Les Canadiens s'en remettent d'abord au gouvernement pour la question du changement climatique: Sondage de la Fondation Trudeau et de la Canada West Foundation



    Enquête préalable au Colloque Trudeau sur l'environnement,
    du 15 au 17 nov.

    MONTREAL, le 14 nov. /CNW/ - Selon un nouveau sondage commandé par la
Fondation Trudeau en collaboration avec la Canada West Foundation, les
Canadiens croient fermement que l'intervention du gouvernement est l'étape la
plus importante pour freiner le changement climatique et souhaitent que leur
pays fasse preuve de leadership dans la recherche de solutions en ce sens. Les
résultats du sondage précèdent le Colloque annuel de la Fondation Trudeau,
intitulé Un climat de réconciliation : économie, justice sociale et
environnement, qui aura lieu cette semaine à Calgary.
    "Bien que les Canadiens reconnaissent l'importance du milieu des affaires
et des individus dans la lutte contre le changement climatique, la majorité
d'entre eux considèrent que le gouvernement doit mener le pas", selon
Pierre-Gerlier Forest, président de la Fondation Pierre Elliott Trudeau. "Le
colloque qui portera sur ce sujet est l'occasion de réaliser un des objectifs
centraux de la Fondation Trudeau qui est de susciter un débat éclairé sur les
enjeux sociaux de grande importance."

    Les causes

    Quand on leur demande qui sont les principaux responsables de l'émission
de gaz à effet de serre (GES), les Canadiens ont tendance à rejeter le blâme
autant sur eux-mêmes, les consommateurs, que sur les milieux industriel et des
affaires.

    
    -   Plus de la moitié des Canadiens (55 %) désignent l'industrie, le
        milieu des affaires et les entreprises comme les principaux
        responsables de l'émission actuelle des gaz à effet de serre au
        Canada, notamment l'industrie pétrolière et gazière (17 %) et
        l'industrie énergétique en général (12 %); suivies de l'industrie
        manufacturière (3 %), des centrales au charbon (3 %) et des aciéries
        (3 %). Une proportion équivalente (53 %) mentionne les consommateurs
        comme les principaux responsables, essentiellement par l'utilisation
        des véhicules (42 %).

    -   Les deux tiers (62 %) des répondants affirment que le Canada central
        est la région qui émet le plus de GES responsables du changement
        climatique, principalement l'Ontario (48 %), puis le Québec (15 %).
        En comparaison, moins de quatre personnes sur dix (38 %) mentionnent
        l'Ouest canadien; 32 % précisent l'Alberta. Les Canadiens de tout le
        pays sont plus enclins à désigner le Canada central, mais
        spécialement les Ontariens eux-mêmes (70 %). Les Albertains (48 %)
        sont parmi les plus enclins à désigner leur province comme principal
        endroit pour l'émission de GES.

    -   La plupart des Canadiens croient que leur province est très
        responsable (41 %) ou modérément responsable (42 %) du changement
        climatique. Mais ces points de vue varient notablement au pays, les
        endroits où l'on désigne sa propre province comme principal
        responsable du changement climatique étant l'Ontario (62 %) et
        l'Alberta (41 %), par opposition au Québec (38 %), à la Colombie-
        Britannique (19 %), aux provinces atlantiques (13 %), au
        Manitoba (9 %) et à la Saskatchewan (3 %).
    

    Les solutions

    Les Canadiens s'en remettent d'abord au gouvernement, plutôt qu'à
l'industrie ou aux consommateurs, pour prendre le leadership dans la lutte
contre le changement climatique. La plupart croient que toutes les régions du
pays ont une part égale de responsabilité envers le problème, mais se disent
prêts à accorder une certaine compensation à l'Ouest canadien si les coûts
engendrés frappent plus lourdement dans cette région.

    
    -   Les Canadiens ont tendance à croire que les réglementations
        gouvernementales sont des plus essentielles pour atténuer les
        changements climatiques (50 %), comparativement à 19 % des répondants
        qui considèrent que l'industrie et le milieu des affaires devraient
        jouer ce rôle en faisant de nouveaux investissements ou en modifiant
        leurs modes d'exploitation, et à 15 % qui pensent que les
        consommateurs doivent changer leur style de vie.

    -   Quand on leur demande à qui revient principalement la responsabilité
        de prendre des mesures dans le dossier du changement climatique, les
        Canadiens mentionnent d'abord le gouvernement (27 %) ou les cadres du
        milieu industriel (22 %). Trois répondants sur dix (31 %) insistent
        tout de même sur le fait que tous les Canadiens ont une part égale de
        responsabilité.

    -   A la question "Toutes les régions du pays ont-elles une
        responsabilité égale dans la résolution des problèmes liés au
        changement climatique, ou certaines régions ont-elles une plus grande
        responsabilité que d'autres?", les deux tiers (67 %) des Canadiens
        répondent que toutes ont une part égale de responsabilité; ce
        sentiment est plus fortement perçu en Colombie-Britannique (78 %), au
        Manitoba (75 %) et au Canada atlantique (75 %), moins au
        Québec (59 %).

