Les Canadiennes et Canadiens ne joignent pas le geste à la parole en matière d'hygiène



    
    Un nouveau Conseil canadien de la santé et de l'hygiène, présidé par le
    Dr Donald Low, est créé afin de combler l'écart entre la théorie et la
    pratique
    

    TORONTO, le 8 oct. /CNW/ - Un sondage international sur les pratiques
d'hygiène a révélé que pour la troisième année consécutive, le Canada se
classe en tête de liste pour ce qui est de reconnaître l'importance de la
prévention des infections. Au Canada, neuf personnes sur dix (90 %)(1)
estiment en effet que le meilleur moyen de se prémunir contre la grippe
consiste à "se laver régulièrement les mains" - soit plus que tout autre pays
étudié et bien avant l'Allemagne, en deuxième place dans ce domaine avec un
taux de 66 %. Ceci dit, on constate un écart notable entre ce que l'on sait et
ce que l'on fait. Les Canadiennes et Canadiens savent quoi faire pour se
protéger et rester en santé, mais ne donnent pas suite à leurs connaissances
par des actions concrètes. Seulement quatre personnes sur dix (37 %)(2) au
pays ont indiqué que leurs enfants se lavaient toujours les mains avant de
manger, et une proportion comparable a déclaré qu'ils se les lavaient "la
plupart du temps" (44 %)(3). Ces résultats sont comparés à ceux obtenus dans
d'autres pays comme la Malaisie (80 %), l'Inde (79 %) et l'Italie (76 %) sur
le plan du lavage des mains avant de manger. Si les enfants canadiens ne
suivent pas de simples habitudes de lavage des mains, il est alarmant de
penser aux autres pratiques de santé et d'hygiène qui peuvent être négligées.
    A l'approche de la saison du rhume et de la grippe, les Canadiennes et
Canadiens doivent non seulement être conscients des menaces qui risquent
d'avoir une incidence sur la santé des membres de leur famille, mais ils
doivent également savoir comment se préparer et se protéger. Dans cet ordre
d'idées, il est essentiel de modéliser et d'enseigner les principes de base du
lavage des mains. Dans le but de répondre à ce besoin ainsi qu'à d'autres
impératifs en matière de santé et d'hygiène à l'échelle du pays, 
Reckitt Benckiser, fabricants des produits de marque Lysol, a octroyé une
subvention sans restriction pour l'éducation au Conseil canadien de la santé
et de l'hygiène, nouvellement créé.

    Création du Conseil canadien de la santé et de l'hygiène

    Le Conseil canadien de la santé et de l'hygiène a pour but de repenser
les pratiques d'hygiène courantes, de définir les lacunes en matière de santé
et d'hygiène d'un océan à l'autre, de formuler des recommandations réalistes à
l'intention de la population concernant l'importance de la santé et de
l'hygiène à la maison et dans la collectivité, et de préciser des programmes
et/ou solutions susceptibles d'aider à combler les lacunes observées.
    Le Conseil canadien de la santé et de l'hygiène réunit un groupe
d'éminents spécialistes des domaines de la microbiologie, de la virologie, des
maladies infectieuses, de la santé publique et de l'éducation. Il est présidé
par le Dr Donald Low, microbiologiste en chef des laboratoires médicaux de
l'hôpital Mount Sinai de Toronto et compte des représentants de
Colombie-Britannique, de Saskatchewan, de l'Ontario, du Québec et de
Nouvelle-Ecosse. La première réunion du conseil a eu lieu le 25 juin 2008 à
Toronto.
    "Les Canadiennes et les Canadiens disent bien comprendre l'importance
d'une bonne hygiène, mais lorsque vient le temps de mettre la théorie en
pratique, les résultats laissent à désirer, a expliqué le Dr Low. Notre
objectif prioritaire vise à continuer de mieux faire connaître l'importante
relation qui existe entre l'éducation en matière d'hygiène et la santé, et les
deux domaines de discussion les plus pressants demeurent la propreté des mains
et l'enseignement des principes de base connexes aux jeunes enfants. Le
Conseil canadien de la santé et de l'hygiène formulera une série de
recommandations et tactiques en 2008 et 2009 afin de combler cette lacune qui
persiste au Canada."

    
    Principales questions de santé et d'hygiène touchant les Canadiennes et
    Canadiens
    

    D'après le Conseil canadien de la santé et de la sécurité, les normes
d'hygiène diffèrent selon les groupes d'âge, les provinces et les
organisations, avec ce résultat que de nombreux éléments d'hygiène
n'obtiennent pas une attention prioritaire. A cet égard, le lavage des mains
et la désinfection des surfaces sont deux aspects présentement négligés par
les dirigeants communautaires et les fournisseurs de soins, suivis de la
sécurité alimentaire, de l'immunisation et de l'usage approprié des
antibiotiques. Qui plus est, leur importance primordiale dans la prévention et
la réduction des maladies telles que la diarrhée et les infections
respiratoires aigues n'est pas efficacement communiquée et/ou bien comprise.
Etant donné que les enfants forment une partie sensible de la population, le
Conseil a choisi de mettre l'accent sur les normes d'hygiène dans les
garderies et les écoles élémentaires en 2008/2009. Les leçons apprises par les
enfants à l'école sont souvent par la suite adoptées à la maison.
    Après s'être entendu sur ces questions fondamentales, le Conseil canadien
de la santé et de l'hygiène a défini un certain nombre de recommandations
s'articulant autour d'initiatives d'éducation et de partage d'information sur
les sujets de l'hygiène et de la désinfection. Ainsi, le conseil envisage
présentement de réaliser :

