Les confidences échangées au Petit Coin y restent



    Nouveau programme en ligne vise à démystifier l'hyperactivité vésicale

    MONTREAL, le 2 oct. /CNW/ - Certaines idées préconçues circulent au sujet
de l'hyperactivité vésicale et de ses symptômes. C'est du moins ce que révèle
un sondage mené par The Strategic Counsel au nom du Petit Coin(1) - un nouveau
programme unique et interactif visant à informer les canadiens sur
l'hyperactivité vésicale ses symptômes, des conseils pour mieux vivre avec
cette affection au quotidien ainsi que certaines techniques de prise en
charge, entre autres.
    Quelque 12 à 18 pour cent des canadiens sont atteints d'hyperactivité
vésicale, affection médicale chronique donnant lieu à une envie soudaine
d'uriner même lorsque la vessie n'est pas pleine.(2,3)
    "L'hyperactivité vésicale peut avoir une profonde incidence sur la
qualité de vie d'un patient", déclare la Dre Marie-Paule Jammal, urologue,
Cité-de-la-Santé de Laval. "Favoriser le dialogue sur cette affection aidera
de nombreuses personnes à en reconnaître les signes et les symptômes et les
incitera à obtenir de l'information sur les différents moyens de la prendre en
charge."

    SONDAGE CANADIEN SUR L'HYPERACTIVITE VESICALE
    ---------------------------------------------
    D'après les réponses fournies par près de la moitié des canadiennes
interrogées (48 pour cent), l'une des principales idées préconçues au sujet de
l'hyperactivité vésicale est que celle-ci se caractérise par de l'incontinence
(miction involontaire). En outre, plus d'une canadienne sur trois croit, à
tort, que l'hyperactivité vésicale touche principalement les personnes âgées
de 65 ans et plus.
    D'après les conclusions du sondage, 55 pour cent des canadiennes ignorent
qu'une envie soudaine et impérieuse d'uriner est le principal symptôme de
l'hyperactivité vésicale. Par ailleurs, l'enquête a révélé qu'une femme sur
dix limite parfois ses projets de voyage par crainte de ne pouvoir trouver de
salle de bains.(1)

    OUVREZ LA PORTE DU PETIT COIN...
    --------------------------------
    Au Petit Coin est un programme d'éducation national et entièrement
bilingue, destiné aux personnes qui veulent en savoir plus sur l'hyperactivité
vésicale. Au Petit Coin constitue une communauté Web accueillante, où on peut
exprimer ses pensées et ses inquiétudes au sujet de cette maladie. Les
personnes qui se rendent à l'adresse www.aupetitcoin.ca pourront approfondir
leurs connaissances sur l'hyperactivité vésicale.
    Elles y trouveront également des conseils et de l'information qu'elles
pourront télécharger gratuitement à même le site web.
    "Je suis ravie de collaborer avec l'initiative au Petit Coin et d'aider
ainsi à fournir à la population canadienne une information fiable sur
l'hyperactivité vésicale, une affection qui touche des personnes à tout âge de
la vie", a déclaré Beverly Cleland, Infirmière-conseil en incontinence, Centre
universitaire de santé McGill. "Ce type de programme peut donner aux gens les
outils nécessaires pour prendre en charge cette affection ainsi que l'occasion
d'en apprendre davantage grâce aux expériences et anecdotes d'autres personnes
qui en sont également touchées."

    A PROPOS DE L'HYPERACTIVITE VESICALE
    ------------------------------------
    Ressentir une envie soudaine et urgente d'uriner même quand la vessie
n'est pas pleine est le principal symptôme de l'hyperactivité vésicale. Il ne
s'agit pas d'incontinence (écoulement d'urine), comme certaines personnes sont
portées à le croire.(4,5)
    Chez les personnes atteintes d'hyperactivité vésicale, le muscle de la
vessie commence à se contracter pendant que la vessie se remplit d'urine
plutôt qu'au moment où celle-ci est pleine. Cette réaction peut être très
difficile à contrôler. La personne atteinte doit se rendre aux toilettes sans
attendre, ce qui peut s'avérer particulièrement incommodant, surtout au cours
d'une réunion ou en voyage.
    Plusieurs facteurs sous-jacents peuvent contribuer à l'hyperactivité
vésicale.(4,5) Parmi les plus communs figurent notamment les infections
urinaires, les effets secondaires de certains médicaments, l'obésité, la
grossesse et la ménopause. D'autres facteurs de risque sont plus graves et
moins courants. C'est le cas des atteintes nerveuses causées par des lésions à
la moelle épinière ou par une maladie neurologique (la sclérose en plaques ou
la maladie de Parkinson, par exemple), par un accident vasculaire cérébral ou,
chez l'homme, par le blocage de l'urètre en raison d'une agrandissement de la
prostate ou par suite d'une opération à la prostate.

    METHODOLOGIE DE RECHERCHE
    -------------------------
    Un sondage en ligne a été mené en octobre 2006. Mille femmes âgées entre
45 et 64 ans (la population la plus exposée à l'hyperactivité vésicale) ont
pris cinq minutes pour y répondre. Pour que chaque région puisse faire l'objet
d'une analyse individuelle, des quotas régionaux ont été fixés. Les résultats
ont été pondérés pour obtenir un échantillon proportionnel à l'échelle
nationale.(1)

    A PROPOS DU PETIT COIN
    ----------------------
    Au Petit Coin est un programme d'éducation national et entièrement
bilingue, conçu en collaboration avec des professionnels canadiens de la
santé. Il vise l'amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes
d'hyperactivité vésicale en leur permettant de comprendre et de prendre en
charge leur maladie. Pour obtenir plus d'information sur au Petit Coin,
consultez le site www.aupetitcoin.ca. Au Petit Coin doit son existence à une
subvention éducative d'Astellas Pharma Canada, Inc., un chef de file dans le
domaine de l'urologie.

    
    REFERENCES
    ------------------------
    (1) The Strategic Counsel. "Overactive Bladder Awareness - an online
        survey". October, 2006.

    (2) Irwin D, Milsom I, Hunskaar S, et al. "Population-Based Survey of
        Urinary Incontinence, Overactive Bladder, and Other Lower Urinary
        Tract Symptoms in Five Countries: Results of the EPIC Study."
        Eur Urol. 2006 Dec;50(6):1306-1314.

    (3) Corcos J, Schick E. "Prevalence of overactive bladder and
        incontinence in Canada." Cnd J Urol. 2004; 11(3):2278-2284.

    (4) Kelleher C, et al. "Improved Quality of Life in Patients with
        Overactive Bladder Symptoms treated with Solifenacin." BJU
        International 2005; 95:81-85.

    (5) Wein A, Rackely, R. "Overactive Bladder: A Better Understanding of
        Pathophysiology, Diagnosis and Management." J Urology 2006; 175:S5-
        S10.
    

    /AVIS AUX RESPONSABLES DE LA SECTION PHOTOGRAPHIQUE : Une photo
    accompagnant ce communiqué est disponible dans l'Archive photographique
    CNW et archivée à l'adresse http://photos.newswire.ca. Des images
    archivées sont aussi disponibles sur le site Web de l'Archive
    photographique CNW, à l'adresse http://photos.newswire.ca. Ces images
    sont gratuites pour les représentants accrédités des médias/





Renseignements :

Renseignements: Suzanne Gold, Communications MECA/Médicomm, (416)
425-9143, 1-866-337-3362 poste 230, sgold@meca.ca

Profil de l'entreprise

AU PETIT COIN

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.