Les Canadiens croulent sous les objets de toutes sortes qu'ils accumulent, selon une nouvelle étude



    
    Kijiji Canada recrute une spécialiste de l'ordre pour aider les Canadiens
    à se défaire d'une mauvaise habitude
    

    TORONTO, le 10 juin /CNW/ - Les Canadiens amassent énormément d'objets
variés, et cette mauvaise habitude est bien ancrée chez eux. Selon un récent
sondage commandé par Kijiji Canada, la très grande majorité des Canadiens
accumulent divers objets (près de 80 %), et les plus grands "collectionneurs"
sont ceux qui procèdent à un grand nettoyage au printemps. En effet, le
sondage révèle que les Canadiens qui font un grand nettoyage de printemps ont
plus tendance que les autres à affirmer qu'ils possèdent une panoplie d'objets
de toutes sortes (78 % par rapport à 59 %).
    Comment expliquer cette habitude? D'après le sondage, mené par Léger
Marketing, la plupart des Canadiens ne se donnent pas la peine de se départir
des objets dont ils ne veulent plus en raison de la démarche compliquée qu'ils
devraient ainsi entreprendre ou du temps qu'une telle démarche exige. De plus,
moins de trois Canadiens sur dix disent être en mesure d'évaluer la valeur des
objets dont ils ne veulent plus.
    "Quand vient le temps de faire le tri dans les objets qu'ils possèdent et
de se départir de ceux qui ne leur sont plus utiles, la plupart des gens sont
découragés par la tâche qui les attend. Souvent, ils ne savent pas par où
commencer", a indiqué Jaclyn Ray, spécialiste de l'ordre à Kijiji et
professionnelle du classement. "Pour renverser une mauvaise habitude, il faut
procéder par petites étapes. Dans le cas des gens qui accumulent les objets de
toutes sortes, la première étape consiste à admettre qu'ils ont cette habitude
et à prendre la décision de la combattre. La deuxième étape, celle de
l'élimination du bric-à-brac, est celle qui donne le plus de fil à retordre
aux Canadiens, car elle exige du temps et elle n'est pas des plus
divertissantes."
    "Il est possible de simplifier cette démarche en utilisant un site de
petites annonces local en ligne, comme Kijiji.ca, qui permet aux gens de se
départir facilement et gratuitement des objets dont ils ne veulent plus et
même de gagner un peu d'argent."
    Pourquoi se départir des objets accumulés? Le problème ne fera que
s'amplifier au fil du temps, et la plupart des gens n'en prendront conscience
que lorsqu'ils commenceront à empaqueter leurs biens au moment de déménager.
Résidants du Québec, écoutez bien ceci : à l'approche du 1er juillet, "journée
du déménagement", il est important de commencer à faire le tri dès maintenant
dans les objets que vous possédez et à vous départir dès que possible de ceux
qui ne vous sont plus utiles. Comme plus du quart des Québécois arrivent à
évaluer dans une certaine mesure la valeur des objets qu'ils ont accumulés,
vendre ceux dont ils ne veulent plus est aussi un excellent moyen d'amasser de
l'argent pour les dépenses liées au déménagement.
    Le sondage démontre également que le nombre de "collectionneurs" d'objets
de toutes sortes augmente parmi les Canadiens. Depuis août 2008, la proportion
de ménages canadiens qui admettent chercher à se défaire d'articles de maison
dont ils ne veulent plus a augmenté de 4 %. La croissance la plus rapide a
lieu sur la côte ouest. Selon le sondage, la hausse la plus forte est
enregistrée chez les habitants de la Colombie-Britannique, où la proportion de
personnes voulant se départir d'articles de maison qui ne leur sont plus
utiles a progressé de 10 % depuis août 2008.

