Les appels à l'action du syndicat sont négligés, 500 personnes ont été mises à pied et la survie de la communauté est en péril



    MONCTON, N.-B., le 17 déc. /CNW Telbec/ - Le vice-président régional du
syndicat le plus grand du secteur forestier du Nouveau-Brunswick dit que les
gouvernements doivent cesser de tergiverser et agir sans tarder par suite de
l'annonce faite aujourd'hui par UPM Kymmene selon laquelle cette société
fermera en permanence son usine de Miramichi, mettant 500 personnes à pied.
    "Les gouvernements et les entreprises ont bien des comptes à rendre", dit
Ervan Cronk, vice-président, Atlantique du Syndicat des communications, de
l'énergie et du papier. "Nous leur demandons depuis des mois de tenir des
réunions avec nous au sujet de la crise de l'industrie forestière mais ils se
moquent de nos demandes et font leurs affaires derrière des portes closes."
    "Nos appels au contrôle des prix de l'énergie et à l'adoption de lois
pour protéger nos forêts de la Couronne sont tombés sur l'oreille d'un sourd",
dit-il. "J'ai tenu une réunion avec le premier ministre provincial la semaine
dernière. Il n'a fait qu'acquiescer et n'a pas donné suite à notre réunion."
    "UPM Kymmene devrait avoir très honte d'avoir abusé des ressources, tant
humaines que naturelles, de notre province", ajoute M. Cronk. Et le
gouvernement provincial a tout à fait trahi la confiance du public et
l'intérêt des travailleurs et travailleuses en permettant que cela se
produise."
    "Certains de ces travailleurs ont investi plus de 30 années dans cette
usine, et ils n'ont pas encore droit à une pension. Ils ont travaillé dur pour
rendre l'entreprise rentable et voilà comment on les récompense. La survie de
la communauté entière est menacée.
    M. Cronk dit qu'il n'était pas nécessaire que les choses se passent ainsi
et il incite le gouvernement à collaborer avec le syndicat afin de trouver un
acheteur pour l'usine et de maintenir des gens au travail ainsi que de
négocier des mesures de transition pour les personnes qui approchent de l'âge
de la retraite ou qui seront mises à pied.
    "Il faut que les grandes entreprises cessent de fermer des usines et de
refuser de les vendre à des acheteurs légitimes, et les gouvernements
devraient adopter des lois pour à ce qu'ils le cessent. Les gouvernements
devraient défendre l'intérêt de la population plutôt que les profits des
grandes entreprises.
    M. Cronk a lancé de nouveau l'appel du SCEP à la tenue par le
gouvernement fédéral d'un sommet national de l'industrie forestière devant
permettre aux intervenants de s'entendre sur des questions pressantes afin
d'aider l'industrie forestière canadienne.




Renseignements :

Renseignements: Ervan Cronk, (506) 857-8647, cellulaire: (506) 434-3488

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.