Le SCFP réclame la tenue d'Etats généraux sur l'avenir des universités québécoises



    TROIS-RIVIERES, QC, le 26 mai /CNW Telbec/ - La directrice adjointe de la
division québécoise du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ) a
plaidé aujourd'hui en faveur de la tenue d'Etats généraux sur l'avenir des
universités québécoises. Au terme d'un colloque de deux jours tenu à
Trois-Rivières, Danielle Lamy estime que le gouvernement doit rapidement
convoquer de tels Etats pour analyser les difficultés actuelles de nos
universités et faire le point sur leur avenir.
    Danielle Lamy considère qu'il "faut établir clairement le véritable
portrait de la situation financière des universités" et "que des Etats
généraux sur l'université pourraient établir un véritable pacte social de
l'enseignement universitaire."
    La course aux clientèles (entendre les étudiants), le développement
anarchique des pavillons et points de service des universités québécoises, le
recours plus que douteux aux PPP pour développer une partie de ces points de
service et la privatisation des activités universitaires en général, "tout
cela nous donne à penser que le gouvernement a choisi de soumettre les
universités aux seules règles du marché sans consulter qui que ce soit, ou que
les développements actuels se font dans la plus complète anarchie"
    "Alors que nos universités crient famine, les projets immobiliers visant
à capter les étudiants le plus près possible de leur lieu de résidence ont
apparemment été approuvés sans aucun plan d'ensemble un peu partout sur le
territoire québécois. L'Université du Québec à Rimouski s'installe à Lévis
avec un contrat blindé. L'UQO s'en va à Saint-Jérôme, aux portes de Montréal,
pendant que l'Université de Sherbrooke construit une tour de 16 étages à
Longueuil, à quelques encablures de l'UQAM et de l'Université de Montréal.
    "En fait, toutes les universités québécoises se sont lancées dans des
aventures concurrentielles similaires au cours des dernières années, au moment
même où le nombre d'étudiants commence à baisser, démographie oblige. Comme
fuite en avant, il est difficile de trouver plus criant. On pourrait aisément
la comparer aux comportements des banques américaines prêtant toujours plus à
des clients techniquement insolvables. Nous savons où cela nous a menés"
a-t-elle ajouté.
    "Comme les universités n'ont pas un sou de trop, l'Etat leur impose la
formule du PPP, un modèle qui les enferme dans des contraintes budgétaires et
architecturales dont elles ne pourront pas se libérer avant de très longs
termes.
    "Tout cela pour faire concurrence à l'université voisine sur son
territoire parce que le gouvernement a imposé la formule de financement par
nombre d'étudiants. Cela ressemble drôlement au joueur compulsif qui finance
son prochain prétendu coup de chance en empruntant à des usuriers" a-t-elle
ironisé.
    "Il faut stopper cette fuite en avant, rassembler les membres de la
communauté universitaire et réfléchir en profondeur aux conséquences de ces
choix à courte vue", a-t-elle conclu.
    Les conclusions que tire le SCFP à l'issue de ce colloque de deux jours
sur la situation actuelle et l'avenir de nos universités se retrouvent dans le
document Les orientations du Syndicat canadien de la fonction publique
accessible en ligne à l'adresse :
    http://www.scfp.qc.ca/librairies/sfv/telecharger.php?fichier=16941 .

    Comptant près de 105 000 membres au Québec, le SCFP représente quelque 15
000 membres dans le secteur de l'éducation, dont 8000 dans les universités
regroupés au sein du CPSU, principalement des employés de soutien. Présent
dans plusieurs autres secteurs d'activités, comme la santé et les services
sociaux, les municipalités, l'hydroélectricité, les transports urbain et
aérien, les communications, les sociétés d'Etat et organismes publics
québécois, le SCFP est aussi le plus important syndicat affilié de la FTQ.




Renseignements :

Renseignements: Danièle Lamy, directrice adjointe SCFP, cell. (514)
793-7122; Carole Neill, présidente CPSU (SCFP), cell. (819) 701-7555; Robert
Bellerose, Information SCFP, cell. (514) 247-9266; Source: Syndicat canadien
de la fonction publique (FTQ)

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.