Le SCEP dénonce les primes de 47 millions de dollars versées aux cadres de Smurfit-Stone



    MATANE, QC, le 27 avr. /CNW Telbec/ - Les membres du Syndicat canadien
des communications, de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ) sont outrés de la
situation. "Alors que la compagnie est sous la protection des tribunaux et que
nous craignons tous pour l'avenir même de nos emplois, c'est assez scandaleux
de voir que les cadres, eux, auront droit à des primes importantes", a dénoncé
Georges Verreault, représentant national du SCEP.
    Le SCEP tient à souligner que ce qui est encore plus difficile à prendre,
c'est que des demandes de concessions majeures ont été faites notamment au
niveau du régime de retraite et de réduction de coûts dans certaines usines.
"Il semble que ce soit toujours les mêmes qui doivent payer la note. L'excuse
fournie à l'effet que cette mesure sert à retenir le personnel cadre qui
pourrait être tenté de quitter ne tient pas la route. On va nous faire croire
que les primes, qui totalisent 47 millions, sont là pour retenir 3 700
personnes? C'est indécent que 3 700 employés cadres se méritent une prime
pendant que nous, le personnel syndiqué, on se tape des compressions depuis
plus de 3 ans", a poursuivi Martin Dugas, président de la section locale 414.

    Restructuration ratée

    Le SCEP-FTQ rappelle que la compagnie Smurfit-Stone s'est placée sous la
protection des tribunaux en février dernier suite à de nombreuses
restructurations infructueuses au cours des mois précédents. "Nous avions déjà
dénoncé la façon de faire de la compagnie qui mettait les usines en
compétition les unes contre les autres en les menaçant de fermer si elles
n'accordaient pas davantage de concessions", a rappelé M. Verreault. A preuve,
l'usine de Portage-du-Fort qui avait consenti à deux reprises de négocier des
baisses de coûts de l'ordre de plusieurs millions de dollars et qui a tout de
même fermé ses portes à l'automne dernier.

    Demandes de compressions pour deux cartonneries de Montréal

    La compagnie a récemment rencontré les dirigeants des usines de Ville
Mont-Royal et de Saint-Laurent en leur servant un nouvel ultimatum pour qu'ils
présentent un plan de réduction de coûts de 8 millions de dollars par année,
ce qui s'ajoutera aux millions déjà consentis en juillet 2007. "Ils nous ont
simplement dit, faites le travail, coupez où vous voulez mais on a besoin de
ça d'ici une semaine! On ne sait même pas c'est quoi leur plan de
restructuration, on est en attente et pendant ce temps faudrait que nous, nous
trouvions un moyen de sauver 8 millions, 8 millions qui serviront à payer une
partie des primes?", a vivement déploré le président de l'unité.

    Le SCEP-FTQ représente plus de 1000 travailleurs et travailleuses
syndiqués de la compagnie Smurfit-Stone dans 5 usines situées à La Tuque,
Matane et Montréal (3 usines).




Renseignements :

Renseignements: Georges Verreault, représentant national, (418)
732-2240

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.