Le sondage de TD Waterhouse réalisé en 2008 auprès des investisseurs canadiens indique que la plupart d'entre eux s'en remettent au hasard en matière de planification de la retraite



    
    -   Peu d'investisseurs possèdent un plan de retraite structuré ou savent
        quels seront leurs besoins financiers à la retraite.
    -   Les Canadiens croient de moins en moins qu'ils pourront avoir une
        retraite aisée.
    -   La somme dont les hommes pensent avoir besoin à la retraite est de
        59 % plus élevée que celle qu'indiquent les femmes.
    -   La somme dont les résidents de la Colombie-Britannique disent avoir
        besoin pour prendre leur retraite est de 90 % plus élevée que celle
        qu'indiquent les Québécois.
    

    TORONTO, le 12 fév. /CNW/ - Bien que la grande majorité (87 %) des
adultes canadiens détiennent des RER, peu d'entre eux (14 %) possèdent un plan
de retraite décrivant leurs objectifs financiers et les moyens qu'ils
prendront pour les atteindre. Moins du tiers (31 %) ont déjà essayé de
calculer la somme dont ils auront besoin pour avoir une retraite aisée. Voici
quelques-uns des résultats du sondage de TD Waterhouse réalisé en 2008 auprès
des investisseurs.
    Ce manque de planification des Canadiens entraîne évidemment une baisse
importante de la confiance avec laquelle ils envisagent une retraite aisée. En
effet, 73 % des répondants affirment qu'ils sont "un peu confiants", alors que
ce pourcentage était de 84 % l'an dernier.
    "Un RER constitue la pierre angulaire de l'épargne-retraite, mais il ne
doit pas être confondu avec un plan de retraite, souligne Patricia
Lovett-Reid, première vice-présidente, TD Waterhouse. On parle de plus en plus
du "nouveau visage de la retraite". Les gens vivent plus longtemps, sont plus
actifs et ont de plus grandes attentes face à cette période de leur vie.
Pourtant, un nombre insuffisant d'entre eux se fixent sérieusement des
objectifs ou réfléchissent à la façon dont se déroulera leur retraite."
    "Un plan de retraite aide les gens à déterminer s'ils veulent ou non
continuer à travailler, où ils vivront, quelles seront leurs obligations
familiales courantes et quelles activités ils pratiqueront pendant leur temps
libre, poursuit Mme Lovett-Reid. Lorsqu'ils connaissent bien ces facteurs
clés, ils peuvent mieux prévoir leurs revenus et leurs dépenses, et établir un
plan de revenu de retraite personnel."
    Bien que les personnes qui sont plus près de la retraite (celles âgées de
50 à 69 ans) soient plus susceptibles d'avoir un plan de retraite écrit que
celles qui sont plus jeunes, elles sont tout de même peu nombreuses à posséder
un tel plan (18 %).
    L'importance d'un plan de retraite est mise en évidence par les résultats
du sondage et les changements démographiques en cours au Canada. Plus de la
moitié (55 %) des investisseurs non retraités considèrent qu'ils auront
probablement besoin des conseils d'un expert à un moment ou l'autre de leur
retraite, bien que la moitié des personnes appartenant à ce groupe ne soient
pas certaines d'en avoir les moyens.
    Selon les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), 6,7 millions
de Canadiens auront plus de 65 ans d'ici 2021. Cette tranche d'âge
représentera le quart de la population d'ici 2031. En outre, l'espérance de
vie des Canadiens compte parmi les plus élevées au monde. Une Canadienne âgée
de 65 ans peut s'attendre à vivre en moyenne encore 20,8 ans. Ce chiffre est
de 17,4 ans dans le cas d'un homme. La plupart des Canadiens jouiront encore
d'une bonne santé pendant environ 13 ans après avoir eu 65 ans.
    Le portrait dressé par les résultats du sondage de TD Waterhouse auprès
des investisseurs correspond à celui d'un retraité actif. Ces résultats
indiquent que 85 % des personnes interrogées ont l'intention de voyager et que
le même pourcentage de répondants prévoient s'adonner à un nouveau
passe-temps. Près des deux tiers des répondants (63 %) songent à se consacrer
en partie à leurs petits-enfants et 44 % pensent qu'ils s'occuperont de leurs
parents âgés.
    "Ces chiffres nous montrent que les revenus requis à la retraite
varieront, affirme Mme Lovett-Reid. Les futurs retraités dépenseront
probablement davantage au cours des premières années de leur retraite,
puisqu'ils voyageront, auront de nouveaux passe-temps et veilleront au
bien-être de leurs petits-enfants ou de leurs parents âgés. Ces dépenses iront
peut-être en diminuant à mesure qu'ils deviendront moins actifs. En revanche,
comme un nombre croissant de Canadiens vivront jusqu'à 80 ans et plus, leurs
besoins financiers augmenteront considérablement au cours des dernières années
de leur vie, lorsqu'ils devront vivre dans un logement avec assistance et
auront recours à d'autres services aux aînés."
    "Le plan de retraite doit donc être suffisamment précis pour tenir compte
de ces divers besoins financiers. C'est pourquoi il est si important de
consulter un expert financier qui veillera à ce qu'il offre toute la souplesse
requise."
    Cinquante-sept pour cent des répondants étaient en mesure d'évaluer
correctement la somme dont ils auront besoin pour bien vivre à leur retraite.
Parmi les membres de ce groupe, la somme moyenne requise était de 727 000 $.
Il existe cependant un écart énorme entre les réponses des femmes et celles
des hommes, la somme moyenne indiquée par ces derniers s'élevant à 848 000 $,
soit 59 % de plus que celle des femmes, qui était de 532 000 $.
    Cet écart est également important d'une région et d'un groupe d'âge à
l'autre. Les résidents de la Colombie-Britannique pensent qu'ils auront besoin
d'un montant de 923 000 $, soit 90 % de plus que celle qui est mentionnée par
les Québécois (486 000 $). Les Canadiens de moins de 34 ans croient, pour leur
part, qu'ils auront besoin de 933 000 $; la somme indiquée par ceux de 50 à 69
ans est d'environ la moitié (477 000 $).

