L'effet variable du cannabis sur la régulation de l'humeur



    Le cannabis peut avoir un effet anti-dépresseur; toutefois, à forte dose,
    il aura l'effet contraire

    MONTREAL, le 24 oct. /CNW Telbec/ - A faible dose, le cannabis peut avoir
un effet anti-dépresseur car il augmente l'activité de la sérotonine qui est
un neurotransmetteur régulateur de l'humeur. Toutefois, à plus forte dose, le
cannabis aura l'effet contraire et suscitera un état dépressif profond chez
les individus qui consomment du cannabis.
    Voilà l'une des conclusions à laquelle sont arrivés les docteurs
Gabriella Gobbi et Noam Katz, du Centre de Recherche Fernand-Seguin de
l'Hôpital Louis-H. Lafontaine (affilié à l'Université de Montréal), ainsi que
Francis Bambico et le regretté Guy Debonnel, du Centre de recherche en
neurosciences de l'Université McGill. Ces chercheurs se sont penchés sur cette
question et un aperçu de leurs travaux paraît aujourd'hui dans le Journal of
Neuroscience sous le titre "Les cannabinoides produisent des effets de nature
antidépressive et activent les neurones sérotonergiques par le cortex
préfrontal médial" (Cannabinoids elicit antidepressant-like behaviour and
activate serotonergic neurons through the medial prefrontal cortex).
    Certaines observations cliniques ont déjà suggéré que le cannabis puisse
agir sur l'humeur, en plus de posséder des propriétés de nature antidépressive
par l'entremise du THC, qui est le principal agent actif du cannabis et qui
agit sur les récepteurs de cannabinoides dans le cerveau. Cependant peu
d'études ont abordé l'action des récepteurs de cannabinoides sur le système de
la sérotonine, qui est un neurone transmetteur responsable de la régulation de
l'humeur chez les humains.
    Rappelons que le milieu médical avait déjà sonné l'alarme, il y a
quelques années, sur l'influence que pouvait avoir la consommation de cannabis
sur l'apparition de premiers épisodes psychotiques chez les adolescents. En
effet, des études statistiques ont démontré la prévalence des maladies
psychotiques (notamment la schizophrénie) chez les consommateurs de cannabis.
    Des travaux réalisés par le même groupe de chercheurs ont également
permis de mettre en lumière l'influence du cannabis sur le développement du
cerveau chez les adolescents. En effet, les chercheurs ont noté que la
consommation de cannabis chez les adolescents pouvait susciter une plus grande
disposition aux états dépressifs, une fois que ces derniers auront atteint
l'âge adulte. Ces résultats commandent donc la plus grande prudence en ce qui
a trait à la consommation du cannabis.
    Le cannabis est la drogue illicite la plus utilisée au monde (OMS 2007).
Les effets de l'intoxication au cannabis comprennent une plus grande
sociabilité et une sensation de bonne humeur, de bien-être et d'euphorie.

    L'Hôpital Louis-H. Lafontaine offre des services spécialisés et
ultraspécialisés en santé mentale. Centre universitaire affilié à l'Université
de Montréal, il développe des savoirs par la recherche, l'enseignement et
l'évaluation. A la fine pointe des connaissances, le Centre de recherche
Fernand-Seguin de l'Hôpital Louis-H. Lafontaine est l'un des plus importants
lieux de recherche en santé mentale dans le milieu francophone canadien.




Renseignements :

Renseignements: Jean Lepage, Conseiller aux communications et aux
relations avec la communauté, Hôpital Louis-H. Lafontaine, (514) 251-4000,
poste 3188

Profil de l'entreprise

Institut universitaire en santé mentale de Montréal

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.