    Portrait des "collectionneurs" d'articles en tous genres

    L'étude révèle d'autres tendances intéressantes au sujet de
l'accumulation d'objets divers et de ce que les gens en font quand ils n'en
veulent plus :

    
    -   Il n'est pas facile de trouver les coupables. Les hommes et les
        femmes "collectionnent" les objets de toutes sortes dans une même
        proportion. Soixante-dix-neuf pour cent des hommes affirment
        accumuler des objets de toutes sortes, et presque autant de femmes
        (76 %) disent avoir également cette mauvaise habitude.
    -   Les hommes et les femmes n'amassent pas les objets pour les mêmes
        raisons. Les hommes, dans une plus grande proportion que les femmes,
        accumulent les objets dont ils ne veulent plus pour ne pas avoir à
        entreprendre la démarche nécessaire pour s'en défaire (53 % par
        rapport à 47 %) ou en raison du temps qu'une telle démarche exige (43
        % comparativement à 36 %).
    -   Le récent ralentissement économique a eu des répercussions plus
        importantes chez les "collectionneurs" de l'Ontario, de l'Alberta et
        de la Colombie-Britannique que chez ceux du Québec et des Prairies.
        -  Les résidants de l'Ontario, de l'Alberta et de la Colombie-
           Britannique sont plus susceptibles d'avoir subi les contrecoups du
           ralentissement de l'économie, pour le moins dans une certaine
           mesure, que ceux du Québec et des Prairies, qui disent
           généralement n'avoir pas été grandement touchés par la situation
           économique.
        -  En ce qui concerne les répercussions du ralentissement sur la
           "collection" d'objets en tous genres des Canadiens, près de 30 %
           de ceux-ci ont songé à vendre ou ont vendu les articles dont ils
           souhaitaient se départir pour se constituer un petit pécule. De
           plus, 21 % d'entre eux ont songé à placer ou ont placé de petites
           annonces pour vendre des objets.
    -   Les "collectionneurs" d'objets de toutes sortes sont également
        coupables de puiser dans les vieilleries laissées sur la voie
        publique par d'autres. Près de 50 % des "collectionneurs" admettent
        qu'ils s'adonnent à cette pratique en cherchant discrètement les
        articles utiles laissés sur la voie publique chemin par d'autres.
    

    "Les Canadiens continuent de garder des objets qui ne leur sont plus
utiles, généralement en raison des efforts qu'ils auraient à déployer pour se
défaire de ces objets et du temps que cette démarche exige", a affirmé Andrew
Sloss, chef national, Kijiji Canada. "Les Canadiens nous disent également
qu'ils souhaitent tirer quelques dollars de leur bric-à-brac, et Kijiji peut
les aider à le faire. Offrant des sites s'adressant spécifiquement à la
population de 67 villes au pays, le site de petites annonces en ligne de
Kijiji permet aux gens de vendre facilement les objets qui ne leur sont plus
utiles."

    Méthodologie

    Le sondage a été mené du 8 au 20 avril 2009, à partir d'un échantillon
aléatoire national de 1 591 répondants constitué parmi le bassin Web de
répondants de Léger Marketing. Cette méthode repose sur la simulation d'un
échantillon aléatoire produisant une marge d'erreur maximale de +/-2,5 %, 19
fois sur 20.

    Kijiji

    Kijiji, qui signifie "village" en swahili, est un groupe de sites Web de
petites annonces qui proposent aux gens d'une même ville un moyen pratique,
agréable et facile de se rencontrer, d'échanger des biens, des services et des
idées et de s'entraider, grâce à des rubriques variées, notamment :
immobilier, emplois, achat et vente d'articles, services, autos et rencontres.
La famille Kijiji regroupe les marques Kijiji, Gumtree, LoQUo, Intoko et
Marktplaats. Les sites Kijiji sont actuellement offerts dans plus de 1 500
villes sur plus de 20 marchés dans le monde. Kijiji est le site de petites
annonces le plus fréquenté au Canada, comptant plus de 8,3 millions de
visiteurs uniques par mois.





Renseignements :

Renseignements: Nicole Tuschak ou Amy Clark, Environics Communications,
(416) 969-2712 ou (416) 969-2758, ntuschak@environicspr.com ou
aclark@environicspr.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.