Le Syndicat des Métallos approuve la prise de position ferme de M. Layton concernant l'entente Harper-Bush sur le bois d'oeuvre



    BURNABY, C.-B., le 25 sept. /CNW/ - Le Syndicat des Métallos se réjouit
de la position courageuse que Jack Layton, chef du parti fédéral, le Nouveau
parti démocratique (NPD), a prise à l'égard de l'entente sur le bois d'oeuvre
de résineux entre le Canada et les Etats-Unis.
    Lors d'une intervention publique, M. Layton a déclaré que le NPD
annulerait l'entente sur le bois d'oeuvre résineux signée en 2006 avec les
Etats-Unis et élaborerait un nouveau projet d'investissement pour l'industrie
forestière du Canada.
    "Nous sommes d'accord avec M. Layton et nous sommes ravis que quelqu'un
prenne position pour les travailleurs du secteur forestier, leur famille et
leurs collectivités", a déclaré Bob Matters, président du Conseil du bois pour
les Métallos. "Depuis l'annonce d'une entente en avril 2006 qui a été signée
en octobre de la même année, les travailleurs du secteur forestier ont été
sanctionnés par un accord conçu pour aider, à leurs dépens, les producteurs de
bois d'oeuvre des Etats-Unis."
    M. Matters a affirmé que les conservateurs de Stephen Harper ont négocié
et soutenu l'accord malgré les mises en garde des défenseurs de l'industrie,
des syndicats et des dirigeants communautaires. Entre-temps, certains libéraux
ont donné leur appui à cet accord à la Chambre des communes. Certains
sénateurs libéraux auraient pu annuler l'entente, mais ils ont choisi de voter
contre cette annulation.
    "Jack Layton est le seul chef d'un parti fédéral qui s'est opposé de
façon constante à cette entente", a indiqué M. Matters. "Les conservateurs ont
soutenu cet accord en dépit des répercussions évidentes pour le Canada et les
travailleurs canadiens; les libéraux ne sachant pas sur quel pied danser."
    M. Matters a déclaré que, depuis le début, cet accord, visant les
secteurs de la fabrication de produits du bois et les collectivités qui
dépendent des ressources forestières, constituait une injustice évidente. En
le signant, le Canada a annulé une série d'ententes bénéfiques conclues au
sein des tribunaux de l'Organisation mondiale du commerce et de l'Accord de
libre-échange nord-américain. L'entente concède également une victoire claire
au tribunal du commerce international des Etats-Unis (US Court of
International Trade), qui règlemente en fait les droits et les tarifs
douaniers pour le bois d'oeuvre illégal des Etats-Unis. Le tribunal a ordonné
au gouvernement des Etats-Unis de rembourser 5 milliards de dollars de droits
perçus illégalement.
    Au lieu de cela, l'entente Harper-Bush a permis d'échanger un taux de
droit de douane américain de 10,8 % contre une taxe-frontière de 15 %. Cette
taxe a augmenté lorsque le prix du bois d'oeuvre a chuté. L'entente a mis en
oeuvre ce qu'on appelle le "mécanisme en cas de déclenchement" qui décourage
l'investissement dans les scieries canadiennes et encourage l'exportation des
billes non traitées du Canada vers les scieries des Etats-Unis. Cette
exportation s'effectue sans l'acquittement des droits de douane, mais le bois
d'oeuvre est soumis à une taxe. Les entreprises ont donc utilisé le paiement
comptant reçu du gouvernement des Etats-Unis pour investir massivement dans
les scieries américaines plutôt que de valoriser les activités canadiennes.
    M. Matters a déclaré que le gouvernement canadien a donné à la US
Coalition for Fair Lumber Exports, coalition très protectionniste et puissant
groupe de pression qui a déclenché le conflit sur le bois d'oeuvre, un
demi-milliard de dollars, une somme que la coalition a utilisée pour
poursuivre davantage le harcèlement commercial. George Bush a pu profiter
d'une somme équivalente qui s'est retrouvée, selon un avocat spécialisé en
commerce, dans une "caisse noire politique" avant les élections américaines de
cette année.
    Par conséquent, du fait d'une baisse importante de la demande en bois
d'oeuvre et du fort ralentissement des activités de la construction
domiciliaire, les scieries du Canada ont été beaucoup plus ébranlées que
celles des Etats-Unis. De janvier à mai de cette année, tandis que la
production de bois d'oeuvre des Etats-Unis diminuait de 15,8 % par rapport à
2007, la production canadienne baissait de 23 %; la production dans les
régions de la côte ouest des Etats-Unis diminuait de 20,5 % alors qu'en
Colombie-Britannique, elle enregistrait une baisse de 24 %.
    "Il était temps qu'une personnalité politique dise ce que les Canadiens
pensent", a déclaré M. Matters. "Cet accord est néfaste pour le Canada et il
est temps de l'annuler. Et il est encore temps que les travailleurs, leur
famille ainsi que leurs collectivités remercient ces politiciens qui les ont
appuyés et pénalisent les autres en les envoyant au "banc des punitions"
durant les quatre prochaines années pour qu'ils réfléchissent à la situation",
a-t-il ajouté.




Renseignements :

Renseignements: BOB MATTERS, (604) 683-1117


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.