Les Canadiens de l'Atlantique parmi les plus confiants dans la sécurité des dossiers de santé - Mais la protection des renseignements personnels reste primordiale



    TORONTO, le 19 nov. /CNW Telbec/ - Selon un nouveau sondage d'opinion,
les Canadiens appuient le recours au dossier de santé électronique (DSE) et
s'attendent à ce que la confidentialité soit protégée lors de la collecte, du
stockage et de l'utilisation des renseignements personnels sur leur santé.
    "Le gouvernement s'est engagé à adopter de nouvelles technologies qui
améliorent la prestation des soins de santé tout en assurant la protection des
renseignements personnels", a affirmé Tony Clement, ministre fédéral de la
Santé. "Lorsque leur mise en oeuvre sera terminée, les dossiers de santé
électroniques confidentiels et sécurisés amélioreront l'efficacité, réduiront
les temps d'attente et entraîneront des économies considérables pour notre
système de santé."
    Près de neuf Canadiens sur dix (88 pour cent) appuient le développement
du DSE, ce qui représente une augmentation de cinq pour cent depuis 2003. Le
sondage révèle également que 44 pour cent des Canadiens de l'Atlantique
croient que leur dossier de santé actuel est bien protégé. A cet égard, ils
arrivent bon deuxième après les Albertains, dont 46 pour cent se disent aussi
confiants.
    Grâce au DSE, les cliniciens autorisés ont accès à un large éventail de
données médicales, par exemple les allergies, les résultats de tests de
laboratoire, les radiographies numérisées et les antécédents pharmaceutiques
d'un patient. Ce qui se traduit par une meilleure coordination des soins, une
plus grande efficacité, des économies de coûts et une réduction du nombre
d'erreurs médicales. Alors que la plupart des renseignements médicaux des
Canadiens sont encore conservés sur papier au pays, Inforoute Santé du Canada
orchestre actuellement la mise en oeuvre du DSE et des initiatives sont en
cours dans chaque province et territoire.
    "A mesure que les DSE prennent racine dans notre système de santé, nombre
de Canadiens s'étonnent que les cliniciens autorisés ne puissent pas encore
accéder à leurs renseignements médicaux de base stockés à quelques rues de là,
alors que les guichets automatiques du monde entier peuvent valider leurs
données bancaires et leur permettre de retirer des fonds lorsqu'ils voyagent à
l'étranger", fait remarquer Richard Alvarez, président et chef de la direction
d'Inforoute Santé du Canada, une organisation indépendante sans but lucratif,
financée par le gouvernement fédéral, qui dirige le développement et la mise
en oeuvre des projets de dossier de santé électronique au Canada. "Cette étude
confirme que les Canadiens appuient l'accélération de l'obtention de dossiers
de santé électroniques confidentiels et sûrs."
    Selon le sondage, près de deux tiers des Canadiens croient qu'il existe
peu de types de renseignements personnels qui méritent une plus grande
protection légale que les renseignements personnels sur la santé.
    "Il est clair que les Canadiens souhaitent que la protection de leurs
renseignements personnels soit un facteur déterminant dans notre évaluation de
la gestion de ces dossiers de nature hautement délicate et des utilisations
secondaires potentielles de ces renseignements, notamment dans le cadre de
recherches en santé", souligne Jennifer Stoddart, commissaire à la protection
de la vie privée du Canada.

    Parmi les principales conclusions du sondage on notera également ce qui
suit :

    
    - 31 pour cent des répondants ont indiqué avoir fait l'expérience du
      dossier de santé électronique pendant une interaction au sein du
      système de santé. Lorsqu'on leur a demandé de comparer le DSE au
      dossier papier sur le plan de l'efficacité globale pour le système de
      santé, une majorité écrasante (89 pour cent) a répondu que le système
      électronique était supérieur.
    - 87 pour cent des Canadiens croient que le dossier de santé électronique
      accélérera les diagnostics et en améliorera l'exactitude, tandis que
      82 pour cent croient qu'il diminuera les erreurs d'ordonnances,
      et 84 pour cent aimeraient pouvoir accéder à leur propre dossier
      médical en ligne.
    - Les Canadiens veulent être certains que des mesures de sécurité et de
      confidentialité sont en place pour protéger leurs renseignements
      médicaux. 77 pour cent voudraient disposer de pistes de vérification
      documentant l'accès à leurs renseignements médicaux. 74 pour cent
      souhaitent que d'importantes sanctions soient imposées en cas d'accès
      non autorisé. 66 pour cent des Canadiens veulent que des politiques
      claires soient en place pour protéger la confidentialité de leurs
      renseignements médicaux. En cas d'atteinte à la sécurité, 7 répondants
      sur 10 voudraient en être informés et que des procédures soient en
      place pour remédier à la situation.
    - Ceux qui ont vécu une expérience liée au DSE appuient encore plus
      fermement la mise en place de mécanismes de sécurité et de protection
      de la confidentialité.
    - Une majorité des Canadiens (55 pour cent) aimeraient pouvoir masquer
      l'information sensible figurant dans leur dossier.
    - Bien que le sondage indique que les répondants appuient fermement
      (84 pour cent) l'utilisation de renseignements anonymes figurant dans
      les DSE aux fins de recherches en santé, ce soutien chute
      considérablement si les renseignements personnels identifiables ne sont
      pas retirés (50 pour cent).
    

    Les ministères de la Santé fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada
ont uni leurs efforts dans le cadre d'un plan d'élaboration de nouveaux
systèmes d'information sur la santé pouvant communiquer entre eux. Selon ce
plan, les dossiers de santé électroniques de la moitié des Canadiens seront
mis à la disposition des prestateurs de soins autorisés d'ici 2010.
    L'objectif consiste à mettre sur pied un réseau national de solutions de
DSE interopérables reliant les cliniques, les hôpitaux, les pharmacies et les
autres cliniciens afin d'améliorer l'accès aux services de soins de santé,
d'accroître la qualité des soins dispensés ainsi que la sécurité et
l'efficacité du système de santé.
    Un dossier de santé électronique est un dossier à vie des antécédents
médicaux d'une personne, offrant aux professionnels de la santé autorisés un
accès immédiat à des renseignements tels que les résultats de tests de
laboratoire, les traitements antérieurs, les profils pharmaceutiques et les
dossiers de vaccination.

    Le sondage sur l'information électronique sur la santé et la protection
des renseignements personnels a été financé conjointement par Inforoute Santé
du Canada, Santé Canada et le Commissariat à la protection de la vie privée
du?Canada. Ce sondage a été mené en juin et en juillet 2007 par EKOS Research
Associates auprès de 2 469 Canadiens. Les résultats sont considérés comme
exacts sur le plan statistique dans une marge de plus ou moins deux points de
pourcentage, 19 fois sur 20.

    Les résultats complets du sondage peuvent être consultés à
www.infoway-inforoute.ca.




Renseignements :

Renseignements: Dan Strasbourg, Directeur des relations avec les médias,
Inforoute Santé du Canada, (416) 595-3424, dstrasbourg@infoway-inforoute.ca;
Colin McKay, Commissariat à la protection de la vie privée du Canada, (613)
995-0103, cmckay@privcom.gc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.