas terminé, M. Rubin
privilégiera un "style de gestion du portefeuille plus prudent". Il réduit de
trois points de pourcentage la surpondération de la banque en actions et place
ces fonds dans des obligations. Cette stratégie devrait permettre de traverser
la période de turbulence à court terme causée par "la nervosité des
investisseurs devant la conjoncture incertaine des marchés du crédit" et par
la crise qui secoue le marché des prêts hypothécaires à risque, indique M.
Rubin. "La courbe de rendement du gouvernement du Canada devrait procurer un
abri rémunérateur pendant que passe la tempête."
    M. Rubin abaisse également d'un point de pourcentage la pondération de la
banque en actions de sociétés financières, étant donné les 400 G$ US de prêts
hypothécaires à risque dont les taux doivent faire l'objet d'une révision en
2008. Même si on projette de geler certains taux, les problèmes liés au
refinancement qui suivront accentueront vraisemblablement l'instabilité des
marchés. Toutefois, M. Rubin s'attend à ce que les craintes des investisseurs
se dissipent après le milieu de l'année, période pendant laquelle les
révisions de taux atteindront leur point culminant.
    Les actions de sociétés financières "demeurent le lien critique entre le
marché des prêts hypothécaires à risque aux Etats-Unis et le rendement global
de la Bourse de Toronto", poursuit M. Rubin. Cependant, comme les banques sont
des entreprises fondamentalement attrayantes, il estime que la réduction de
leur pondération constitue une mesure "tactique plutôt que stratégique" et il
espère appliquer des mesures inverses au cours de la prochaine année.
    Pour contrebalancer la réduction de la pondération en actions de sociétés
financières, M. Rubin préconise une modeste surpondération dans les produits
de première nécessité, un segment que dominent les grands détaillants de
médicaments. "Grâce à la croissance annuelle de l'emploi qui est plus de deux
fois supérieure à celle des Etats-Unis et à la valeur des maisons qui augmente
plutôt que de chuter, les ménages canadiens semblent se trouver dans une
meilleure situation financière que leurs homologues de l'autre côté de la
frontière ces jours-ci, ce qui justifie la hausse de la pondération en actions
du secteur des produits de consommation."
    M. Rubin réduit d'un point de pourcentage sa surpondération dans le
secteur des matériaux compte tenu des dépassements de coûts à répétition et
des retards dans les projets des secteurs de l'or et des métaux de base. Il
maintient également à 900 $ US sa cible concernant le prix de l'or pour l'an
prochain devant les prévisions relatives à la baisse des taux d'intérêt aux
Etats-Unis, à la faiblesse du billet vert et à la vigueur de la demande
étrangère pour le métal.
    M. Rubin conserve une surpondération dans le secteur de l'énergie. "La
performance phénoménale de l'économie chinoise contribuera à maintenir
l'effervescence dans ce pays pour ce qui est de la croissance de la demande",
explique-t-il. De plus, "des investissements massifs dans la production
d'électricité, le dessalement de l'eau et le secteur pétrochimique, le tout
jumelé à des prix subventionnés, signifient que le Moyen-Orient ne sera
probablement devancé que par la Chine pour ce qui est de générer une demande
supplémentaire de pétrole au cours des prochaines années. En retour, cette
demande entamera les surplus à l'exportation de ces régions, ce qui limitera
leur capacité à satisfaire des besoins croissants ailleurs." M. Rubin s'attend
également à ce que les prix du gaz naturel poursuivent leur remontée puisque
les immenses stocks entreposés aux Etats-Unis commencent à diminuer.
    Par ailleurs, M. Rubin conserve une sous-pondération dans le secteur des
télécommunications, ce qui s'explique par la diminution du flux des capitaux
d'investissement et par les efforts d'Ottawa pour encourager la concurrence
dans le secteur sans fil, lesquels pourraient nuire aux confortables marges
des fournisseurs de services établis.
    Même si le TSX prend plus de temps que prévu à reprendre le terrain perdu
récemment, M. Rubin continue de prévoir un cycle haussier pour l'année qui
vient. "Nous nous attendons encore à ce que le rendement des actions dépasse
celui d'autres catégories d'actifs sur un horizon de douze mois. Notre cible
de 16 200 pour l'indice composé à la fin de 2008 suppose une année marquée par
une croissance de plus de 10 % des gains, y compris les dividendes. Les
prévisions consensuelles concernant la croissance des bénéfices pour 2007 et
2008 ont été revues à la baisse par environ 1,3 et 0,8 point de pourcentage,
respectivement, au cours du dernier mois. Les taux de croissance de 11 % et de
13 % qui sont prévus demeurent néanmoins bien au-dessus du taux de croissance
moyen de 8 % des 25 dernières années, et une progression de 15 % est possible
au cours du trimestre à l'étude.

    Vous pouvez consulter le rapport intégral de Marchés mondiaux CIBC à
    l'adresse :
    http://research.cibcwm.com/economic_public/download/psdec07.pdf

    Marchés mondiaux CIBC, division des services bancaires de gros et des
services aux entreprises de la Banque CIBC, offre une gamme complète de
produits de crédit intégré et de marchés des capitaux, de services bancaires
d'investissement et de services de banque d'affaires à des clients des marchés
financiers clés en Amérique du Nord et partout dans le monde. Nous proposons
également des solutions novatrices et des services consultatifs dans un vaste
éventail de secteurs et nous fournissons des études de premier ordre à notre
clientèle constituée de sociétés, de gouvernements et d'institutions.




Renseignements :

Renseignements: veuillez communiquer avec Jeff Rubin, économiste en chef 
et stratège en chef, directeur général, Marchés mondiaux CIBC, au (416) 
594-7357, jeff.rubin@cibc.ca, ou avec Tom Wallis, Communications et 
affaires publiques CIBC, au (416) 980-4048, tom.wallis@cibc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.