Le Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska conteste et dénonce une mesure disciplinaire - Un enseignant suspendu pour un geste de solidarité envers une élève intimidée

GRANBY, QC, le 15 sept. 2011 /CNW Telbec/ - Un enseignant de Granby ayant soutenu une de ses élèves harcelée a posé un geste d'éclat en mars dernier qui lui a valu, de la part de son employeur, une suspension de deux jours sans traitement. L'enseignant du primaire livrera son témoignage aujourd'hui devant un arbitre du travail à la suite du dépôt d'un grief par le Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska (SEHY).

Par solidarité avec une de ses élèves qui avait été victime d'intimidation à répétition, l'enseignant a décidé qu'il n'enseignerait pas ce jour-là et a quitté son travail pour dénoncer les décisions de son employeur, la Commission scolaire du Val-des-Cerfs, qui rendaient son élève doublement victime sans pour autant sévir à la hauteur de leur mérite contre les élèves fautifs.

Lorsqu'il a appris, en présence des élèves, que les intimidateurs étaient toujours à l'école et qu'ils ne subiraient aucune conséquence grave pour leurs gestes alors que l'élève intimidée était confinée à la maison et qu'elle devrait peut-être même changer d'école, l'enseignant a indiqué à son supérieur immédiat que, pour la première fois de sa carrière, par solidarité avec l'élève intimidée et sa mère, il n'enseignerait pas ce jour-là, quittant les lieux de son travail sans autre formalité pour retourner chez lui. À la suite de son geste d'appui à l'élève, l'enseignant a été suspendu deux jours sans salaire par la Commission scolaire du Val-des-Cerfs qui a invoqué différentes raisons pour justifier cette mesure disciplinaire sans pour autant expliquer pourquoi les élèves fautifs n'étaient pas sévèrement sanctionnés.

Soucieux d'assurer à ses membres un milieu de travail sécuritaire, exempt de violences et, par le fait même, un environnement propice aux apprentissages des élèves, le Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska a décidé de prendre la défense de cet enseignant et de contester cette mesure disciplinaire. Le président du syndicat déplore que « les enseignantes et enseignants du Québec doivent en venir à poser de tels gestes pour que les commissions scolaires prennent les moyens afin que les écoles adoptent et appliquent des règles de tolérance ZÉRO face à la violence et à l'intimidation. Les élèves comme les profs ont droit à une école paisible et pacifique, des éléments facilitant autant les conditions d'apprentissage que d'enseignement. Les commissions scolaires doivent appuyer les élèves victimes d'acte de violence et le personnel scolaire qui défend les élèves agressés et non pas les punir », de commenter M. Éric Bédard, président du SEHY.

Cette première journée d'audience devant un arbitre du travail aura lieu à l'Hôtel Castel, situé au 901, rue Principale à Granby, en la salle Forteresse à compter de 9 h 30.

SOURCE Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska

Renseignements :

Source : Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska
Renseignements : Éric Bédard (450) 375-3521

Profil de l'entreprise

Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.