Les cadres CA prévoient un changement considérable au chapitre de la propriété des entreprises, selon le premier rapport ICCA/RBC : Tendances Conjoncturelles



    TORONTO, le 27 juin /CNW/ - Près de la moitié des comptables agréés (CA)
cadres de sociétés fermées canadiennes prévoient que leur entreprise sera
vendue, fermée ou transmise au cours des dix prochaines années, selon la
première édition du rapport ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles (deuxième
trimestre 2007). Ce nouveau rapport se fonde sur une étude trimestrielle menée
à l'échelle nationale par l'Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) et
RBC.
    "Ces données mettent en lumière l'intérêt croissant accordé à la
planification de la relève et aux regroupements d'entreprises par les sociétés
fermées au Canada - un phénomène qui aura à notre avis des implications
considérables pour des milliers d'entreprises et d'employés, et pour
l'économie canadienne dans son ensemble", a déclaré Kevin Dancey,
président-directeur général de l'ICCA.
    Le rapport ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles (deuxième trimestre 2007)
est le fruit d'entrevues menées par courriel auprès de CA canadiens qui
occupent, au sein de sociétés ouvertes ou fermées, des postes de haut niveau
tels que chef des finances, chef de la direction ou chef de l'exploitation.
    "Bon nombre des principaux points de vue exprimés par les répondants au
sondage reflètent la réalité actuelle quant aux perspectives économiques au
Canada", a déclaré Craig Wright, vice-président et économiste en chef de RBC.
"Le sondage fait ressortir, à juste titre, les pressions exercées sur la
compétitivité, le sentiment que la vague de regroupements d'entreprises se
poursuivra avec la même intensité, et la nécessité de rééquilibrer les
priorités en matière de politique financière pour faire face à ces enjeux."
    Les répondants ont cité la concurrence sur le marché comme étant le
principal défi pour leur entreprise (40 %), suivie par la demande des clients
(25 %), les exigences réglementaires (23 %), la valeur du dollar canadien
(23 %) et la pénurie de compétences de direction (20 %).
    Les dirigeants d'entreprise interrogés ont lié certaines de leurs
préoccupations à la politique financière fédérale, plus précisément au niveau
élevé d'imposition et à l'ampleur de la dette nationale. Une forte majorité
(69 %) croit qu'une réduction générale des impôts constituerait la meilleure
mesure que le gouvernement pourrait prendre pour accroître la compétitivité du
Canada. Trois sur dix sont d'avis qu'au moins 30 % de l'excédent budgétaire
fédéral devrait être affecté à la réduction de la dette nationale."
    "Le sondage fait ressortir le point de vue des CA du Canada pour qui la
réduction des impôts et la réduction de la dette nationale devraient compter
parmi les grandes priorités du gouvernement, d'ajouter Kevin Dancey. Il est
particulièrement important de régler pour de bon le problème persistant des
niveaux élevés d'imposition au pays évoqué par les répondants afin d'accroître
la compétitivité du Canada."
    Le premier rapport ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles (deuxième
trimestre 2007) révèle en outre que les CA qui occupent des postes de cadres
supérieurs affichent actuellement, dans l'ensemble, un optimisme prudent quant
aux perspectives économiques du Canada. Neuf répondants sur dix sont ou bien
"optimistes" ou bien "neutres" à cet égard. A l'échelle provinciale, le degré
d'optimisme varie considérablement. La quasi-totalité des répondants de
l'Alberta et de la Colombie-Britannique se disent "très optimistes" ou
"optimistes" quant aux perspectives économiques de leur province pour les 12
prochains mois, alors que moins de la moitié des répondants de l'Ontario et du
Québec partagent ce sentiment.
    Les cadres supérieurs se sont révélés plus optimistes quant aux
perspectives pour leur entreprise pour l'année à venir, 73 % des répondants
indiquant qu'ils prévoyaient une croissance en 2007. En moyenne, les
répondants ont par ailleurs dit s'attendre à ce qu'en 2007, leur entreprise :

    
      -  augmente son chiffre d'affaires global de 5,2 % et ses profits
         globaux de 4,4 %;
      -  augmente son effectif de 2,7 % et la rémunération totale moyenne de
         3,2 %;
      -  voie le prix des intrants augmenter de 2,3 % et augmente ses prix de
         1,8 %;
      -  augmente les budgets de ses services comme suit : TI (3,6 %),
         recherche et développement de nouveaux produits (2,9 %), publicité,
         ventes et marketing (2,4 %) et autres dépenses en immobilisations
         (3,2 %);
      -  obtienne un financement supplémentaire de 2,7 % par capitaux
         propres, de 2,4 % par emprunt et de 1,9 % par emprunts bancaires.
    

    Des 2 053 CA que l'ICCA a identifiés comme hauts dirigeants de sociétés
ouvertes ou fermées au Canada, 345 ont répondu au sondage, soit un taux de
réponse de 17 %. La marge d'erreur associée à ce type d'enquête est de +/- 5 %
au niveau de confiance de 95 %.

    Le rapport ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles (deuxième trimestre 2007)
s'inscrit dans le cadre d'une initiative internationale. L'American Institute
of Certified Public Accountants (AICPA) aux Etats-Unis et l'Institute of
Chartered Accountants in England and Wales (ICAEW) au Royaume-Uni effectuent
eux aussi des études trimestrielles, puisant dans les connaissances des cadres
supérieurs pour produire un baromètre de l'activité économique dans leur pays
respectif et une base pour faire des analyses comparatives entre pays dans
l'avenir. Le rapport ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles (deuxième trimestre
2007) est disponible en ligne à l'adresse
www.iccarbctendancesconjoncturelles.com.

    L'Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) et les ordres
provinciaux et territoriaux de comptables agréés regroupent environ 72 000 CA
et 10 000 étudiants au Canada et aux Bermudes. L'ICCA mène des recherches sur
des sujets d'actualité dans le domaine des affaires, et soutient
l'établissement des normes de comptabilité, de vérification et de
certification pour les secteurs privé et public ainsi que pour les organismes
sans but lucratif. Il publie des recommandations sur le contrôle et la
gouvernance ainsi que des documents destinés à la profession comptable. Il
élabore des programmes de formation continue et représente la profession de CA
sur la scène nationale et internationale. L'ICCA est membre fondateur de la
Fédération internationale des experts comptables (IFAC) et de la Global
Accounting Alliance (GAA).

    RBC Banque Royale offre aux particuliers, aux petites et moyennes
entreprises ainsi qu'aux clients commerciaux, par divers modes de prestation,
une vaste gamme de services financiers, notamment des comptes de dépôt, des
placements et des fonds communs de placement, des cartes de crédit et de
débit, des prêts personnels et commerciaux et des hypothèques résidentielles
et commerciales. RBC Banque Royale est la division de services bancaires aux
particuliers et aux entreprises de la Banque Royale du Canada (RY à la Bourse
de Toronto et à la Bourse de New York).





Renseignements :

Renseignements: Personnes-ressources: Mimi Tsui, ICCA, (416) 204-3435;
Judi Levita, RBC, (416) 974-8810

Profil de l'entreprise

L'Institut Canadien des Comptables Agréés

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.