    -   Une majorité (57 %) de Canadiens estiment que l'Ouest canadien
        devrait recevoir une certaine compensation de la part du reste du
        pays si les mesures énergiques dans le dossier du changement
        climatique engendrent des coûts élevés dans cette région. Cette
        position est plus fortement marquée dans les Prairies (72 %) et en
        Colombie-Britannique (70 %), et nettement moindre au Québec (47 %) et
        dans le Canada atlantique (46 %).
    

    Leadership international

    Les Canadiens souhaitent que leur pays fasse preuve de leadership dans la
recherche de solutions au problème du changement climatique, mais il n'y a pas
consensus à savoir si une approche essentiellement canadienne est favorable à
une approche concertée avec les autres pays industrialisés.

    
    -   Les Canadiens estiment que le Canada devrait prendre le leadership
        dans la lutte contre le changement climatique, que ce soit comme chef
        de file (18 %) ou parmi les chefs de file (49 %).

    -   Les Canadiens croient que la meilleure façon pour le Canada d'inciter
        les autres pays à prendre des mesures est de servir de pays
        exemplaire (44 %). Moins de répondants proposent la mise au point et
        l'exportation de nouvelles technologies écologiques (28 %) ou encore
        des pressions diplomatiques ou commerciales sur les autres
        gouvernements (15 %).

    -   Cinq Canadiens sur dix (51 %) préfèrent que la démarche nationale
        envers le changement climatique soit "taillée sur mesure" pour le
        Canada, tandis que 42 % considèrent qu'il est préférable d'harmoniser
        autant que possible la démarche du Canada avec celle des autres pays
        industrialisés. On observe le contraire au Québec où l'opinion tend à
        favoriser une démarche internationale (48 %) plutôt que "taillée sur
        mesure" pour le Canada (44 %).
    

    Avec ces résultats en toile de fond, le Colloque Trudeau servira à faire
la lumière sur la situation au Canada et présentera cinq séances thématiques
(énergie, santé, habitat, transport et eau) au cours desquelles seront
examinés les enjeux concrets et immédiats afin de dégager les choix publics
les plus prometteurs. Parmi les conférenciers, on compte notamment les
personnes suivantes :

    
    -   Edward Burtynsky, un des photographes canadiens les plus respectés
        dont l'oeuvre remarquable de paysages industriels à l'échelle
mondiale
        fait partie des collections de musées partout au monde.
    -   Jack Diamond, membre du conseil de WWF-Canada, architecte lauréat et
        fondateur de Diamond and Schmitt Architects Inc., dont les projets
        sont à l'oeuvre au Canada comme ailleurs dans le monde.
    -   Heather Douglas, présidente-directrice générale de la Chambre de
        commerce de Calgary.
    -   Travis Engen, ancien président-directeur général d'Alcan et président
        du conseil d'administration du Conseil mondial des affaires pour le
        développement durable.
    -   Roger Gibbins, président-directeur général de Canada West Foundation.
    -   Richard Jackson (Berkeley), ancien directeur du National Center for
        Environmental Health au sein des Centers for Disease Control and
        Prevention.
    -   William Rees (Université de la Colombie-Britannique et lauréat
        Trudeau), initiateur et copromoteur du concept et de la méthode
        "empreinte écologique".
    -   Robert Sandford, président au Canada de la décennie internationale
        des Nations Unies "L'eau, source de vie".
    

    La Fondation Trudeau

    La Fondation Pierre Elliott Trudeau apporte son soutien financier à des
chercheurs qui se penchent sur des enjeux cruciaux pour la société et rend
possible le dialogue et la collaboration entre institutions et disciplines
autour de quatre grands thèmes : les droits de la personne et la justice
sociale, la citoyenneté responsable, le Canada et le monde, et l'être humain
dans son milieu naturel. Depuis sa création en 2002, la Fondation a accordé
plus de 125 bourses à des chercheurs de pointe et à des personnes qui se sont
distinguées par leurs réalisations, au Canada comme à l'étranger. Pour plus de
renseignements, consultez le site www.fondationtrudeau.ca.

    Au sujet du sondage

    Les résultats sont tirés d'un sondage téléphonique effectué par
Environics Research entre le 4 et le 11 octobre 2007 auprès d'un échantillon
représentatif de Canadiens adultes. En tout, 2 006 entrevues ont été
réalisées. L'erreur d'échantillonnage est de plus ou moins 2,2 %, 19 fois sur
20.




Renseignements :

Renseignements: Pour obtenir l'accréditation des médias, des
renseignements ou pour solliciter une entrevue avec un responsable de la
Fondation Trudeau, veuillez communiquer avec Alida Alepian (médias français),
Capital Image, (514) 739-1188, poste 225; Catharine Marion/Josh Cobden (médias
anglais), Environics Communications, (416) 969-2809/(416) 969-2746;
Personne-ressource sur place: Elise Comtois, La Fondation Pierre Elliott
Trudeau, (514) 466-1575 (cell. Fondation), comtois@fondationtrudeau.ca ou
colloque@fondationtrudeau.ca

Profil de l'entreprise

La Fondation Pierre Elliott Trudeau

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.