Les Canadiens sont inquiets des répercussions financières reliées aux soins à un proche qui est malade



    
    La Société canadienne du cancer demande aux partis politiques d'appuyer
    une stratégie nationale des aidants
    

    OTTAWA, le 11 sept. /CNW/ - Selon un sondage d'opinion national mené pour
le compte de la Société canadienne du cancer, plus de 50 % des Canadiens sont
préoccupés par les répercussions financières reliées aux soins à un proche qui
est malade.
    Les résultats du sondage indiquent également que plus de 60 % des
Canadiens croient qu'eux-mêmes ou leur conjoint deviendront vraisemblablement
à l'avenir des aidants pour un proche qui est malade.
    "Une élection fédérale est la période toute désignée pour demander aux
candidats de parler des besoins futurs des citoyens, d'affirmer Dan Demers,
directeur, Questions d'intérêt public, à la Société canadienne du cancer. La
population canadienne vieillit et de plus en plus de Canadiens prendront soin
de proches atteints du cancer et d'autres maladies graves pouvant s'avérer
mortelles. Bien que les aidants puissent actuellement bénéficier d'un certain
soutien financier, il est nécessaire de faire beaucoup plus pour assister ces
personnes, qui constituent le pilier invisible de notre système de soins de
santé. Nous faisons appel aux partis politiques afin qu'ils mettent en oeuvre
une stratégie nationale des aidants et empêche ce défi de plus en plus
important de se transformer en crise, dans le futur."
    Selon les résultats du sondage, les Canadiens sont en faveur de
prestations accrues aux aidants :
    Près de trois personnes sur cinq, ou 59 % des Canadiens, ont déclaré
qu'ils seraient plus enclins à voter pour un parti qui promet un congé
rémunéré plus long pour les Canadiens qui doivent temporairement quitter le
travail afin d'assumer le rôle d'aidantes auprès d'un proche gravement malade
ou mourant.
    Selon 50 % des répondants, un gouvernement juste se doterait d'un
programme gouvernemental prévoyant un congé rémunéré pouvant aller jusqu'à six
mois, pour les personnes qui doivent temporairement quitter le travail afin
d'assumer le rôle d'aidantes auprès d'un proche gravement malade ou mourant.
    De nombreux aidants éprouvent des difficultés financières, au fur et à
mesure qu'ils épuisent leurs économies personnelles et subissent une perte de
revenu, lorsqu'ils ne peuvent travailler.
    "Il est tout simplement inacceptable que les personnes qui donnent déjà
énormément afin d'aider les autres doivent, en outre, assumer le fardeau lié
aux frais exceptionnels et à la perte de revenu" de dire M. Demers.
    M. Demers ajoute que les lacunes du soutien aux aidants touchent les
femmes et les familles à faible revenu le plus durement. "Les femmes
constituent la majorité des aidants, et environ 65 % de ces derniers déclarent
un revenu annuel du ménage inférieur à 45 000 $."
    "Les Canadiens préoccupés par cette question, notamment les femmes,
devraient réfléchir attentivement avant de voter aux prochaines élections,
déclare M. Demers. Il s'agit d'une période appropriée pour les décideurs
politiques de prendre les mesures qui s'imposent. Aider les familles dont un
proche est gravement malade ou mourant représente un aspect essentiel d'un
système de soins de santé efficace."

    
    La Société canadienne du cancer est d'avis que les aspects clés d'une
stratégie nationale des aidants devraient comprendre :

    -   Un programme de prestations de compassion amélioré - celui-ci fait
        partie du programme fédéral d'assurance-emploi (AE).
        -  Il est recommandé de prolonger la période de prestations à 26
           semaines (laquelle est actuellement de six semaines).

    -   L'élargissement des prestations aux travailleurs qui ne sont pas
        admissibles aux prestations d'assurance-emploi.
        -  Comme le programme de prestations de compassion fait partie du
           programme de l'assurance-emploi, de nombreuses personnes n'y sont
           pas admissibles, dont les sans emploi et les travailleurs
           autonomes, à temps partiel ou temporaires ainsi que les employés
           contractuels et saisonniers.

    -   L'amélioration du système fiscal afin d'assurer un meilleur soutien
        aux aidants.
    

    Le sondage téléphonique national a été mené par l'Innovative Research
Group auprès de 1 015 Canadiens, du 5 au 12 août 2008, et comportait une marge
d'erreur de +/- 3,08, 19 fois sur 20.

    La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national, à
caractère communautaire, dont la mission est l'éradication du cancer et
l'amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par le cancer. Pour
en connaître davantage sur cette maladie, visitez notre site Web, au
www.cancer.ca, ou communiquez sans frais avec notre Service bilingue
d'information sur le cancer, au 1 888 939-3333.




Renseignements :

Renseignements: Alexa Giorgi, Spécialiste des communications bilingue,
(416) 934-5681

Profil de l'entreprise

Société canadienne du cancer (Bureau national)

Renseignements sur cet organisme

ELECTIONS FEDERALES 2008

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.