    
    Autres résultats du sondage :

    -   Presque deux répondants sur trois (64 %) prévoient prendre leur
        retraite à l'âge de 65 ans ou avant.

    -   Parmi les investisseurs les moins sûrs de réussir à économiser
        suffisamment d'argent pour bien vivre à la retraite, les deux tiers
        (66 %) mentionnent que leur incapacité à épargner constitue leur
        principal obstacle. Ces résultats proviennent d'investisseurs
        indiquant que leurs dettes sont trop élevées pour leur permettre
        d'avoir des économies, un groupe qui a beaucoup augmenté depuis 2006.

    -   L'épargne personnelle et les RER sont cités par la majorité (plus de
        80 %) des investisseurs canadiens non retraités comme les principales
        sources de revenus qui serviront à financer leur retraite. Un peu
        plus de la moitié de ces investisseurs indiquent des sources de
        revenus gouvernementales, telles que le RPC ou le Programme de la
        sécurité de la vieillesse.

    -   Toutefois, les jeunes investisseurs (ceux de moins de 50 ans) se
        fient beaucoup moins aux régimes de pension gouvernementaux, tels que
        le RPC, et tendent beaucoup plus que les investisseurs âgés à ne
        compter que sur leurs propres économies et leurs RER.

    -   Les femmes se préoccupent davantage de leur retraite que les hommes :
        -  69 % d'entre elles sont soucieuses de demeurer actives et en
           santé, ce qui est le cas de 60 % des hommes;
        -  51 % des femmes redoutent de ne pas pouvoir garder le même niveau
           de vie à la retraite, alors que 9 % des hommes partagent cette
           crainte;
        -  49 % des femmes ont peur d'épuiser leur épargne-retraite avant
           leur décès, une inquiétude présente chez 35 % des hommes;
        -  40 % des femmes craignent de devenir un fardeau pour leur famille,
           ce qui est le cas de 27 % des hommes.

    -   Plus de la moitié (55 %) des investisseurs de moins de 35 ans ont
        peur d'épuiser leurs économies avant leur décès, alors que seulement
        29 % des investisseurs de plus de 50 ans partagent cette inquiétude.
    

    "Les profonds changements démographiques en cours au Canada obligent
beaucoup d'entre nous à reconsidérer notre façon de planifier et de préparer
notre retraite, conclut Mme Lovett-Reid. L'écart entre les aspirations et la
préparation des futurs retraités demeure tout de même considérable. La plupart
des gens veulent prendre une retraite complète à l'âge de 65 ans ou avant.
Toutefois, les résultats du sondage de cette année indiquent que les Canadiens
sont moins sûrs de pouvoir s'offrir une retraite aisée et que très peu d'entre
eux ont pris les mesures nécessaires pour avoir un plan structuré. Il est
difficile de prévoir l'avenir. C'est pourquoi il est important de rencontrer
un expert qui posera les bonnes questions et vous aidera à élaborer un plan."
    Le sondage en ligne a été effectué par TNS Canadian Facts, du 14 au 27
décembre 2007, auprès de 1 077 investisseurs âgés de 18 à 69 ans et vivant
dans diverses régions du Canada. Les résultats sont exacts dans une proportion
de plus ou moins 3,1 %, 19 fois sur 20.

    Au sujet de TNS
    TNS est l'un des principaux groupes d'informations de marché au monde,
offrant des évaluations de marché, des analyses et une compréhension des
marchés, grâce à ses sociétés exerçant leurs activités dans 70 pays.
Travaillant avec des organisations nationales et internationales, TNS aide ses
clients à élaborer des stratégies d'affaires efficaces et à améliorer leurs
relations d'affaires avec leur clientèle. Au Canada, TNS Canadian Facts offre
des études de marché primaire complètes. Sa mission est de devenir le sixième
sens des affaires(MC) en permettant à ses clients de mieux comprendre le
comportement de leur clientèle, de mieux prévoir ses actions et de mieux
saisir ce qu'elle recherche vraiment.

    Au sujet du Groupe Financier Banque TD
    La Banque Toronto-Dominion et ses filiales sont désignées collectivement
par l'appellation "Groupe Financier Banque TD". Le Groupe Financier Banque TD
offre ses services à plus de 14 millions de clients regroupés dans quatre
secteurs fondamentaux exerçant leurs activités dans plusieurs centres
financiers clés partout dans le monde : les services bancaires personnels et
commerciaux au Canada, offerts notamment par TD Canada Trust; la gestion de
patrimoine, incluant les activités de TD Waterhouse et un investissement dans
TD Ameritrade; les services bancaires personnels et commerciaux offerts aux
Etats-Unis par TD Banknorth, ainsi que les services bancaires de gros, fournis
entre autres par Valeurs Mobilières TD. Le Groupe Financier Banque TD se
classe aussi parmi les plus grands prestataires de services financiers en
ligne du monde, puisqu'il compte plus de 4,5 millions de clients qui font des
affaires par voie électronique. Au 31 octobre 2007, le Groupe Financier Banque
TD possédait des actifs de 422 milliards de dollars canadiens. La Banque
Toronto-Dominion est inscrite aux Bourses de Toronto et de New York sous le
symbole "TD", ainsi qu'à la Bourse de Tokyo.





Renseignements :

Renseignements: Marie-Claude Leroux, marieclaude@morinrp.com, T (514)
289-8688


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.