    
    -   Une étude sur l'"état de l'hygiène au pays" axée sur les pratiques de
        santé et d'hygiène et les lacunes observées dans les garderies et les
        écoles élémentaires. Parmi les programmes qui pourraient être
        envisagés, citons :
           -  Un programme d'éducation à l'intention des parents d'enfants
              qui fréquentent ces garderies/écoles
           -  Des programmes de formation de formateurs
    -   Un document de référence détaillé comparant les désinfectants
        ménagers et les germes, virus et maladies spécifiques qu'ils peuvent
        aider à enrayer
    

    "Nous avons établi la nécessité de mettre sur pied un groupe consultatif
d'experts au Canada afin de traiter des questions qui concernent tout
particulièrement les Canadiennes et les Canadiens, a précisé 
M. Adonis Souloglou, directeur du marketing chez Reckitt Benckiser Canada Inc.
Nous avons également reconnu la nécessité d'un conseil qui pousserait ces
efforts encore plus loin et qui convertirait ses recommandations en actions
concrètes, et nous anticipons avec enthousiasme d'examiner ses plans au cours
des mois à venir."

    Conseils pratiques d'hygiène au foyer

    On n'insistera jamais trop sur l'importance de pratiques simples en
matière de santé et d'hygiène. Pour cette raison, le Conseil a développé
quelques recommandations à suivre pour les Canadiens.
    Le Dr Caroline Quach, membre du Conseil canadien de la santé et de
l'hygiène, explique : "En tant que mère, j'ai appris à mes enfants comment et
quand se laver les mains; je tiens leur fiche de vaccination à jour; et
j'essaie de garder ma cuisine aussi salubre que possible. Ces étapes toutes
simples contribuent grandement à favoriser la santé de ma famille et des
personnes que je rencontre chaque jour."
    Des mesures toutes simples, comme de se laver les mains plus souvent et
plus efficacement, et de désinfecter les surfaces où l'on prépare des aliments
contribueront incontestablement à améliorer les normes d'hygiène au foyer, et
à réduire les taux de contamination. Ces précautions sont particulièrement
essentielles dans les foyers où vivent des enfants.

    
    Le saviez-vous...

    -   Les germes adorent les surfaces humides
           -  Efforcez-vous de garder toutes les surfaces aussi propres et
              sèches que possible - les germes, tels que les bactéries, ont
              moins tendance à proliférer sur des surfaces sèches
    -   Rappelez-vous également de vous laver les mains :
           -  Avant de donner à manger à des enfants ou de leur administrer
              un médicament
           -  Avant de mettre des lentilles cornéennes
           -  Après avoir manipulé des animaux domestiques
           -  Avant et après avoir manipulé des aliments crus
    -   La grande majorité des maladies d'origine alimentaire sont
        attribuables à une manipulation inappropriée ou une cuisson
        inadéquate des aliments, et dans 80 % des cas ces maladies
        surviennent à la maison. Les experts en santé publique estiment à
        entre 11 et 13 millions le nombre de cas de maladies d'origine
        alimentaire survenant chaque année au Canada.(8)
           -  Faites cuire les aliments à la bonne température - la
              température la plus élevée pour un poulet entier est de
              82 degrés C
           -  Réfrigérez les aliments sans tarder et maintenez la température
              du réfrigérateur à 4 degrés C ou moins

    Visitez le site www.canadianhealthandhygienecouncil.ca pour d'autres
solutions pratiques en matière de santé et d'hygiène.
    Toutes les données statistiques sont tirées de l'étude internationale sur
l'hygiène réalisée auprès des consommateurs en 2008, où 10 000 consommateurs
ont été interrogés dans 10 pays différents. Les résultats détaillés sont
affichés sur le site www.canadianhealthandhygienecouncil.ca

    Note à la rédaction :

    Conseil canadien de la santé et de l'hygiène

    -   Dr Donald E. Low, microbiologiste en chef aux laboratoires médicaux
        de l'hôpital Mount Sinai de Toronto, à Toronto (Ontario) (président)
    -   Dr Brenda L. Cholin, médecin hygiéniste, région sanitaire du Nord des
        Prairies, à North Battleford (Saskatchewan)
    -   Dr Caroline Quach, pédiatre et microbiologiste-infectiologue, Hôpital
        de Montréal pour enfants, à Montréal (Québec)
    -   Douglas S. McCall, Association canadienne pour la santé en milieu
        scolaire, à Vancouver (Colombie-Britannique)
    -   Elizabeth Watson, praticienne en prévention des infections, centre de
        santé de South Shore, à South Shore (Nouvelle-Ecosse)

    -------------------------------------
    (1) Etude internationale sur l'hygiène (réalisée par TNS Canadian Facts
        en février 2008), question 4
    (2) Etude internationale sur l'hygiène (réalisée par TNS Canadian Facts
        en février 2008), question 5
    (3) Etude internationale sur l'hygiène (réalisée par TNS Canadian Facts
        en février 2008), question 5
    





Renseignements :

Renseignements: Marie-Sophie Villeneuve, HKDP Communications and public
affairs, Tel.: (514) 395-0375, ext. 227, Email: msvilleneuve@hkdp.qc.ca

Profil de l'entreprise

CONSEIL DE LA SANTE ET DE L'HYGIENE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.