Le secteur automobile continue d'orienter ses activités vers les marchés émergents, selon Etudes économiques Scotia



    TORONTO, le 27 mars /CNW/ - Cette année, davantage de signes démontreront
que le secteur automobile centre de plus en plus ses activités sur les marchés
émergents, au détriment des marchés arrivés à maturité de l'Amérique du Nord
et de l'Europe occidentale, selon le dernier rapport sur le secteur mondial de
l'automobile publié par Etudes économiques Scotia.
    "Il est généralement admis que les marchés émergents sont essentiels au
maintien de la croissance du secteur automobile", a indiqué Carlos Gomes,
économiste principal à la Banque Scotia et spécialiste du secteur automobile.
"Toutefois, il est moins connu que la capacité d'assemblage de véhicules
combinée du Brésil, de la Russie, de l'Inde et de la Chine passera à
20 millions d'unités cette année, ce qui est supérieur à la capacité
d'assemblage actuelle de l'Amérique du Nord, qui est de 17,4 millions
d'unités."
    La capacité d'assemblage de l'Amérique du Nord a atteint un sommet en
2002, soit 19,6 millions d'unités, et a diminué de près de deux millions
d'unités au cours des cinq dernières années, et ce, malgré l'ouverture de
nouvelles usines et l'expansion soutenue des usines actuelles des
constructeurs japonais, coréens et européens. Cette baisse est attribuable à
la fermeture d'usines des grands constructeurs nord-américains.
    En revanche, la capacité d'assemblage dans les pays émergents a progressé
de 15 % par année au cours des cinq dernières années; les constructeurs
d'automobiles, y compris les grands constructeurs nord-américains, ont ouvert
de nouvelles usines dans des marchés qui offrent un potentiel de croissance
accru et une structure de coûts plus faible. De fait, au cours des cinq
dernières années, près de 90 % de la capacité supplémentaire a été créée à
l'extérieur des marchés arrivés à maturité de l'Amérique du Nord, du Japon et
de l'Europe occidentale.
    "Selon nos estimations, la capacité d'assemblage de véhicules dans les
pays émergents totalisera maintenant plus de 30 millions d'unités, soit
quelque 36 % de la capacité d'assemblage totale à l'échelle mondiale et plus
du double de la capacité installée au Canada et aux Etats-Unis", a déclaré
M. Gomes. "La hausse de la production de véhicules dans les pays émergents est
particulièrement inquiétante pour le secteur canadien des pièces automobiles,
car celui-ci demeure presque exclusivement centré sur les marchés canadiens et
américains. En effet, plus de 95 % des pièces automobiles provenant du Canada
sont destinées à ces deux marchés, mais la part qu'occupent ces marchés dans
le secteur mondial de l'automobile ne cesse de diminuer."

    La Chine enregistre la croissance la plus forte de la capacité
    d'assemblage

    La Chine continuera de se tailler la part du lion des nouveaux
investissements mondiaux du secteur automobile, puisque près de 20 % de la
hausse de la capacité d'assemblage mondiale aura lieu dans ce pays au cours
des cinq prochaines années. Cependant, l'Inde et la Russie verront également
toutes deux leur part des investissements augmenter; la capacité d'assemblage
dans chacun de ces pays devrait grimper de près de 70 % dans les cinq
prochaines années. Le Mexique et le Brésil connaissent également une hausse
importante des nouveaux investissements.
    Alors que la production de véhicules a atteint un sommet au Canada et aux
Etats-Unis en 1999, le Mexique a pu maintenir une croissance de production
importante et ininterrompue pendant presque dix ans. La capacité d'assemblage
de véhicules au Mexique a augmenté, s'établissant à 2,1 millions d'unités l'an
dernier, en hausse par rapport aux 1,5 million d'unités en 1999, et elle
devrait atteindre plus de 2,5 millions d'unités au début de la prochaine
décennie - ce pays pourrait donc dépasser le Canada, qui occupe depuis
longtemps le deuxième rang de la production de véhicules en Amérique du Nord.
Au Canada, 2,58 millions de véhicules ont été assemblés en 2007, soit une
baisse par rapport au sommet de 3,1 millions enregistré en 1999.

    Tableau optimiste pour les achats de véhicules à l'échelle mondiale

    Les achats de véhicules à l'échelle mondiale continuent de grimper vers
des sommets records, la vigueur des marchés émergents ayant plus que compensé
la faiblesse des ventes aux Etats-Unis. Les ventes de véhicules à l'échelle
mondiale ont progressé de 3 % d'une année sur l'autre en février, ayant été
dominées par des hausses spectaculaires de plus de 30 % au Brésil et de 20 %
en Chine. Dans ces deux pays, plus de 1,2 million de voitures ont été vendues
au cours des premiers mois de 2008, nombre qui avoisine 60 % des volumes des
ventes aux Etats-Unis, le plus important marché automobile.
    Les achats demeurent exceptionnels également au Canada : ils ont affiché
une hausse de 15 % d'une année sur l'autre, établissant un record pour le mois
de février. Nous estimons que ce tableau favorable se traduit par des ventes
annualisées de 1,82 million d'unités, ce qui équivaut au record historique
établi en décembre 2002. Cette performance remarquable découle de mesures
incitatives plus attrayantes ainsi que de la baisse du prix des véhicules
neufs par les constructeurs d'automobiles en réaction à la vigueur du dollar
canadien.
    Par contre, les achats de véhicules aux Etats-Unis ont décliné de plus de
10 % d'une année sur l'autre en février, chutant à un taux annuel plus faible
que prévu, de l'ordre de 15,4 millions d'unités. Il s'agit d'une baisse par
rapport aux 16,1 millions d'unités qui ont trouvé preneur dans tout l'exercice
2007. Les camions légers ont été les principaux véhicules touchés par cette
baisse, les consommateurs continuant de réduire leurs achats de biens durables
par suite de la chute du prix des maisons, du ralentissement de la croissance
de l'emploi et du prix élevé de l'essence.
    "Face à la chute des ventes aux Etats-Unis, les constructeurs
d'automobiles ont revu à la baisse leurs plans de production du deuxième
trimestre pour le Canada et les Etats-Unis, ceux-ci atteignant maintenant un
volume annualisé de 12,7 millions d'unités. Il s'agit de l'un des taux les
plus bas depuis le ralentissement économique du début des années 1990", a
souligné M. Gomes. "Ces compressions accentueront la pression exercée sur le
rythme de l'activité économique, laquelle accuse une perte de vitesse
considérable. Cette réalité est particulièrement observable aux Etats-Unis où
le taux d'emploi a diminué pendant deux mois consécutifs, ce qui n'était pas
arrivé depuis 2003."

    Etudes économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondie
des facteurs qui façonnent les perspectives du Canada et de l'économie
mondiale, notamment l'évolution macroéconomique, les tendances des marchés de
change et des capitaux, le rendement des produits de base et de l'industrie
ainsi que les enjeux relatifs aux politiques monétaires, fiscales et
gouvernementales.





Renseignements :

Renseignements: Carlos Gomes, Etudes économiques Scotia, (416) 866-4735,
carlos_gomes@scotiacapital.com; Paula Cufre, relations publiques, Banque
Scotia, (416) 933-1093, paula_cufre@scotiacapital.com

Profil de l'entreprise

Banque Scotia - Rapports économiques

Renseignements sur cet organisme

Banque Scotia

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.