Le Québec doit s'inspirer de l'Ontario - Trois groupes réclament la protection de plus de 50 % du nord du Québec



    QUEBEC, le 17 sept. /CNW Telbec/ - Dans son futur "Plan Nord", le
gouvernement du Québec devra s'inspirer de celui de l'Ontario et prévoir des
mesures de protection et de conservation qui devront couvrir au moins 50 % du
territoire nordique. Deux groupes environnementaux basés au Québec et une
importante initiative canadienne demandent aujourd'hui au gouvernement du
Québec de protéger plus de 50 % du nord québécois. Ces zones sauvages,
couvertes de forêt boréale, de taiga et de toundra, seront bientôt le sujet
d'un grand débat public dans la société québécoise avec l'annonce attendue du
Plan Nord du gouvernement Charest.
    Quelle sera la décision du gouvernement du Québec quant à la protection
de l'environnement et l'avenir économique pour le nord de la province ? En
marge du colloque "Aires protégées en forêt boréale", qui se déroule
présentement à Québec, Nature Québec, la Société pour la nature et les parcs
du Canada (SNAP Québec) et l'Initiative boréale canadienne (IBC) décident
d'intervenir et de proposer à la population québécoise leur propre vision d'un
plan qui intègre à la fois les connaissances scientifiques et traditionnelles
en matière de changements climatiques, l'importance de la conservation de la
biodiversité et l'assurance d'un développement économique viable et
respectueux tant de l'environnement que des droits des autochtones et des
collectivités vivant sur ce territoire.

    Briller parmi les pires ou les meilleurs ?

    "Ce que nous proposons aux citoyens pour protéger le Nord du Québec est
une vision basée sur les connaissances du 21e siècle et non sur des principes
archaiques datant de l'époque de la ruée vers l'or. Il s'agit d'établir un
véritable réseau interconnecté d'aires protégées sur au moins 50 % de ce
territoire, ce qui nous permettra de conserver nos derniers espaces sauvages
présents dans la forêt boréale, la taiga et la toundra.", explique Christian
Simard, directeur général de Nature Québec.

    Le Québec peut devenir un leader mondial

    Depuis plusieurs années, nombre d'économistes comparent les performances
et le développement de l'Ontario et du Québec et demandent au Québec de
s'aligner sur les nouvelles politiques ontariennes de conservation.
Aujourd'hui, les enjeux de protection des espèces en danger et la lutte aux
changements climatiques, devenus incontournables, doivent être à l'ordre du
jour. Les actions entreprises par Québec détermineront notre place en tant que
leader sur la scène internationale.
    La SNAP, Nature Québec et l'Initiative boréale canadienne suggèrent au
gouvernement de s'inspirer du travail qui se fait en Ontario et de viser lui
aussi la protection d'au moins 50 % du Nord. "Dès cet automne, le Québec se
doit de poser un geste aussi significatif que l'Ontario pour la protection de
notre patrimoine naturel et culturel, et ce, en révisant non seulement la Loi
sur les mines et celle sur la forêt, mais en les intégrant dans un plan
visionnaire et durable pour le nord de la province, et ce, de façon à
respecter les droits et les activités traditionnelles des peuples autochtones
qui vivent dans le nord du Québec.", ajoute Marie-Eve Marchand, directrice
générale de la SNAP Québec.

    Protéger : une nécessité pour le 21e siècle

    En protégeant l'une des plus grandes ceintures vertes de la planète et en
assurant la connectivité entre territoires protégés, le Québec a entre les
mains un puissant antidote aux changements climatiques car les écosystèmes
nordiques s'avèrent être parmi les plus grands réservoirs de carbone au monde.
"En 2007, 1500 scientifiques émérites, dont 76 Québécois, ont demandé aux
gouvernements de procéder le plus rapidement possible à la protection d'au
moins 50 % de la forêt boréale non exploitée et de la taiga afin d'en assurer
l'intégrité écologique et culturelle et de préserver ses écosystèmes
fonctionnels, et ce, à perpétuité. Si le Québec avance de cette manière avec
l'Ontario, leurs territoires deviendront les écosystèmes forestiers les mieux
conservés à l'échelle internationale", précise Harvey Locke, porte parole de
l'IBC au Québec.
    La SNAP, Nature Québec et l'IBC restent convaincus que seule une
discussion éclairée et la protection d'au moins 50 % du territoire assurera
l'avenir du nord du Québec, de tous ceux qui l'habitent et des richesses de
nos ressources naturelles.

    Nature Québec

    Nature Québec (www.naturequebec.org) est un organisme national à but non
lucratif qui regroupe près de 5000 individus et 100 groupes affiliés oeuvrant
dans les domaines de l'environnement et du développement durable. Fondé en
1981, l'organisme s'est prononcé publiquement au cours des années sur un grand
nombre de questions environnementales, dont les aires protégées,
l'agriculture, l'exploitation forestière et le développement énergétique.

    La Société pour la nature et les parcs du Canada

    Choisie par la Fondation Tides Canada comme l'une des 10 meilleures ONG
au Canada en 2007, la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) est
un organisme à but non lucratif fondé en 1963 par des citoyens qui avaient à
coeur la sauvegarde des espaces naturels.
    La SNAP (www.snapqc.org) a pour mission la protection du patrimoine
naturel en favorisant la création d'aires protégées ainsi que l'amélioration
de la gestion des aires existantes. Parmi les organisations canadiennes vouées
à la conservation de la nature, la SNAP se distingue par sa solide structure
de base composée de treize sections régionales regroupant plus de
15 000 membres. Nos actions parlent d'elles-mêmes puisque nous avons déjà
contribué à la protection de plus de 400 000 km(2) du patrimoine naturel du
Canada.

    Initiative boréale canadienne

    Créée en 2003, l'Initiative boréale canadienne (IBC) agit comme un
rassembleur à l'échelle nationale pour ce qui touche à la conservation dans la
forêt boréale du Canada. Basée à Ottawa, IBC (www.borealcanada.ca/index-f.php)
agit à titre de catalyseur en appuyant, dans l'ensemble de la région boréale,
divers efforts sur le terrain déployés par les gouvernements, l'industrie, les
Premières Nations, des organismes de conservation, les grands détaillants, des
institutions financières et des scientifiques.




Renseignements :

Renseignements: Mylène Bergeron, Coordonnatrice aux communications,
Nature Québec, (418) 648-2104 poste 2074, (418) 933-2031; Sophie Paradis,
Coordonnatrice aux communications, SNAP Québec, (514) 278-7627 poste 221;
Harvey Locke, Porte parole Initiative boréale canadienne, (647) 225-7438


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.