Les attentes de la CSN à l'égard du budget fédéral



    MONTREAL, le 25 janv. /CNW Telbec/ - A la veille de la présentation du
discours du Trône et budget fédéral par le ministre des Finances, Jim
Flaherty, la CSN fait part de ses attentes. "Nous attendons une série de
mesures pour faire face à la crise économique, en sortir le plus rapidement
possible et consolider l'économie de demain", a indiqué la présidente de la
CSN, Claudette Carbonneau.
    La CSN attend des mesures vigoureuses pour aider les travailleuses et les
travailleurs qui ont perdu ou qui perdront leur emploi. Ainsi, la centrale
syndicale souhaite la bonification du programme d'assurance emploi de façon à
ce que davantage de chômeuses et de chômeurs se qualifient pour des périodes
plus longues, avec des prestations bonifiées et l'abolition du délai de
carence. "Seulement 43 % des chômeuses et des chômeurs ont droit à des
prestations. En 1989, ce pourcentage était de 83 %. Dans la foulée du jugement
de la Cour suprême, qui établit qu'Ottawa a perçu illégalement 53,4 milliards
de dollars de cotisations pour les années 2002, 2003 et 2005, le gouvernement
Harper devrait faire oeuvre de réparation en améliorant l'accessibilité au
régime en cette période de crise économique comme le préconise, d'ailleurs, le
gouvernement du Québec", de poursuivre Claudette Carbonneau.
    La CSN demande aussi l'accroissement du financement pour la formation de
la main-d'oeuvre et la mise en place d'un programme de soutien du revenu pour
les travailleurs âgés qui perdent leur emploi et qui sont particulièrement
vulnérables à l'approche de la retraite.
    "A l'heure de l'économie du savoir, nous devons profiter de cette crise
pour permettre le perfectionnement des compétences des travailleuses et des
travailleurs. Le gouvernement fédéral doit accroître les paiements de
transfert pour le financement du système d'éducation supérieure avec l'ajout
pour le Québec de 800 millions de dollars afin de retrouver le niveau de
financement de 1994-1995", d'ajouter la leader syndicale.
    La CSN estime que sans le maintien de la formule actuelle de péréquation,
le Québec se retrouvera dans une situation financière catastrophique. Le
gouvernement fédéral doit profiter de son discours du Trône pour donner des
assurances à l'effet qu'il ne modifiera pas cette formule, en pleine crise
économique, sans débat public, de façon unilatérale.
    La CSN exige, par ailleurs, que le gouvernement fédéral renonce à
consentir de nouvelles baisses d'impôts. Depuis trois ans, le gouvernement
s'est privé de revenus de près de 53 milliards de dollars. Pour 2009-2010, les
baisses d'impôts et de taxes déjà annoncées par le gouvernement conservateur
priveront l'Etat de 23,1 milliards de dollars additionnels.
    Pour la présidente de la CSN, l'économie de demain, c'est aussi une
économie plus respectueuse de l'environnement et des êtres humains. Ainsi, la
centrale syndicale estime qu'il faut investir massivement dans la construction
et la rénovation de logements sociaux ainsi que dans les programmes
d'infrastructure pour accélérer le développement des transports en commun, des
énergies propres et de l'innovation et la recherche. "Alors que le nouveau
président des Etats-Unis fera sa première visite officielle au Canada, le
gouvernement fédéral devrait lancer un signal clair selon lequel il est prêt à
suivre Barak Obama dans sa détermination à soutenir la protection de
l'environnement. Le Canada doit s'engager à respecter le protocole de Kyoto et
à participer activement à la négociation d'un accord pour l'après 2012."
    L'inaction du gouvernement fédéral dans les secteurs manufacturier et
forestier a conduit à la perte de nombreux emplois. "Alors que le secteur
automobile de l'Ontario reçoit une aide substantielle de près de trois
milliards de dollars, ces deux secteurs doivent recevoir une aide au moins
équivalente. Cela devrait également permettre de soutenir d'importants travaux
de sylviculture qui permettront de régénérer nos forêts pour les générations
futures." En matière de développement régional, le gouvernement fédéral
devrait également restaurer le financement des agences de développement
économique régional en faveur des organisations de développement à but non
lucratif.
    Les retraité-es ne doivent pas être les grands oubliés du prochain
budget. La CSN s'attend donc à des mesures visant à réduire l'impact de la
crise financière sur eux avec la diminution de 50 % du retrait minimum requis
des FERR pour 2008. Il s'agit d'un minimum compte tenu des pertes extrêmement
importantes que ces personnes ont subies.
    En matière de services de garde, le gouvernement doit respecter les
juridictions provinciales et offrir la possibilité de retrait avec pleine
compensation financière.
    Finalement, la CSN attend du gouvernement fédéral un engagement à
travailler avec la communauté internationale à l'élaboration d'une nouvelle
architecture financière mondiale.

    La CSN représente plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, et ce,
tant dans les secteurs privé que public.




Renseignements :

Renseignements: Michelle Filteau, directrice du Service des
communications de la CSN, cellulaire: (514) 894-1326


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.