Le programme Alternative jeunesse: Escroquerie du Ministère de la Solidarité sociale?



    MONTREAL, le 21 juin /CNW Telbec/ - Pour le Front commun des personnes
assistées sociales du Québec (FCPASQ), l'annonce, par le ministre de la
Solidarité sociale, monsieur Sam Hamad, de deux nouvelles mesures destinées à
sortir les jeunes de moins de 25 ans de l'aide sociale et à les réintégrer sur
le marché du travail, semble une véritable escroquerie. Selon madame Nicole
Jetté, porte-parole du FCPASQ, "Du point de vue des personnes directement
concernées, le changement de nom du programme, Solidarité jeunesse pour
Alternative jeunesse, ressemble à une opération camouflage orchestrée par le
Ministère dit de la Solidarité sociale".
    Les règles de calcul qui s'appliquaient, lorsque le Programme se nommait
Solidarité jeunesse, sont maintenues jusqu'au 1er juillet. Pour illustrer,
prenons la situation de Samuel, 18 ans. Après étude de son dossier, sa
situation est jugée admissible à l'aide sociale, il peut ainsi participer au
programme Alternative jeunesse et, à partir du 1er avril, il reçoit deux
chèques toutes les deux semaines : 270$ comme prestation de base et 60$ comme
prime de participation soit 330$.
    Que se passera-t-il le 1er juillet? Le communiqué du 18 juin précise : en
contrepartie de l'engagement des jeunes dans leur démarche, une allocation
jeunesse de 102$ s'ajoutera à la prestation de base de 548$ pour un revenu de
650$ soit un montant de 300$ toutes les deux semaines. Pour Samuel, cela
signifie une diminution de revenu de 30$ à chaque période de deux semaines.
Ayant 26 périodes de 2 semaines dans un an, le ministre de la Solidarité
sociale promet à Samuel un appauvrissement annuel de 780$. "Comment appauvrir
et, dans le même mouvement, prétendre vouloir aider les jeunes adultes à se
réaliser pleinement? Est-ce nécessaire de répéter que les prestations d'aide
sociale ne permettent pas de couvrir les coûts minimums pour combler les
besoins essentiels tel le logement, l'alimentation, la santé, le transport,
les communications ?" s'interroge la porte-parole du FCPASQ.
    Pour le FCPASQ, cette situation n'est pas un problème de vocabulaire,
c'est une question de dignité, de citoyenneté. Il continue donc à dénoncer ce
programme spécifique, car, en plus d'appauvrir, il généralise un régime de non
droit. En effet, Alternative jeunesse est sous la tutelle du pouvoir
discrétionnaire du ministre. De plus, le gouvernement remet en acte la
discrimination exercée envers les adultes de moins de 30 ans qui vivaient de
l'aide sociale, entre 1969 et 1989. "Discrimination que la population
québécoise avait vertement dénoncée et à laquelle le parti libéral a mis fin
lors de la réforme de l'Aide sociale en 1988", rappelle Nicole Jetté.




Renseignements :

Renseignements: Nicole Jetté, (514) 577-3279


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.