L'économie canadienne touchée par les effets du ralentissement de l'économie américaine, selon les Services économiques RBC



    Les prix élevés des exportations continuent de contrebalancer cette
    faiblesse

    TORONTO, le 3 juill. /CNW/ - L'affaiblissement de l'économie américaine a
contribué à la baisse imprévue de la croissance de l'économie canadienne au
premier trimestre de 2008. Par conséquent, on prévoit un ralentissement à
1,4 % de la croissance économique à l'échelle canadienne en 2008, selon le
dernier rapport d'Etudes économiques RBC. Le taux de croissance de l'économie
canadienne devrait toutefois grimper à 2,5 % en 2009.
    "Nous prévoyons que l'économie canadienne continuera de subir les
contrecoups du fléchissement de la demande en provenance des Etats-Unis. Cette
année, toutefois, la demande au Canada fera plus que contrebalancer ce
fléchissement, a déclaré Craig Wright, premier vice-président et économiste en
chef, RBC. Cette contraction surprise de l'économie devrait être de courte
durée car les perspectives de croissance pour le reste de l'année sont
positives. En effet, les pressions financières sur le marché vont commencer à
s'atténuer, l'économie américaine connaîtra un regain grâce à la distribution
de chèques de remises d'impôt, et les produits de base se maintiendront à des
prix records."
    Au Canada, les termes de l'échange, qui poursuivent leur ascension,
portés par la hausse des prix à l'exportation, stimuleront la croissance
économique. La demande pour les produits de base demeure très vive,
particulièrement dans les marchés émergents comme la Chine. Depuis cinq ans,
le revenu intérieur brut du Canada a crû plus rapidement, soit de 1,2 point en
moyenne, que son produit intérieur brut, ce qui a été très bénéfique pour les
recettes des administrations publiques, les bénéfices des entreprises et le
marché de l'emploi.
    L'inflation est devenue la principale préoccupation des banques
centrales, compte tenu des prix élevés des produits de base, surtout le
pétrole. Par conséquent, on s'inquiète de plus en plus de la montée des
attentes inflationnistes. Toutefois, le rythme lent de la croissance et
l'amélioration marquée par les marchés de l'emploi devraient suffire à
contrebalancer ces pressions.
    Selon le rapport de RBC, le taux d'inflation de référence au Canada
devrait se situer à un niveau plus élevé cette année, tout en restant sous la
cible de 2 % de la Banque du Canada. Les facteurs transitoires qui l'ont fait
baisser, notamment l'appréciation du dollar canadien en 2007 et les rabais que
les entreprises canadiennes ont dû consentir dans leur lutte pour les parts de
marché, commenceront à ne plus produire leurs effets pendant le reste de 2008.
D'ici 2009, selon RBC, le taux d'inflation devrait se maintenir à environ 2 %,
sur une base moyenne annuelle.
    Le marché de l'habitation au Canada devrait également connaître un
ralentissement en raison d'une détérioration de l'accessibilité à la
propriété. Dans la majorité des grands marchés canadiens, l'accessibilité à la
propriété est tombée à son plus bas niveau depuis presque vingt ans.
Cependant, tout affaiblissement que l'on pourrait observer sera beaucoup moins
prononcé que ce l'on enregistre actuellement aux Etats-Unis, car le marché
canadien n'a pas connu les nombreux excès qui ont malmené le marché américain.
    Les Services économiques RBC prévoient une croissance économique modeste
de 1,5 % aux Etats-Unis cette année. Toutefois, les perspectives se situent
plutôt à la baisse, car des conditions plus défavorables que prévues
pourraient découler des prix de l'énergie encore élevés, du resserrement des
conditions de crédit et de la faiblesse du marché de l'emploi. La croissance,
aux Etats-Unis, devrait atteindre 2,0 % en 2009. Ces perspectives de
croissance modeste contribueront à contrôler les pressions inflationnistes
pendant la durée de ces prévisions.
    "Nous croyons que l'économie américaine évitera un repli cette année et
qu'elle devrait commencer à enregistrer une croissance soutenue en 2009", a
ajouté M. Wright.
    Un autre rapport également publié aujourd'hui, les Perspectives
provinciales, note surtout l'importante divergence entre les conjonctures de
l'Est et de l'Ouest du pays. Les prix records des produits de base et la forte
demande mondiale de ressources naturelles soutiennent une prospérité sans
précédent dans l'Ouest du pays alors que la vigueur du dollar canadien, le
ralentissement de l'économie américaine, la flambée des prix de l'énergie et
les retards ou l'arrêt de grands projets d'investissement handicapent des
secteurs clés des provinces à l'est du Manitoba. La Saskatchewan devrait
rester en tête de toutes les provinces en 2008 et en 2009, suivie de
l'Alberta. Terre-Neuve-et-Labrador et l'Ontario occupent le bas du palmarès
cette année, mais devraient connaître une reprise l'an prochain.

    Les Perspectives provinciales des Services économiques RBC évaluent les
provinces en fonction de la croissance économique, de la croissance de
l'emploi, du taux de chômage, de la croissance des revenus personnels, du
commerce de détail, des mises en chantier résidentielles et de l'indice des
prix à la consommation.
    Le rapport complet des prévisions sera disponible en ligne à compter de
8 h, HAE, à l'adresse suivante : www.rbc.com/economie/marche/pdf/fcst.pdf.





Renseignements :

Renseignements: Craig Wright, Services économiques RBC, (416) 974-7457;
Jackie Braden, Relations avec les médias, RBC, (416) 974-2124


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.