Les agents correctionnels fédéraux vont contester la constitutionnalité du projet de loi C-10 sur le budget fédéral



    MONTREAL, le 10 févr. /CNW Telbec/ - Le syndicat qui représente les
agentes et les agents correctionnels fédéraux entend contester la
constitutionnalité des dispositions de la loi mettant en oeuvre le budget
fédéral qui auront pour effet de modifier de façon unilatérale leur convention
collective actuelle avec le Conseil du Trésor du Canada.
    "Le gouvernement fédéral viole la règle fondamentale des relations de
travail selon laquelle on ne revient pas sur une entente conclue, a dit Pierre
Mallette, président national du Syndicat des agents correctionnels du Canada
(UCCO-SACC-CSN). Il attaque de front le droit de négociation collective qui
est garanti par la protection constitutionnelle de notre liberté
d'association."
    Le contrat de travail, signé par UCCO-SACC-CSN et le Conseil du Trésor en
juin 2006, s'étend sur la période 2002-2010. La Loi sur le contrôle des
dépenses
(<a href="http://www2.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?DocId=3656090&Language=e&Mode=1&File=458#143">http://www2.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?DocId=3656090&Langu</a>
<a href="http://www2.parl.gc.ca/HousePublications/Publication.aspx?DocId=3656090&Language=e&Mode=1&File=458#143">age=e&Mode=1&File=458#143</a>), qui fait partie du projet de loi omnibus C-10, ou
Loi d'exécution du budget de 2009, réduirait de façon unilatérale
l'augmentation de salaire négociée de 2 %, pour l'exercice financier
2009-2010, à 1,5 %.
    "Nous savons que la baisse de salaire réelle qui est proposée ici n'est
pas considérable, a observé M. Mallette, mais lorsque nous additionnons les
pertes de toute une carrière de travail, nous constatons que chaque agent
correctionnel va perdre des milliers de dollars."
    "Ce qui est plus important, c'est que le gouvernement fédéral aura
empoisonné l'atmosphère pour les prochaines négociations. Nous serons de
nouveau à la table de négociation l'année prochaine et nos membres, qui
travaillent aux premières lignes d'un système carcéral qui devient de plus en
plus violent, vont se demander si leur employeur respectera sa signature au
bas des conventions à venir."
    M. Mallette rappelle que de nombreux agents correctionnels ont fait des
sacrifices au cours des gels de salaires répétés qui ont été imposés par le
gouvernement fédéral au cours des années 1990. "Notre syndicat a passé
plusieurs années à rebâtir la confiance entre les membres et l'employeur. Avec
la nouvelle loi, cette confiance sera détruite", a-t-il prévenu.
    Le syndicat contestera la constitutionnalité du projet de loi C-10 et
demandera au tribunal de le déclarer nul en regard des agents correctionnels.
Le syndicat soutiendra que la loi viole le droit constitutionnel à la liberté
d'association, qui inclut le droit de négocier collectivement un contrat de
travail, liberté garantie à la fois par la Charte canadienne des droits et
libertés et par la Charte des droits et libertés de la personne du Québec.
    "Le fait que le gouvernement fédéral renie sa signature démontre qu'il
n'a pas négocié de bonne foi", a dit M. Mallette, en ajoutant qu'un précédent
juridique récent - dans la décision rendue en 2007 par la Cour suprême du
Canada dans la cause Health Services and Support - Facilities Subsector
Bargaining Assn. c. Colombie-Britannique - renforce la cause du syndicat.




Renseignements :

Renseignements: Lyle Stewart, Service des communications, CSN, (514)
796-2066


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.