LES COOPÉRATIVES DE SANTÉ: UN INSTRUMENT DE DÉMOCRATISATION DES SERVICES DE SANTÉ

LÉVIS, QC, le 20 avril /CNW Telbec/ - Le 13 avril dernier, dans une lettre ouverte aux lecteurs de la presse, M. Claude Castonguay, ex-ministre de la Santé et des Affaires sociales et fellow invité au CIRANO proposait de recentrer la réflexion relative aux coopératives de santé en « songeant aux personnes en cause plutôt qu'à l'aspect légaliste ». M. Castonguay formulait alors 4 questions pour stimuler la réflexion. La Fédération des coopératives de services à domicile et de santé du Québec (ci-après la Fédération) souhaiterait apporter des éléments de réponse à la question suivante : Est-il souhaitable ou répréhensible que des personnes se regroupent dans une coopérative afin d'aider à répondre à leurs besoins en santé?

En tout premier lieu, il est important de rappeler qu'une coopérative de santé est une association de personnes qui se regroupent afin de satisfaire des besoins communs. Au Québec, l'accès aux médecins de famille se fait depuis des décennies, généralement, par l'entremise des cliniques médicales qui sont la propriété de médecins « entrepreneurs ». Force est de constater que plusieurs facteurs ont eu pour effet de modifier l'accessibilité des services de santé de première ligne. Soulignons notamment l'augmentation de la demande de services due à l'augmentation et au vieillissement de la population, la diminution importante du nombre de cliniques médicales, la pénurie des médecins de famille…

De façon générale, on observe une certaine désaffectation des médecins à l'endroit de la médecine familiale et une féminisation de la profession médicale. Les jeunes médecins aspirent à une vie professionnelle plus « équilibrée » que leurs prédécesseurs. De plus, ils doivent obligatoirement effectuer des activités médicales particulières (AMP) dans le réseau public de santé. Tous ces aspects font en sorte qu'il ne reste que bien peu d'heures pour la pratique en cabinet. Retenons que pour les raisons précédentes, plusieurs praticiens considèrent que pour remplacer un médecin qui part à la retraite, il faut recourir aux services d'au moins deux à trois jeunes médecins.

Dans plusieurs régions du Québec, des citoyens et des communautés qui anticipaient la disparition de leur clinique médicale, ont décidé de s'organiser. Loin d'eux l'idée de remplacer l'État ou de privatiser la médecine. Un seul et modeste objectif : avoir une raisonnable proximité de services. Ne serait-il pas opportun de saluer ces initiatives de prise en charge citoyenne?

Le Québec s'est développé par la coopération. Nous devons être fiers de notre capacité collective à nous organiser et à coopérer en vue de répondre efficacement à nos besoins. Selon J. Benoit Caron, directeur général de la Fédération « nous devons garder à l'esprit que les coopératives de santé offrent aux citoyens une proximité de services et permettent à des professionnels de santé d'établir leur pratique dans des communautés qu'ils n'auraient pas nécessairement choisies sans ce modèle d'organisation ». Les coopératives de santé sont l'expression d'une démocratisation des services de santé de première ligne. Compte tenu du contexte actuel du réseau de la santé au Québec, nous nous devons d'innover en changeant nos paradigmes. Les coopératives de santé s'inscrivent parfaitement dans ce changement de paradigme…

Les coopératives de santé sont en pleine émergence au Québec. Elles sont jeunes, en moyenne 4 à 6 ans d'existence. Ce sont des entreprises collectives dirigées et administrées par des citoyens et des collectivités. Elles se doivent d'être en conformité avec les lois et règlements et leur développement ne peut durablement se faire qu'en complémentarité avec le réseau local de services. Elles sont maintenant plus de 50 à être légalement constituées et organisées. Plus de la moitié d'entre elles sont en opération et offrent par le biais de professionnels des services de santé curatifs et préventifs.

Contrairement aux croyances de plusieurs, les coopératives de santé sont un frein à la privatisation de la santé, d'une part, considérant la « démocratisation » des services qu'elles offrent à la population, et d'autre part, considérant la place qu'elles occupent dans le paysage québécois, limitant ainsi les initiatives commerciales de certains individus dont la préoccupation est de faire des profits. « Soyons conséquents, à chaque fois qu'une coopérative de santé émerge dans une communauté, c'est une occasion de moins pour des promoteurs privés de faire de la spéculation à partir de besoins de santé non satisfaits de la population » poursuit M. Caron.

En permettant à des professionnels de santé de s'établir ou de demeurer dans une communauté, les coopératives de santé favorisent une meilleure répartition des effectifs médicaux. Elles bonifient l'offre de services de santé de première ligne au niveau local, rendant ainsi leur région plus attractive pour l'implantation de futurs professionnels.

De plus, « les coopératives de santé contribuent à une réduction des coûts de santé pour les citoyens en faisant en sorte qu'ils n'aient pas à se déplacer dans d'autres régions afin de « consommer » des services essentiels à leur santé et leur bien-être » déclare M. Caron.

Il ne fait donc aucun doute pour la Fédération que l'émergence des coopératives de santé est souhaitable et nécessaire pour garantir le bien-être de nos communautés. Objectivement, nous devons admettre qu'il y a plus d'opportunités que de menaces associées au développement des coopératives de santé.

La Fédération des coopératives de services à domicile et de santé du Québec regroupe une trentaine de coopératives de santé qui comptent plus de 60 000 membres. Ces coopératives offrent des services de santé de première ligne curatifs et préventifs aux citoyens et collectivités du Québec. La Fédération regroupe également plus de 50 coopératives et OSBL de services à domicile qui offrent des services d'aide à la vie domestique et d'aide à la vie quotidienne à travers le Québec. Ce réseau livre annuellement près de trois millions d'heures de services. Pour consulter notre site web : www.fcsdsq.coop

SOURCE FEDERATION DES COOPERATIVES DE SERVICES A DOMICILE ET DE SANTE DU QUEBEC

Renseignements :

Source : 
Olivier Étienne 
Conseiller en soutien et services aux membres
Secteur santé
olivier.etienne@fcsdsq.coop
Tél. : 418 837-8882, poste 213
      Pour information :
J. Benoit Caron
Directeur général 
Cell. : 418 717-8882

 

Profil de l'entreprise

FEDERATION DES COOPERATIVES DE SERVICES A DOMICILE ET DE SANTE DU QUEBEC

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.