Le SFPQ dénonce le manque de parole du MTQ et du Conseil du trésor



    Les ouvriers du ministère des Transports interpellent le premier ministre

    QUEBEC, le 11 juin /CNW Telbec/ - Quelque 200 ouvriers du ministère des
Transports ont manifesté ce midi devant les bureaux de Transport Québec sur le
Boulevard Pierre-Bertrand. Ils en ont gros sur le coeur contre les promesses
des porte-parole de l'employeur qui ont fait miroiter à maintes reprises des
promesses de respect de l'entente numéro 14. Les dirigeants du SFPQ ont donc
décidé de démontrer leur colère et de tenir une marche funèbre afin de mettre
en cercueil la parole du haut fonctionnaire responsable de ce dossier et
d'exiger une intervention du premier ministre lui-même, afin de regagner la
confiance envers ce gouvernement.
    La présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau a donc décidé d'offrir
une dernière chance au gouvernement libéral de respecter sa parole. Madame
Martineau vient d'adresser une lettre au premier ministre Jean Charest lui
demandant d'intervenir personnellement dans le dossier.
    La présidente générale a rappelé au premier ministre les interventions
posées par les syndiqués lors de la campagne électorale, en particulier au
local du candidat libéral de Vanier et à la suite desquelles, Madame Martineau
avait personnellement reçu l'appel d'un responsable du Conseil du trésor.
"Nous avions alors convenu d'un commun accord de cesser nos actions de
mobilisation en échange de son engagement à régulariser les 200 postes de
l'unité ouvrier au plus tard à la mi-janvier. Une première promesse non tenue
puisqu'à l'heure actuelle, rien n'est réglé" indique la présidente générale du
SFPQ.
    A la fin mars, le comité paritaire formé avec l'employeur s'était à
nouveau réuni. Or, les représentants du SFPQ ont constaté que la partie
patronale avait ajouté des conditions à l'application de la lettre d'entente
nonobstant les discussions qui avaient eu lieu en novembre 2008. "En aucun
temps, nous n'avions discuté de l'ajout de ces conditions. Nous considérons
qu'il y a une mauvaise volonté de la part de la partie patronale négociante",
indique Lucie Martineau.
    Le 13 mai dernier, lors d'une conférence de presse à Havre-St-Pierre, le
premier ministre a été informé par le trésorier du SFPQ, Denis Turcotte, de
l'insatisfaction des membres envers les promesses non tenues. Rappelons que
lors de la dernière négociation du secteur public, le gouvernement s'était
engagé à conclure un accord avec le Syndicat de la fonction publique du Québec
(SFPQ) afin de mettre de l'avant des solutions qui permettraient de réaliser,
en régie interne, des travaux actuellement confiés à des sous-traitants. La
dégradation des infrastructures routières est une conséquence directe, selon
le SFPQ, de la négligence du Ministère à réaliser l'entretien responsable de
ses routes, viaducs et ponts par ses employés qui sont de moins en moins
nombreux.
    Devant cette situation, le SFPQ réclame une intervention du premier
ministre, lui-même, afin de regagner la confiance envers ce gouvernement. "Il
est plus que temps de passer de la parole aux actes", conclut madame
Martineau.




Renseignements :

Renseignements: Eric Lévesque, Responsable des relations avec les
médias, (418) 623-2424, poste 338, Cell.: (418) 564-4150


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.